Accueil
Sommaire du N°035
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°035



LES BREVES DU N°35

Mis à jour le :16 juin 2006. .

Surenchère

Ségolène Royal le 7 juin sur RTL : « Au nom de quoi, dans une république, les professions à uniforme - militaires, gendarmes, pompiers - seraient considérées comme devant rester en marge d’un effort collectif de toute une société qui a envie de faire réussir ces jeunes. » Et les policiers, alors, ils sentent le cochon ? Et les gardiens de prison, y a rien qu’ils puissent faire pour les jeunes ? À croire qu’ils sont un peu antirépublicains sur les bords, au PS.


Papiers !

« Toi, une artiste ? Les p’tits gars de la Star Ac ont du talent, eux ! » Convoquée au commissariat par SMS fin mai, une intermittente d’Annecy a été placée en garde à vue pendant douze heures pour « escroquerie aux Assedic ». Coups de poing sur la table, menaces pour obtenir une autorisation de perquisition… « Va falloir justifier de tes activités depuis 2001, sinon faudra rembourser 47 000 euros ! » Après avoir évincé vingt mille intermittents grâce aux chausse-trappes du nouveau protocole et forcé les survivants à monter des structures de bric et de broc pour pouvoir se faire payer, il ne restait plus qu’à traquer les irrégularités… Sabrer le régime des intermittents par la négociation, c’est long. Envoyer les cognes, c’est mieux. Preuve que l’art est la négation du travail et vice versa.


Aux orties !

A compter du 1 er juillet 2006, communiquer la recette ou mettre à la vente le purin d’orties peut entraîner des peines allant de 75 000 euros d’amende à 2 ans de prison. Motif : ce moyen phyto-sanitaire, résultat de la filtration d’orties macérés dans de l’eau, n’est pas homologué. Et cela contrairement à tous les produits « têtes de mort », fabriqués par les empoisonneurs internationaux. Une pétition signée de l’Association des Amis de l’Ortie circule. Non pas pour protester contre la séquestration législative du vivant, la soumission aux lobbys de la chimie ou une très banale tentative d’effacement des savoirs. Non ! Principal sujet de sa protestation : l’interdiction de vente de ce produit. Fichtre ! Entre les délires étatiques et les petits commerçants qui voyaient là l’occasion d’un marché surfant sur la vague bio, le torchon brûle.



Prévention

Le 7 novembre 2005, des caméras de télévision avaient filmé le tabassage policier d’un jeune dans les rues de la Courneuve. À peine remis, il se faisait arrêter une seconde fois sous l’accusation d’avoir lancé des pierres sur une voiture de police… Rebelote aujourd’hui. Cette fois, c’est Muhittin Altun, le rescapé du transformateur où avaient péri ses copains Bouna et Zyed, qui a droit à une piqûre de rappel. Le 30 mai, toujours souffrant de ses brûlures et de son traumatisme, il est arrêté pour le caillassage d’une patrouille de flics. Pur hasard : le lendemain, il devait participer à une reconstitution de « l’accident » en présence des policiers impliqués. Voilà enfin les mesures de prévention que tout le monde attendait : celles qui préviennent toute médisance contre les forces de l’ordre.


Nada

En visite à Hanoi début juin, Donald Rumsfeld a évoqué l’épineuse question de l’agent orange déversé pendant la guerre du Vietnam, histoire de bien signifier aux Vietnamiens qu’ils pouvaient se brosser pour les indemnisations. Monsanto et d’autres fournisseurs de défoliant avaient bien voulu verser 184 millions de dollars aux vétérans américains en 1984 (l’effet Rambo). Mais pour les Niakwés, que nib ! Selon la Croix-Rouge vietnamienne, l’agent orange qui a arrosé deux millions d’hectares de forêts aurait causé un million de victimes directes ou indirectes. Tout ce que Washington peut faire, a précisé un officiel, c’est « fournir des informations scientifiques, des informations d’archives historiques que l’on pourrait avoir… et des conseils techniques sur la façon de traiter la question ». Le cœur sur la main…


Impunité

Dans l’affaire des emplois fictifs de la Mnef, le député PS Jean-Christophe Cambadélis a été condamné le 2 juin à six mois de prison avec sursis et 20 000 euros d’amende pour avoir touché 100 000 euros à rien glander. Ce proche de DSK est décidément un spécialiste des bons plans. En janvier 2000, déjà, il avait été condamné à cinq mois de taule avec sursis et 100 000 francs d’amende pour « emploi fictif ». Alors n°2 du PS, Cambadélis s’était fait dorer la pilule (440 000 francs !) par un ancien cadre du FN qui « gérait » des foyers d’immigrés. Aujourd’hui, cette franche canaille continue de la ramener dans les médias et de parader à l’Assemblée, sauf que lui n’a même pas eu besoin de se faire amnistier par Chirac.

Publié dans CQFD n°35, juin 2006.






>Réagir<

LES BREVES DU N°35
Johann Lefebvre | 24 juin 2006 |
D’emblée, on notera la particularité de la formulation de Royal, et c’est ce qui m’apparaît comme le plus important, au-delà de la simple ironie : « un effort collectif de toute une société qui a envie de faire réussir ces jeunes. » Le recours au verbe « faire » est la coloration qu’imprime le désir d’autorité et de contrôle dans sa rhétorique. En ce sens, l’usage d’un tel verbe escamote le complément, il autorise le non-dit, dissimule sans dissimuler la cause d’une telle assertion : une société qui a envie de faire réussir ces jeunes (de préférence dans les secteurs utiles au libéralisme et désignés par lui). La plupart desdits jeunes attendent « une société qui a envie de laisser réussir ces jeunes », on peut espérer que Royal n’accroche pas cet électorat-là en usant d’une telle phraséologie de marketing.
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |