Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°037
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°037



ADN : CRACHE TON VENIN

Mis à jour le :15 septembre 2006. Auteur : Marius Frehel.


Fin août, se déroulait à Alès (Gard) le procès de Benjamin Deceuninck, agriculteur poursuivi pour avoir refusé de cracher son ADN suite à une condamnation pour fauchage de betteraves transgéniques (un mois avec sursis). Il risquait 1 500 euros d’amende et un an de prison ferme. 300 solidaires à dominante rouge et noire étaient présents devant le tribunal. Une fois les caméras parties, place au procès. La parole est à Ben, qui affirme que « l’arbitraire du prélèvement et donc du fichage génétique est un choix politique, une dérive totalitaire », que son « refus est un devoir de résistance  » et que le fichage génétique se généralise, sauf pour les délits financiers : pas de salive obligatoire pour les cols blancs. Le président, agacé, rétorque que ceci n’est pas un meeting politique. Suit le réquisitoire de la proc’, qui précise qu’elle ne fait pas la loi mais qu’elle l’applique, qu’elle rêve d’un monde juste - et c’est son droit - et qu’elle aussi a lu 1984 d’Orwell. Ensuite, le baveux attaque sa plaidoirie sur la non rétroactivité des lois : fauchage en 2001, jugement en 2005, extension du fichage génétique en 2003 et refus de prélèvement de Ben en 2006, ajoutant que le non cumul des peines s’apparenterait à une double peine. Il insiste sur la discrimination du prélèvement : sur les onze faucheurs condamnés, seuls six ont été convoqués pour baver leur ADN. Le juge refuse d’entendre le témoignage de deux faucheurs qui eux ont accepté de cracher. L’avoc’ demande la relaxe : la liberté doit primer sur le sécuritaire. En conclusion, la proc’ requiert 500 euros d’amende : elle ne veut pas faire un martyr. Délibéré le 29 septembre. On espère que la cour, sensibilisée par la lecture du prémonitoire 1984 et par le soutien du syndicat de la magistrature et de deux anciennes résistantes à Ben, n’abondera pas dans le sens d’un Meilleur des Mondes ultra fliqué.

Article publié dans CQFD n° 37, septembre 2006.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |