Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°035
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°035


CARTE POSTALE

MICHELIN CREVÉ, LES PNEUS EN DEUIL

Mis à jour le :15 juin 2006. Auteur : Christophe Goby.


TOUCHÉ, COULÉ ! Édouard Michelin n’avait pas la chambre adéquate à bord du bateau. Ça arrive aux meilleurs, aurait pu nous dire Ivan Levaï, auteur d’un livre de causette cire-pompes avec le papa François, et qui aimait beaucoup la famille auvergnate. Je dis auvergnate pour faire un clin d’oeil à ceux que l’ancêtre appelait « une race docile  », si bien dressés de génération en génération qu’ils sont allés rendre un dernier hommage au rejeton d’une dynastie qui s’est gobergée sur leur dos. Il fallait lire le quotidien d’altitude La Montagne, qui plane en rase-motte depuis qu’il est dirigé par Jean-Pierre Gaillard, un ami lui aussi, pour lire tout le bien que ce grand journal de gauche pense de ce big boss à l’américaine qui a su redresser le titre Michelin à la bourse de Paris : « Un jeune patron disparaît, aux études brillantes, passé par toutes les strates du groupe et animé par la volonté de l’inscrire dans la modernité.  » La modernité, Jean-Pierre Serezat y a été inscrit au pied-de-biche. Cégétiste chez Michelin et protagoniste du film Paroles de Bibs, il se souvient des licenciements boursiers de 1999, lorsqu’à l’annonce de 7 500 suppressions d’emplois le titre a grimpé de 12,5%. Il s’échauffe : « Moi je ne vais pas à la pêche au bar !  » Et ajoute à propos du deuil décrété par les médias : « Je trouve ça débile. Ils ont mis les drapeaux en berne et son portrait dans tous les ateliers.  » Édouard Michelin, c’était aussi ce centralien qui a impulsé le consortium MILIVO (MIchelin, LImagrain et VOlvic), manière d’investir du capital dans des « biopoles » et d’arroser les collectivités locales. On comprend mieux pourquoi, lors des funérailles du gommeux, aux côtés de Laurence Parisot (membre du conseil de surveillance du groupe), des Borloo et autres Tata Yoyo, on trouvait des élus communistes favorables aux OGM, tels Jacques Mizoule. Mais que faisaient à la cathédrale Yves Gueydon (Verts) et Louis Virgoulay (PC) ? Encore des ségoléno-sarkozistes ? Jean-Pierre Serezat, lui, pourtant bien connu en place de Jaude, n’a pas été appelé par La Montagne. Parce qu’il ne pêchait pas le bar avec Édouard ? Peut-être a-t-il cru que le pape était mort à Michelin-Ville !

Article publié dans CQFD n° 35, juin 2006.






>Réagir<

MICHELIN CREVÉ, LES PNEUS EN DEUIL
ivan | 9 novembre 2006 | michelin crevé,les pneus en deuil
votre article est passablement injuste,bien sur edouard michelin à fait des erreurs notament le precedent de 99(« plus de profit et plus de licenciements »).il restait cependant un patron hors norme d’une grande simplicité(étant actionnaire familiale je l’ai rencontré à plusieurs reprise).de plus l’entreprise reste une référence française en matiére de qualité(troisieme marque la plus connu au monde dérriere coca et mc do).en conclusion j’ajoute que 130000 personnes dépendent de son bon fonctionnement de part le monde.
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |