Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°037
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°037


SI ON N’A RIEN À SE REPROCHER…

LES AFFIDÉS DU PERFIDE RFID

Mis à jour le :15 septembre 2006. Auteur : Mathieu Bouchard.

Bientôt, le prix de ta banette sera automatiquement décompté de ton CCP grâce à une puce greffée sous la peau de ton bras. En attendant, tous les nouveaux passeports sont équipés d’une puce RFID. Pour répondre aux diktats du Brave New World ?

LES ÉTATS EUROPÉENS avaient jusqu’au 28 août pour s’équiper de passeports électroniques dotés d’une puce RFID (Radio Frequency Identification). Décision prise le 13 décembre 2004 par les chefs d’État de l’Union afin de satisfaire aux exigences sécuritaires de l’administration Bush post-11 Septembre. Équipée d’une mini-antenne, une puce RFID, contrairement à celle de votre carte bancaire, n’a plus besoin d’un contact direct avec un appareil de lecture pour être décryptée. Les informations stockées peuvent être lues à distance et à votre insu. De plus, elles peuvent être modifiées sans que vous le sachiez.

Présentée comme un code-barres amélioré, la technologie RFID, développée à partir de la Seconde Guerre mondiale par l’armée états-unienne, est une aubaine pour le tout-sécuritaire. Depuis juillet 2005, quatre postes-frontière US avec le Mexique expérimentent les puces RFID. Celles-ci sont insérées au passeport de l’entrant et permettent au détenteur d’un appareil de lecture à distance - les services de police, par exemple - de lire les informations inscrites (nom, date d’entrée, etc.). Il est donc possible de suivre et de retracer en détail les mouvements d’une personne (où est-elle allée ? qui a-t-elle rencontré ?) et de contrôler les accès à un lieu donné (combien y a-t-il de personnes d’origine moyen-orientale en ce moment même à Manhattan ?). En un mot : espionner.

Parallèlement aux RFID commerciaux (insérés sur vos vêtements, ils peuvent enregistrer vos achats, des marques substituent déjà des puces RFID aux codes-barres, et en Australie certains clients se font greffer des puces pour gagner du temps aux caisses du supermarché…), l’usage des RFID sécuritaires se généralise. Aux États-Unis, tous les nouveaux passeports sont désormais équipés d’une puce RFID. Le Canada suivra à partir de 2007. Idem en Chine. Selon The Examiner, il serait également question d’insérer des implants RFID sous la peau des militaires. En Californie, un collège contrôle les déplacements de ses élèves, badgés d’une puce RFID. En Allemagne, durant la Coupe du monde de football, tous les billets étaient équipées d’une puce RFID. Il était donc possible de suivre à distance les mouvements de chaque supporter. En France, la RATP utilise déjà de telles puces pour ses passeports Navigo et ses cartes d’abonnement pour scolaires. Et le projet INES, nom de code d’une nouvelle carte d’identité mise en place à partir de 2007, prévoit son emploi.

Les CNIL européennes se sont inquiétées de « la capacité de collecter subrepticement tout un ensemble de données sur une seule et même personne, de tracer les gens lorsqu’ils se déplacent dans des espaces publics (aéroports, gares, magasins), de perfectionner des profils grâce à la surveillance des comportements des clients dans les magasins, de lire les détails des habits et des accessoires portés ou des médicaments transportés par une personne  ». Démocrate, la Commission européenne a lancé une consultation publique. Jusqu’au 17 septembre, il était possible de répondre sur Internet à un questionnaire fermé et rédigé en anglais afin de donner son avis. Ensuite, le libre citoyen aura juste le temps de faire un saut à la mairie pour retirer son nouveau passeport… RFID.

Article publié dans CQFD n° 37, septembre 2006.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |