Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°033
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°033



UN TRAVAIL SINON RIEN !

Mis à jour le :15 avril 2006. Auteur : Arthur.


JE SUIS HEUREUX : j’ai trouvé un travail salarié. Le patron me donne un petit peu d’argent, avec lequel j’achète des marchandises au super. Je passe les trois quarts de ma vie au boulot, ce qui m’empêche de vivre avec ma femme que je ne peux pas honorer à cause de la fatigue, et de jouer avec mes enfants que je ne vois pas grandir. Le soir, je m’endors devant la télé qui me lave le cerveau. L’été, je vais en camping jouer aux boules avec mes semblables et attraper un coup de soleil. Je suis un homme libre : pastis ou vin rouge, je peux choisir mes rêves. Au bureau, je m’écrase devant le chef mais je regarde de haut les inférieurs. Quand le chef m’humilie, je cogne le chien en arrivant chez moi. J’ai une gastrite à cause que je rentre trop mes aigreurs, comme dit le toubib. La banque m’a vendu une carte bleue dont je fais « chauffer le plastique ». Je suis surendetté. Consommer, c’est un bon remède. Ça meuble le vide. Je suis né sans un rond et crèverai sans héritage.

En mai 68, les murs intimaient : « Ne travaillez jamais ! » J’ai jamais compris cet ordre. En dehors du travail, je m’emmerde. « Vivre sans temps morts et jouir sans entraves », ça veut dire quoi ? Créer, d’accord, mais quoi ? Moi, je bricole à l’atelier, ça me suffit. Créer ma vie ? Mollo ! Je suis pas Dieu ! Question politique, je suis responsable : je vote pour les braves gens qui me donnent du travail. Quand je suis viré, c’est que je fais pas l’affaire, je me vexe pas. Des patrons, on en aura toujours besoin, nous autres qu’on n’a pas fait d’études. Je suis pas jaloux de leurs Ferrari. La seule chose qui m’ennuie, c’est quand ils rigolent en me voyant entrer dans leur usine. Qu’est-ce qu’elle a, ma Twingo ? On me dit que j’ignore que travail vient du latin « tripalium » (instrument de torture) et que « labor » (labeur) signifie « peine » ! Et alors ? On n’est pas au jeu des mille euros. Moi, je donne tout mon temps à ceux qui me torturent. Je suis à eux. Jusqu’à la mort ! Trop con pour réfléchir ? Pas du tout : j’en suis aux grilles difficiles du Sudoku !

Article publié dans le supplément « Mouvement dit anti-CPE » accompagnant le CQFD n° 33, avril 2006.






>Réagir<

UN TRAVAIL SINON RIEN !
MICHEL DUBONSENS | 26 août 2006 | UN TRAVAIL SINON RIEN !

Que c’est désespérant cette analyse !

Mais que ces choses-là sont bien dites !

Croyez-vous que les intéressés s’y reconnaîtront ?

Et j’eusse bien aimé que l’on me suggérât une solution afin de trouver un autre mode d’emploi pour exploiter au mieux le long temps de notre existence …

Avec toute ma compassion

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |