Accueil
Sommaire du N°010
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°010


Les crocs

Chérèque égal à lui même

Mis à jour le :15 mars 2004. .


« L’égalité : et si on la vivait ? » C’est sous cette appellation pleine d’entrain guilleret que la CFDT a réuni 1 500 syndicalistes au Cirque d’hiver de Paris, les 4 et 5 mars. Au centre des débats : la situation des femmes. On regrettera à cet égard la tournure interrogative du slogan : l’égalité homme-femme, dans la boutique à François Chérèque, ça se vit au présent et en beauté. Au sein de l’Unedic, leur espace de détente favori, le représentant de la CFDT, Jalmain, et celui du Medef, Gautier-Sauvagnac, se sont entendus en parfaite harmonie pour voter la réforme du statut des intermittents, qui a pour effet, entre autres, de pénaliser les femmes enceintes. Main dans la main, ils ont ensuite refusé de céder aux demandes, obligeamment relayées par le ministre-alibi Jean-Jacques Aillagon, de régler la question des intermittentes en congé maternité. Egalité, d’accord, mais si on pousse trop, on ne vit plus. Un dissident interne - oui, il y en a encore… - révèle que lors d’une récente rencontre à Nantes avec les professionnels du spectacle, Danièle Rived, responsable de la fédération du spectacle CFDT, est parvenue à ne pas gaspiller un seul mot sur le sort des intermittents exclus. Cette performance une fois menée à bien, elle a quitté les lieux entourée de gardes du corps. Là encore, l’égalité est réelle : le mâle François Chérèque n’aurait pas agi autrement. Le 22 janvier, le patron du syndicat - dont la rougeur est restée miraculeusement intacte depuis que Fillon et Seillière l’ont félicité pour son « courage » sur le dossier des retraites - déclarait sur Europe 1 que la grève déclenchée la veille à la SNCF était « non seulement inutile, mais synonyme de 100 % d’emmerdements pour les usagers ». Un mois plus tard, la CFDT se réjouissait de signer des accords d’entreprise chez Thalès et Peugeot. Compassion pour les otages du gréviste, équité pour les responsables patronaux, égalité au Cirque d’hiver : que demander de plus à la « première confédération des travailleurs de France » ?




>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |