Accueil
Sommaire du N°034
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°034



1ER MAI TRÈS CHAUD À MONTPELLIER

Mis à jour le :15 mai 2006. .


Comme chaque année à Montpellier, le 1er mai a été l’occasion pour les équipes syndicales de la ville de participer à la course de la table des négociations. Cette année encore les équipes se sont affrontées sportivement et pas loyalement du tout pour le plus grand bonheur des spectateurs. Cette année encore la CGT a dû jouer des coudes pour essayer de garder la pôle-position, mais rien n’a pu empêcher les étudiants de revendiquer la première place. Même les gifles des gros bras n’ont pas effrité la détermination de ces jeunes galvanisés par leur grande victoire sur le CPE. Certains syndicalistes diront que la prochaine fois ils n’appelleront pas à la grève générale.

Les participants sont encouragés à mi-course par une poignée de supporters venus leur remonter le moral. Une banderole les invite à achever le travail, mais ce n’est pas du goût des anarcho-syndicalistes qui auraient, eux, « préféré que l’on parle de salariat, cela aurait été plus clair ». Sinon, dans l’ensemble, « le beurre, l’argent du beurre et le cul de la crémière » a été bien accepté par tout le monde. Quelques militantes cependant auraient préféré le cul du crémier, c’est dur de contenter tout le monde. La CGT avait comploté quelques mètres après la mi-course : en bifurquant, elle laisse les étudiants suivis des autres équipes partir vers la gare. En fait la CGT va prendre un autre chemin pour arriver en premier à la table des négociations place de la Comédie. Les juges de course, dans leurs beaux habits bleu marine, valident cette option, c’est quand même bien la CGT qui dépose le parcours, alors y a pas de contestation possible.

Tout ce beau monde se retrouve autour « du verre de l’unité » sous les caméras de vidéosurveillance, devant l’Office du tourisme. Devons-nous y voir un message des travailleurs ? Précisons quand même que les autres équipes ont refusé l’invitation pour contester le mauvais coup de la CGT. « Mauvais perdants », dira-t-elle. Le dernier mot appartient à un représentant syndical : « L’automne sera chaud !  » Que du bonheur pour les courses à venir en 2007 !

Article publié dans CQFD n° 34, mai 2006.

Parus également dans le même numéro :
- « MARQUÉS POUR LONGTEMPS »
- MEDEF : NOTRE DEFAITE SONNE LE GLAS DE LEUR VICTOIRE !
- ANTHOLOGIE DES DEUX MONDES






>Réagir<

1ER MAI TRÈS CHAUD À MONTPELLIER
julien | 13 novembre 2006 |
je suis un peu estomaqué par votre présentation des faits assez malhonnête. Pour être franc avec vous, je suis à la CGT et je faisais parti de la banderole UNITAIRES de tête avec l’ENSEMBLE des organisations syndicales et étudiantes de tout le département. devant nous il y’avait un groupe d’une centaine de personne qui ne représentaient qu’elles mêmes. Un accord en début de manif avait été trouvé : on les laisse passer devant à condition qu’ils marchent 100 metres devant pour que la banderole soit visible de tous, accord qui n’a pas été respecté. Quand à la CGT a bifurqué, vous noterez au passage que le gropue de devant s’est retrouvé bien seul, les chomeurs et les salariés de la manif refusant de les suivres…. Quand au deux trois baffes qui sont parties, je trouve ca un peu gonflée de mettre ca sur le dos de la CGT…
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |