Accueil
Sommaire du N°034
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°034



ANTHOLOGIE DE LA GUYANNE FRANÇAISE

Mis à jour le :15 mai 2006. .


« La lutte contre l’immigration clandestine est devenue une nécessité vitale en Guyane, a ajouté M. Sarkozy, qui estime que l’objectif de 7 500 reconduites à la frontière fixé au préfet pourra être atteint au vu des résultats actuels. Les travaux du nouvel hôtel de police de Cayenne doivent débuter à la fin de l’année, a indiqué le ministre.  »
AFP, 22/04/06

« La loi du 18 mars 2003 pour la sécurité intérieure a prorogé (art. 141 et 142) pour le département de la Guyane les mesures dérogatoires édictées en 1998 pour cinq ans, qui permettent une reconduite à la frontière rapide des étrangers en situation irrégulière, en ne donnant pas un caractère suspensif aux recours exercés contre les arrêtés du préfet.  »
Ministère de l’Outre-mer, 30/12/04

« Les opérations de démolition se passent parfois mal. Fin octobre 2005, l’une d’elles provoque des émeutes à Matoury (à 10 km de Cayenne) : des voitures sont incendiées ainsi qu’une maison proche du lieu des démolitions : celle du conducteur de la pelleteuse louée par la préfecture. […] C’est alors qu’un coup de tonnerre intervient le 24 mars 2006. L’État est condamné à verser 121 500 euros au couple Soudine pour avoir détruit sans décision de justice, fin 2004, la maison que la famille du mari habitait depuis quarante ans. Le jugement fustige de plus “une destruction intervenue quelques jours avant Noël sans délai de prévenance, ni relogement proposé”. Sept autres constructions ont été détruites, sans décision de justice, lors de l’opération du 15 décembre 2004. Trois autres familles délogées vont, à leur tour, porter plainte, notamment Marta, une Brésilienne qui s’était retrouvée durant cinq jours à dormir sous un manguier avec son bébé d’un mois et ses quatre autres enfants.  »
Frédéric Farine, RFI, 28/04/06

« Si les Amérindiens ne sont pas contents, ils n’ont qu’à déménager ! Nous voulons pouvoir orpailler partout en Guyane ! »
André-Joseph Ganteaume, ex-président du syndicat des patrons de l’orpaillage (Fedomg), Men Mo Mag, mai 2004

« En matière de titre de séjour, la législation guyanaise a aussi l’effet d’un couperet. Ailleurs qu’en Guyane et à Saint-Martin, lorsque le préfet envisage de refuser l’octroi d’un titre, il doit saisir une commission composée du président du tribunal administratif, d’un magistrat et d’une personnalité qualifiée en matière sociale. En Guyane, cette loi n’est pas applicable, ce qui confère au préfet un pouvoir absolu en matière de refus des titres.  »
Frédéric Farine, RFI

« L’opération Anaconda est devenue l’une des raisons d’exister de la gendarmerie guyanaise. Du succès ou de l’échec dépend l’avenir du département sur les plans touristique et économique. Avec un plaisir évident, l’adjudant Kurtz, responsable opérationnel, plonge dans ses ordinateurs pour en détailler les progrès sur ses cartes, ses graphiques et la liste des « prises de guerre » des hommes du colonel Danède.  »
Le Journal du Dimanche, 30/11/03

Anthologie publiée dans CQFD n° 34, mai 2006 et accompagnant l’article OPÉRATION ANACONDA EN GUYANE






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |