Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°034
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°034


TOUT DOIT DISPARAÎTRE

TCHERNOBYL MON AMOUR

Mis à jour le :15 mai 2006. Auteur : Arthur.


TCHERNOBYL, VINGT ANS DÉJÀ ! Selon Le Monde (25 et 26 avril), la catastrophe aurait coûté 500 milliards de dollars, causé la mort de 16 000 personnes et provoqué entre 30 000 et 60 000 cancers dans le monde. Notre confrère rappelle la déclaration d’un membre de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) qui osait dire le 28 août 1986 : « Même s’il y avait un accident de ce type tous les ans, je considérerais le nucléaire comme une source d’énergie intéressante.  » Surtout pour apprendre le calcul aux enfants ! Deux jours après les rappels et célébrations diverses et variées, l’explosion de Tchernobyl passait déjà aux pertes et profits de l’humanité. Vive le trentième anniversaire de Tchernobyl ! Passons à l’actu : Sarko ou Villepino ?

Revenons sur le vingtième anniversaire : les envoyés spéciaux ont courageusement pris le chemin radioactif de la bourgade ukrainienne avec leurs compteurs Geiger. Et se sont ébaudis devant la prolifération de la diversité naturelle : les animaux insouciants se promènent dans les forêts luxuriantes. Mieux : ils semblent se porter mieux qu’avant, débarrassés de la présence humaine. C’est l’arche de Noé ! Les nucléocrates se frottent les pognes. Ils vont dans les hôpitaux serrer les quatre mains des enfants irradiés et caresser leurs têtes déformées. « Ne vous inquiétez pas, rassurent-ils les mômes sans jambes : on remplacera vos moignons par des prothèses perfectionnées !  » Le nombre de malformations congénitales explose, mais une habile dispersion des victimes dans l’ex-Union soviétique permet de contourner les statistiques. Quant aux « liquidateurs », soldats envoyés à la mine pour construire le sarcophage, ils sont tellement morts que les interviews deviennent difficiles. Bref, Tchernobyl est la preuve que le nucléaire est une bénédiction.

En France, évidemment, un Tchernobyl est impossible. Un mur de plomb invisible sur le Rhin avait, on s’en souvient, arrêté les radiations d’iode et de cobalt, assurait le « professeur » Pellerin (à ne pas confondre avec ses collègues Nimbus et Tournesol), chargé par le gouvernement de bercer les populations. Nous récoltions et dégustions nos légumes alors que les pleutres allemands et italiens avaient consigne de ne pas y toucher. Car la France est le pays cartésien de la rationalité scientifique. Pellerin, directeur du SCPRI (« protection contre les rayons ionisants ») est parti à la retraite dans la dignité alors que sa cellule de la prison de la Santé restait vide. La France respecte ses élites.

Dans les années 70, un ingénieur d’EDF avait sorti cette phase impérissable à la Pierre Dac : « Tout est prévu, même l’imprévisible.  » C’est pourquoi nous détenons le record mondial de centrales nucléaires : 80 % de notre électricité est due à l’atome. Et comme la divine providence vient au secours des audacieux, la hausse du prix du fioul relance le nucléaire qui, argument très employé, n’aggrave pas l’effet de serre. Le nucléaire reprend du poil de la bête. On va passer aux réacteurs du futur, chargés de remplacer les vieilles machines genre Bugey ou Fessenheim. Et c’est le Cotentin, où les ploucs sont anesthésiés par la présence de la Hague et de Flamanville, qui aura l’honneur de se taper le premier prototype. Évidemment, quelques problèmes connexes demeurent : le démantèlement des réacteurs bourrés de plutonium (actif quelques centaines de siècles), le sort des déchets, l’accident « impossible », la visite d’un avion terroriste style Twin Towers, mais rien ne saurait faire dévier la France de ses choix nucléaires. Là, tout le monde est sur la même longueur de radio-ondes, y compris les socialistes.

Rappelons quelques faits : EDF et les trusts comme Total ont tout fait dans les années 70-80 pour enterrer les énergies alternatives. Il n’y a jamais eu de débats sur le sujet dans l’a-démocratie française au Parlement. L’électricité, non stockable, n’est pas la façon la plus rationnelle de chauffer une maison. Plus grave : nos enfants et petits-enfants vont hériter quelques merveilles de nos insouciances gaspilleuses. Nous leur laissons une planète invivable où le développement de l’énergie nucléaire dite civile (voir en Iran) multiplie les risques de champignons hiroshima-compatibles. On raconte qu’Einstein, papa de la radioactivité, comprenant le problème, aurait confié : « Si j’avais su, j’aurais fait plombier.  » Vrai ou faux ? Qu’importe. Les générations à venir auront le droit (et le devoir) de venir cracher sur nos tombes ! Mais revenons aux choses sérieuses : Sarko ou Ségo ?

Article publié dans CQFD n° 34, mai 2006.






>Réagir<

TCHERNOBYL MON AMOUR
biniou | 20 juin 2007 |

Vraiment nul cet article ! Si vous voulez critiquer le nucléaire, utilisez de vrais arguments. Par exemple :
 le réchauffement des rivières qui servent à refroidir les réacteurs. C’est une catastrophe pour la faune et la flore aquatique, j’espère que je ne vous l’apprends pas, ce serait grave.
 le problème des déchets (une ligne dans l’article, c’est dommage)

Il faut vraiment arrêter d’utiliser l’argument « le nucléaire, c’est dangereux ». Il est périmé, il suffit de regarder les normes de sécurité. Par exemple, les enceintes en béton des réacteurs doivent être conçues pour résister à l’impact d’un avion de plaisance… Et les avions de lignes me diriez-vous ? Je pense que toute personne ayant touché aux probabilités dans sa vie admettra que la probabilité d’un accident est nulle… Et pour éviter le terrorisme, il suffit de soigner un tout petit peu ses relations internationales et se poser la question pourquoi les pays qui se font “terroriser” le sont et non d’autres. Il ne faut pas tomber dans la parano du terrorisme, comme c’est trop souvent le cas en occident.

Parler de Tchernobyl dans un article contre le nucléaire donne directement une impression d’arguments vétustes avant même d’avoir lu l’article, malgré que vous dites après : “un tel accident ne serait pas possible en France”.

Comme arguments pour le nucléaire souvent évoqués, il n’y a pas que l’absence de rejet de CO2, il y a aussi l’absence de rejet d’oxydes d’azote et de soufre (responsable des pluies acides et de problèmes de santé). Passer sous silence ces arguments pour le nucléaire vous dessert car cela fait preuve au pire de mauvaise foi ou méconnaissance du dossier ; au mieux de distraction (qui n’est pas neutre, on le sait depuis Freud)

Je vais terminer par vous demandez ce que vous proposeriez en remplacement au nucléaire ?

TCHERNOBYL MON AMOUR
Levochik | 17 juin 2006 |
Ceci dit le coup de la zone « interdite » vers Tchernobyl (surtout en Biélorussie en fait) qui est devenue une réserve de faune et flore extraordinaire…c’est bien vrai !! En fait la zone est pas si interdite que ça (ou pas tout, ou j’ai pas bien tout compris), on peut y aller avec un simple visa (et des gens y vivent encore - « mourir pour mourir, autant mourir chez soi », comme ils disent stoïquement (personnes âgées en général vous l’auriez deviné)). Mercantour ou Cévennes, coiffés au poteau ! Pour le nuage aussi on peut décharger un peu le Pellerin en notant que la fameuse augmentation de cancer de la thyrroïde en France remonte à…1975 ! Soit 11 ans avant la sauterie ukrainienne pour ceux qui comptent bien. Cruelle ironie n’est-il point ? La corrélation cancer/tchernobyl est absolument ridicule par rapport à la corrélation cancer/nouveaux équipements IRM…ben oui, avant le nucléaire et tout et tout, par ex au néolithique, tout le monde mourrait de vieillesse ! mais à 30 ans bizarrement…(voir Pour La Science de Mai et références citées). Bref, les choix nucléaires français sont sans doute contestables, mais qd je vois certains écologistes, je sais pas trop sur quel pied danser. Cadarache ? C’est nul la recherche, la fusion nucléaire c’est mal car y’a nucléaire dedans et l’hydrogène ça sent les oeufs pourris. Le Charbon, ça c’est d’l’a balle ! Et les éoliennes c idéal pour les agglomérations, n’importe quel physicien sérieux vous le dira ! Bon bon, la vérité est quelque part entre, comme bien souvent…entre le lobby cogema et l’abruti cohn bendit (et successeurs)… Levochik
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |