Accueil
Sommaire du N°036
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°036



LES BREVES DU N°36

Mis à jour le :15 juillet 2006. .

Pince-fesses

Au matin du 8 juin, les robocops encerclent le palais du Pharo à Marseille, où se tient un colloque sur la « professionnalisation des études » dans le cadre « grand débat national forum-université » mis en place par Villepin. Dans la salle, des universitaires, des sociologues, des entrepreneurs et un représentant du Medef, Jacques Cercelet. Les quelques rares étudiants présents ont été triés sur le volet. À l’abri du moindre risque de contestation, tout ce petit monde est d’accord : « Il faut choisir ses études par rapport au travail. Les études doivent être inscrites dans un plan de carrière. » « L’étudiant est un produit à mettre sur le marché. Il faut former des produits compétitifs » On sort les calculettes, on évalue les coûts. « Du moment que ça rapporte, rien ne me gène », lâche Alain Tricolet, des Transports Genoyer, à propos du financement privé des universités. Mais, en bon économe, il prévient : « Je n’ai pas besoin de gens hyper-brillants en maths. » Sauf pour calculer l’angle de tir des grenades lacrymos.


Injustice

Didier Lombard, le successeur de Thierry Breton à la tête de France Télécom, promet de supprimer seize mille postes en France d’ici 2008 pour les remplacer par les jetables de la sous-traitance. Normal : sa boîte n’a fait que 5,7 milliards d’euros de bénefices en 2005, les actionnaires crient famine. La rémunération du PDG atteignait péniblement 1,07 million d’euros l’année dernière, soit douze fois moins que celle du PDG de LVMH, Bernard Arnault (12,3 millions d’euros). Marre des inégalités !


Pince-fesses

Au matin du 8 juin, les robocops encerclent le palais du Pharo à Marseille, où se tient un colloque sur la « professionnalisation des études » dans le cadre « grand débat national forum-université » mis en place par Villepin. Dans la salle, des universitaires, des sociologues, des entrepreneurs et un représentant du Medef, Jacques Cercelet. Les quelques rares étudiants présents ont été triés sur le volet. À l’abri du moindre risque de contestation, tout ce petit monde est d’accord : « Il faut choisir ses études par rapport au travail. Les études doivent être inscrites dans un plan de carrière. » « L’étudiant est un produit à mettre sur le marché. Il faut former des produits compétitifs » On sort les calculettes, on évalue les coûts. « Du moment que ça rapporte, rien ne me gène », lâche Alain Tricolet, des Transports Genoyer, à propos du financement privé des universités. Mais, en bon économe, il prévient : « Je n’ai pas besoin de gens hyper-brillants en maths. » Sauf pour calculer l’angle de tir des grenades lacrymos.


Injustice

Didier Lombard, le successeur de Thierry Breton à la tête de France Télécom, promet de supprimer seize mille postes en France d’ici 2008 pour les remplacer par les jetables de la sous-traitance. Normal : sa boîte n’a fait que 5,7 milliards d’euros de bénefices en 2005, les actionnaires crient famine. La rémunération du PDG atteignait péniblement 1,07 million d’euros l’année dernière, soit douze fois moins que celle du PDG de LVMH, Bernard Arnault (12,3 millions d’euros). Marre des inégalités !


Bonne nouvelle

Le chômage n’en finit plus de baisser ! Grâce à la réduction des durées d’indemnisation, ce sont environ 70 000 chômeurs par mois qui se font sucrer leurs allocs (source : CGT Unedic). Quand on n’a plus rien à perdre, à quoi bon répondre encore aux convoques à répétition de l’ANPE ? Du coup, ils finissent par sortir des statistiques en toute discrétion. C’est ce que la presse appelle une « nouvelle embellie sur le front de l’emploi ».


Avec la queue

C’est bien connu : quand le pauvre mange une cerise, soit il crache le noyau sur son voisin, soit il le presse entre le pouce et l’index pour le projeter le plus loin possible. Le riche, lui, ferme le poing sans le serrer, le rapproche de sa bouche et y fait discrètement et pacifiquement glisser la chose. C’est sûrement pour limiter le nombre des blessés par jets de noyaux qu’un producteur du Gard exige de ses cueilleurs, infiltrés par CQFD, de trier les cerises en fonction de leur destination : à point et de grosse taille pour les beaux quartiers de Montpellier, pas mûrs, pourris ou piqués pour les supermarchés du quartier HLM de Valdegour, dans la périphérie karchérisable de Nîmes.


Affinités

Pour le 14 juillet, au nom de « l’apaisement et de la justice », le coupé au bol de la CGT Bernard Thibault a demandé à Chirac d’amnistier les condamnés du mouvement de printemps. De quoi rasséréner les jeunes qui, le 28 mars, avaient croisé le service d’ordre syndical place de la République, à Paris. Témoignage cité dans le journal L’Envolée : « L’un d’eux crie “camarades” puis les autres reprennent ensemble leurs cris de guerre et chargent en hurlant vers le terre-plein… Je tombe à terre quand j’entends “j’en tiens un”, puis c’est une dizaine de ces brutes qui se mettent autour de moi en distribuant coups de pieds et coups de matraques, et se tirant les uns les autres pour pouvoir me mettre des coups tout en s’engueulant pour savoir s’il fallait me livrer à la police ou pas… » Comme on dit : passe-moi la rhubarbe, je te passerai la justice !


Axe du bien

Des documents publiés le 5 juillet par Libération confirment que la DST a interrogé des Français détenus à Guantanamo, en complète violation de tous les traités internationaux. En somme, pendant que l’État français réclamait officiellement la fermeture du « camp de la honte » américain, il s’arrangeait en douce avec les faucons pour y dépêcher ses perdreaux. Depuis, entre Paris et Washington, l’Axe du Bien tourne de nouveau à plein régime. Ainsi, début juillet, Etats-Unis et France ont fait cause commune aux Nations Unies pour empêcher toute condamnation des bombardements israéliens sur Gaza. C’est beau la confiance retrouvée.

Publié dans CQFD n°36, juillet 2006.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |