Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°036
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°036


L’ENTARTAGE DE SÉGOLÈNE ROYAL

SOCIALISTE, MOLLE ET GLUANTE

Mis à jour le :15 juillet 2006. Auteur : François Maliet.


QUAND ON L’A APPELÉ au bigo pour le féliciter, l’entarteur de Ségolène Royal nous a prévenu d’emblée : « On attend les barbouzes du proprio qui veulent nous virer manu militari du squat, mais on peut parler.  » Ambiance… Jonathan Joly est membre actif de la joyeuse troupe des vendeurs à la criée de CQFD. On n’a donc pas été trop étonnés d’apprendre que notre camarade erroriste avait remaquillé la pimbêche Royal d’un fraisier vengeur le 16 juin à La Rochelle. « J’ai voté pour elle aux régionales en 2004, dans le contexte de fronde anti-Raffarin, confesse-t-il. Le problème, c’est quand elle a arrêté de faire la pin-up dans les médias et qu’elle a commencé à parler.  » Sécurité-té-té, gamins reformatés par les bidasses, « modulation » du temps de travail… autant d’invitations à compléter son bulletin de vote par un dessert bien servi. Et pourtant, l’opération « fraisier de la colère » n’était pas préméditée : « En sortant du taf, j’ai appris qu’elle passait dans le quartier, j’ai acheté le gâteau  »,et paf ! « Je pensais que j’allais me faire détruire par leur service d’ordre, mais pas qu’ils allaient appeler la police.  » Entre camarades, on règle nos différends en famille, non ? Ségolène disait même avoir « pris le parti d’en sourire  »… avant de porter plainte aussi sec [1]. En fait, le sourire était pour les képis.

Le maire PS de La Rochelle, un certain Maxime Bono (aucun lien de parenté connu avec le chanteur papiste de U2), a lui aussi cafté aux bleus pour quelques éclaboussures malencontreuses. « Faut dire qu’il nous a dans le nez depuis une mémorable séance du conseil municipal de mai 2005, précise Jonathan. À l’époque, on campait avec des demandeurs d’asile dans un espace public et le préfet ne voulait rien savoir. Nous avons demandé de l’aide au conseil municipal, où l’on nous a répondu que régulariser les sans-papiers risquait de créer un appel d’air. On a failli en venir aux mains avec Bono.  » Pourtant c’est un coeur d’artichaut, le Bono : voir sa copine Royal déguster « en plein visage un objet collant, sucré, mou, gluant et dégoûtant  » l’a révulsé. Il en a même créé un blog [2], où il peut désormais donner son « point de vue sur les choses  », comme il l’annonce fièrement en bandeau. Et des trucs et des machins sur les choses, il en raconte, allant jusqu’à assimiler notre adepte d’attentats pâtissiers à un terroriste ou à un forcené : « Bertrand Delanoë et Douste-Blazy ont été poignardés en pleine rue, un dément a exécuté huit élus et en a blessé quatorze autres en plein conseil municipal de Nanterre. Et c’est vrai que j’avais envie de parler de tout cela aussi.  » C’est qu’il enverrait bien Jonathan à Guantanamo, le bougre ! Hé, Bono cono, il semble qu’il n’y ait pas que le gâteau qui soit mou et gluant…

Article publié dans CQFD n° 36, juillet-août 2006.


[1] Jonathan passe en procès le jeudi 27 juillet à La Rochelle.

[2] http://maximebono.over-blog.com/





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |