Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°036
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°036


TOUT DOIT DISPARAÎTRE

À VOS BRUMISATEURS !

Mis à jour le :15 juillet 2006. Auteur : Arthur.


Les sénateurs français, à l’abri de la chaleur sous les marronniers des jardins du Luxembourg, se sont courageusement arrachés à la contemplation des enfants en culottes courtes pour pondre un rapport sur le réchauffement climatique, qualifié d’« effrayant » et d’« alarmiste » par l’Obs (29/06). Notons en préambule que ces rapporteurs cacochymes font preuve d’un désintéressement certain puisque leur grand âge les prémunit contre une hausse moyenne de la température terrestre de 4 % à la fin du siècle. « Après nous le déluge ! » eût été un titre approprié pour ce rapport catastrophiste (et catastrophique), qui aurait pu s’intituler aussi : « Grâce à nous, le brasier ! » Le lecteur se dira : « 4 %, c’est pas grave, on enlèvera une petite laine.  » Oui, mais cette hausse des températures induira une montée des océans de quatre-vingt-dix centimètres et noiera pas mal de littoraux. Résultat, une pléiade de pêcheurs et résidents côtiers obligés de se réfugier dans les hauteurs et pas seulement au Bengale. Songez à ces misérables possesseurs de yachts à Saint-Tropez, contraints de garer leurs embarcations en haut de la montagne Sainte-Victoire. Et certains scientifiques parlent même d’une élévation de la mer de six mètres ! Faudra garer nos bagnoles au Sacré-Coeur (Paris), à Fourvière (Lyon) et dans la « Bonne Mère » (Marseille), les églises ayant vocation à devenir des parkings ombragés intéressants.

Les sénateurs en question sont-ils donc responsables des maux qu’ils dénoncent ? Sans aucun doute ! D’abord ils font partie de mouvements politiques, droite et gauche confondues, qui n’ont jamais remis en question la « croissance » des moyens de production basée sur le charbon et le pétrole. Leur vertu tardive n’en est que plus douteuse. Devant le four accompli de la planète, ils sont comme ces enfants gourmands vomissant leurs choux à la crème et se reprochant, mais un peu tard, d’avoir pillé la pâtisserie. Mais il faut bien s’acheter une conscience en dénonçant le pillage des ressources. Où ça ? Chez nous ? Mais non, en Chine et en Inde. L’enfer, c’est les autres ! Basanés de tous les pays, vous devriez avoir honte des futurs cyclones, sécheresses et inondations ! En examinant de plus près ce rapport « Alerte rouge sur le climat », on constate que son objectif n’est pas de remettre en question la course vers l’abîme calorifère mais de chercher en sous-main une alternative au pétrole et au charbon. Or c’est quoi l’avenir ? Le nucléaire, bien sûr !

Une fois posés les appels classiques aux « économies d’énergie » qui ne mangent pas de pain puisque leurs auteurs continuent de venir au Sénat dans leurs voitures de fonction climatisées, nos sénateurs trahissent en une seule phrase une méconnaissance totale des impératifs écologiques : « Ce qui nous importe, c’est l’avenir de l’humanité, pas celui des petits oiseaux.  » Ah, les cons ! Ils n’ont rien compris. Comme si les insectes, les abeilles, les oiseaux, les poissons et autres baleines ne faisaient pas partie des espèces vivantes nécessaires à la biodiversité donc à la vie de l’homme ! On devine l’espoir des sénateurs : une espèce humaine squattant la planète à son seul profit. Sans animaux ni végétaux. La pollinisation ? Ils ignorent. Le plancton ? Caca ! Seul l’homo crétinus a le droit de vivre dans sa bulle ! Ils ont découvert l’Atlantide !

En attendant la fin du siècle et l’enfer promis dont on espère qu’il sera rempli de bonnes petites diablesses au sang chaud, la presse nous donne des conseils de bon sens. On reste confondu devant la pertinence d’iceux : sous la canicule, buvez de l’eau ! Ne restez pas au soleil sans chapeau de paille ! Brumisez vos épidermes ! Ne laissez pas vos enfants et vos chiens (surtout vos chiens !) dans une voiture garée au soleil ! Et pas de barbecues dans la pinède ! Mais où vont-ils chercher tout ça ? Ajoutons une recommandation de notre cru : n’allumez pas vos braseros avec les rapports des sénateurs. Préférez les auteurs. D’accord, ils sont un peu parcheminés façon momies. Mais le sec, ça brûle mieux !

Article publié dans CQFD n° 36, juillet-août 2006.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |