Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°038
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°038


FAUX-AMIS

LA CONTRE-ENQUÊTE

Mis à jour le :17 octobre 2006. Auteur : Le bouledogue rouge.


Cinq ans après l’explosion d’AZF, la rumeur gronde sur Internet : et si c’était Al Qaïda qui avait fait le coup ? Et si on nous cachait la vérité ? Et si le gouvernement Jospin avait sciemment occulté la thèse de l’attentat islamiste parce qu’il pétochait de faire la guerre aux barbus ? Tapez AZF sur un moteur de recherche, et vous vous retrouvez assailli par une ribambelle de forums où s’épanouissent ces insanités. Non sans quelques variantes subtiles, du genre « faux attentat islamiste ourdi par la CIA ». Dans Charlie Hebdo, il y a une petite rubrique amusante qui s’appelle « la rumeur Internet de la semaine ». Inutile toutefois d’y chercher une allusion aux délires sur AZF, et pour cause : c’est Charlie Hebdo qui les alimente. Le 20 septembre, l’organe du Patriotisme Démocratique publiait en effet une retentissante « contre-enquête » de quatre pages sur AZF, intitulée « Tout a explosé sauf la vérité ». La vérité que fait péter Charlie, sur la foi d’éléments déjà largement exploités par L’Express et Le Figaro, c’est que la version officielle de l’accident est une farce et que les enquêteurs ont délibérément négligé la piste terroriste, pourtant accréditée par une note des RG évoquant l’hypothèse d’un attentat et le corps d’un ouvrier intérimaire de l’usine, mort dans l’explosion, qui portait « un short, deux caleçons et un slip ». Et ça, c’est louche. Si le gars portait plusieurs sous-vêtements, ce n’est pas parce qu’il avait froid, ou pour faire rigoler sa copine, mais parce qu’il se préparait au « djihad ». Plusieurs indices confortent ce soupçon. Primo : « Hassan J. » était arabe. Deuxio : il n’aimait pas la musique country et s’est même embrouillé à ce propos avec un collègue camionneur, pile poil le matin même de l’attentat ! Troublant, surtout quand on sait - mais les autorités font le black-out là-dessus - que les bombes humaines qui s’apprêtent à trousser les vierges du paradis adorent se mettre en jambe en houspillant les fans de Johnny Cash.

Il y a cinq ans, Le Figaro s’était couvert de ridicule en publiant les mêmes sottises. Aujourd’hui, Charlie est si fier de les refourguer que le numéro les contenant est resté en vente deux semaines. Sans pour autant répondre à la question qui hante le lecteur : pourquoi les infâmes barbus ont-ils choisi Toulouse ? Le World Trade Center, d’accord, ça avait de la gueule. Mais une usine d’engrais agricoles de Haute-Garonne ? Peut-être que les terroristes n’aiment pas non plus Claude Nougaro ? Et puis une autre question, plus taraudante encore : pourquoi la police, la justice, l’Élysée et trois gouvernements successifs s’acharnent-ils à escamoter la vérité ? Sont-ils déjà tous aux mains des réseaux djihadistes ? Charlie Hebdo, qui en quatre pages réussit à ne pas mettre une seule fois en cause le groupe Total - une pauvre petite PME sans défense, le bouc émissaire parfait ! - ne se pose aucune de ces questions. La rédaction de France Inter non plus, qui a salué la « contre-enquête » dans sa revue de presse du matin : « AZF : Charlie Hebdo relance la piste islamiste. » Par les temps qui courent, charger la mule barbue se fait tout seul, pas besoin d’éléments probants pour identifier le méchant. Dans le même numéro, Charlie dénonce - c’est un de ses leitmotivs - les « thèses complotistes de Thierry Meyssan ». Avis d’experts ! On attend avec impatience leur prochaine révélation. « La preuve que Guillaume Seznec était coupable : il portait trois caleçons. » Ou bien : « La vérité sur la fonte des glaces : les gaz à effets de serre revenaient d’un stage au Pakistan. »

Publié dans CQFD n°38, octobre 2006.






>Réagir<

Filiation et diffamation
Briac | 29 novembre 2006 |

A l’auteur des lignes suivantes :

« Sur le fond, que Mme Casteret ne soit plus là pour défendre son travail n’arrange rien : on aurait préféré que son fils, surgi dans vos colonnes, nous cache sa filiation et nous donne les détails en sa possession pour nous éviter d’attendre encore quelques années que la vérité surgisse enfin ! A moins qu’il ne craigne que la DGSE le »suicide«  ?! »

Je n’ai pas hésité une seconde à afficher ma filiation pour la raison suivante : depuis le décès de ma mère, je ne peux m’empêcher de voler dans les plumes de ceux qui l’ont accusée et l’accuse encore d’avoir publié des articles sur la piste de l’attentat pour d’ignobles raisons : vendre du papier, racoler, satisfaire l’islamophobie ambiante, se faire du fric, défendre Total et le grand capital, j’en passe et des meilleures… Tout cela est monstrueusement faux mais malheureusement, comme disait je ne sais plus qui « calomniez, il en restera toujours quelque chose »… ce type de diffamation fourmille sur internet, et ces accusations dégueulasses, connaissant ma mère comme je l’ai connue, insultent sa mémoire et sa famille. Vendre du papier, racoler des lecteurs, faire « sensationnaliste » ? Apprenez que ma mère était en congé longue maladie depuis 2002 et que par conséquent elle ne touchait plus aucun salaire de l’express mais une pension invalidité, qu’elle se foutait du fric, que toutes ses poches étaient percées et que sa seule intention dans cette histoire était de faire éclater la vérité. Islamophobe ? Quelle connerie ! Elle nous a élevé en banlieue avec des potes de toutes origines qu’elle recevait avec plaisir chez nous. Elle était née en Algérie en 1948 et s’est découverte anticolonialiste à six ans. Enfin, dans cette affaire AZF, elle ne s’emportait pas tant contre les malheureux auteurs de cet acte lamentable -vraisemblablement manipulés par des plus malins qu’eux- que contre l’entreprise d’étouffoir savamment orchestrée par les pouvoirs publics. Quant à la défense de Total et de ses intérêts, je ne réponds même pas tant ça fait rigoler tous ceux qui ont connu ma mère : le business et le grand capital, ah non, vraiment pas sa tasse de thé. Voilà, je trouve ça malheureux de lire dans les colonnes de CQFD, qui prétend détecter les errements et le prêt à penser des « médias qui mentent » des accusations systématiques sur des journalistes tous censés vendre du papier, sale de préférence. CQFD fragilise ainsi ce qu’il peut par ailleurs dire de très intéressant sur d’autres sujets. Il commence à sentir le « tous pourris » et ses déclinaisons qui n’intéressent plus personne car les visions du monde simplistes n’intéressent pas grand monde, et c’est tant mieux. Ensuite, quand vous écrivez que j’aurai mieux fait d’avoir sélectionné pour ce site les détails de l’enquête de ma mère, vous faites preuve d’une grande naïveté. Car c’est justement là que ma filiation seule est insuffisante pour le faire. Croyez vous qu’en six mois je peux faire plus vite que ma mère en cinq ans ? Le dossier AZF est monstrueusement épais et complexe. Je ne maîtrise pas le tiers du quart de ce qu’elle avait exploré. Ma mère a publié une demie douzaine d’articles disponibles sur le site de l’express et à ce jour, aucune erreur factuelle ne peut lui être reprochée. Rappelez vous Bréard qui menaçait les journalistes de les attaquer pour divulguation de fausses informations… il ne l’a pas fait pour Anne-Marie Casteret. Je connais d’autres faits non publiés mais si ma mère ne les a pas publié c’est pour protéger ses informateurs : puis-je me permettre, moi, de les mettre en danger ? Enfin, votre vanne à deux balles sur un suicide de la DGSE ne m’amuse pas follement. Vraisemblablement un témoin gênant dans cette affaire a mystérieusement disparu. Assurément des témoins gênants ont été impoliment priés de se taire. Assurément ma mère a été cambriolée en 2002 de son ordinateur et de ses dossiers et a vécu quatre ans sur écoute. Assurément, des flics de Toulouse ont tenté de l’impressionner. . . On peut rire de tout mais pas avec n’importe qui, disait Desproges. Vous parlez de très loin, monsieur

Voilà ma réponse. Je continuerai à riposter contre les diffamations qui insultent ma mère. Ca me paraît normal. Quand j’ai lu le même mécanisme se déployer face à Sylvie Coma de Charlie Hebdo, j’y ai reconnu quelque chose de familier… Quant aux éléments en ma possession, ils sont dans de bonnes mains. Je ne suis pas moi-même journaliste et je n’ai pas l’intention de le devenir. Ce travail d’enquête à poursuivre est très compliqué et très long. Beaucoup plus long que de rédiger un article prétentieux, nullissime, faux et grossier dans CQFD. A bientôt,

Briac

Slammons, enfants…
gatonegro | 11 novembre 2006 |
Complotistes et staliniens/ marchent encore main dans la main Garaudy c’est fini, maintenant on a Meyssan/ pour montrer aux enfants qui sont les mechants !/ Mais nous on s’en bat les nerfs/ car nous sommes LIBERTAIRES Enfin, on sait bien que tout se recupere… LA CONTRE-ENQUÊTE
Cloclo | 8 novembre 2006 |

C’est vrai que cette contre-enquête s’inscrit bien dans la logique de « normalisation » de Charlie, sous la férule de Val… Qu’est-ce que ce soit-disant scoop vient faire dans Charlie ? A part faire de la retape pour un public plus large, en étant moins regardant sur ses motivations d’achat, comme pour la publication « courageuse » des caricatures : mais ça fait aussi du chiffre !

Sur le fond, que Mme Casteret ne soit plus là pour défendre son travail n’arrange rien : on aurait préféré que son fils, surgi dans vos colonnes, nous cache sa filiation et nous donne les détails en sa possession pour nous éviter d’attendre encore quelques années que la vérité surgisse enfin ! A moins qu’il ne craigne que la DGSE le « suicide » ?!

Personnellement je ne demande qu’à être convaincu, mais c’est vrai que je crois me souvenir d’une « infographie » (dans le Monde me semble-t-il) sur le « rat explosif » qui dans le climat ambiant, n’avait rien de grotesque. Ne venait-on pas de vilipender sans explication crédible Thierry Meyssan dans tous les médias, alors qu’il demandait simplement qu’on lui explique comment un avion de ligne gavé de carburant avait pu se transformer en « chaleur et lumière » sans laisser la moindre trace sur la pelouse du Pentagone ? Je me suis effectivement demandé en quoi l’article de Charlie prouvait davantage de choses, et j’avais noté le carambolage avec la enième charge contre Meyssan dans le même numéro. Mais c’est vrai que lui ne va pas dans le sens du complot islamiste…

Si je comprends bien, l’explosion d’AZF serait le fait d’un groupuscule de Pieds-Nickelés islamistes, capables de faire péter l’usine (et celle d’à-côté ?) mais pas de revendiquer distinctement l’attentat, ni d’être reconnus et médiatisés par Al-Qaïda, en dépit de leur sens du tempo. Ce serait quand même le seul groupe ayant réussi un attentat dans la foulée du 11/09, dans tout le monde occidental… Pourquoi pas ? Et j’ai par contre trouvé convaincante la démonstration de l’intérêt d’un complot du silence des pouvoirs publics, pris en flagrant délit de négligence et craignant de casquer gravement : mais les contructions intellectuelles autour du complot (cf. Meyssan) ne sont-elles pas toujours satisfaisantes ?

Je découvre CQFD, un peu par hasard, sur Internet mais je compte bien y revenir. Merci

LA CONTRE-ENQUÊTE
gatonegro | 27 octobre 2006 |

Réduire une enquête de quatre pages à quelques vannes sur ses aspects les plus dérisoires, alors qu’il s’agit quand même d’une affaire grave (parles-en à un toulousain, tu verras), tout ça pour suggérer que votre tête de turc Charlie hebdo est, au mieux, un groupe de fantaisistes âpres au gain ou, au pire, un journal raciste, c’est quand même pas d’une honnêteté intellectuelle flagrante !

Des questions, bien sûr ! Mais elles viennent toutes de l’enquête, ces questions, toute une accumulation de faits non démentis qui amène à des interrogations…énormes ! Sur le pouvoir, opaque par nature, par exemple. Sur les collusions qu’impliquerait un tel secret d’état, oui, aussi.

L’explosion d’azf s’est produite à peine dix jours après le pulvéristion du world trade center. Le choc absolu ! La crainte d’une panique française, le plan vigipirate mis en défaut en plein climat de surenchère sécuritaire, la crainte aussi d’ un racisme antiarabe ingérable…Chirac passe un coup de fil à Desmarets, Vaillant au préfet, black-out total, la télé n’en parle surtout pas… ça n’empêche pas Le Pen de passer au deuxième tour des présidentielles six ou sept mois plus tard !

Je délire, bien sûr (sauf pour les présidentielles, malheureusement). Mais regarde comment Aznar s’est tiré une balle dans le pied en 2004, en essayant de mettre les attentats de Madrid sur le dos de l’ETA. C’était gros, évidemment ; 191 morts, 1500 blessés, l’enquête et ses résultats étaient attendus par tout un pays. Mais Aznar a quand même tenté le coup ! Des fois que l’opinion, tellement trauma, suivrait le chef sans moufter…Il est con à ce point- là, Aznar ?

AZF, 20 morts, 10000 blessés…dans la préfecture de Haute Garonne, écrit bouledogue rouge, autrement dit : nulle part (il est parigot ?). On balance la thèse de l’accident, les syndicats défendront par contrecoup la négligence de Total et nous voilà partis pour des années de procès sur une mauvaise voie qui ne coûteront pas grand chose à Total, groupe le plus riche de France, même pas ébranlé par le naufrage de l’Erika. Dommage que des journalistes un peu plus rigoureux, qui sont prêts à passer du temps chez les ploucs du sud-ouest viennent mettre le nez plus profond dans les déchets toxiques, beurk. Mais de toute façon, qui les entendra ? Les grands médias font assez de bruit pour les couvrir.

Seulement, les petits, de médias, s’y mettent aussi, soudain convaincus de la transparence de toute chose, eux qui nous bassinent à longueur de temps avec la connivence de Sarkozy avec July, de Chirac avec Bernadette et de mes genoux avec mes jambes. Comment, on nous cacherait des trucs ? Ouah l’autre, eh, c’est pas possible. C’est juste un truc des journalistes crétins pour nous faire croire que les islamistes sont très méchants, alors que non. Y’en a des biens.

De la haine anti cqfd ? Allons donc ! Macache walou de haine sur toute cette colonne. Juste un bobo critique. Vos flingots à vous sont rarement chargés à la flotte. Pour ce qui est des revendications, j’ai pas bonne mémoire, mais Sylvie Coma parlait de revendications étouffées. N’est pas Ben Laden qui veut. Salut.

LA CONTRE-ENQUÊTE
houcine | 26 octobre 2006 |
Dernière nouvelle : le bouledogue rouge a froid aux couilles et porte trois slips et un calbute « pour faire rigoler sa copine » ! Elle est gratinée, la contre-contre-enquête !! ça relève pas le niveau ambiant, mais c’est rigolo, cette ironie pisse-froide, c’est le cas de le dire, pouf, pouf. LA CONTRE-ENQUÊTE
| 26 octobre 2006 |

Que de haine contre CQFD ! Manifestement, douter de la « piste islamiste » est perçu par certains comme un odieux blasphème. Mettons que ce soient effectivement les barbus qui aient fait le coup. Mais dans ce cas, pourquoi n’y a-t-il jamais eu de revendication sérieuse ? En général, quand des terroristes commettent un attentat, ils s’arrangent pour que cela se sache : c’est même la première finalité du terrorisme, foutre la trouille aux gens et faire la réclame pour sa propre boutique. Dans le cas d’AZF, en revanche, les islamistes auraient été sournois au point de faire porter le chapeau à Total ? Dans quel but ? Par ailleurs, à supposer que justice et police aient tout fait pour innocenter les barbus (mais pourquoi, bon dieu ?), et à supposer encore qu’un pacte républicain unissant la gauche et la droite, l’Elysée et Matignon, Chirac et Sarkozy, se soit juré d’occulter la vérité (mais pourquoi, sacré nom d’une pipe ?) et donc de faire taire tous ceux qui risqueraient de révéler leur complot (et par quels moyens, saperlipopette ?), à supposer tout ça, quel intérêt avait Total de ne pas désigner les vrais coupables ?

Bref, on résume : si les islamistes ont fait le coup, cela veut dire qu’un réseau occulte rassemble à la fois toutes les institutions légales et politiques françaises, le groupe Total et… les islamistes eux-mêmes. Remarquez, hein, pourquoi pas… Mais avant de pendre CQFD à un poteau, il faudrait au moins se les poser, ces questions, et peut-être même tenter d’y répondre, non ?

LA CONTRE-ENQUÊTE
gatonegro | 26 octobre 2006 |

A part Le Monde libertaire, je ne me vois franchement aucun allié dans la presse, que ce soit chez Co-errances ou chez NMPP. J’ai bien plus appris et rigolé en lisant des épisodiques amateurs comme « le zizaniste » de Montpellier, ou « Dissensus » à Marseille que dans aucun organe national. Quant à la critique des médias, c’est con à dire, mais autant en rester à Bourdieu et à Halimi (…son bouquin !). CQFD : des ex de Charlie qui n’en finissent pas de ne pas en revenir d’être passés par là. La Décroissance : des ex-cocaïnomanes qui voudraient nous faire passer à la verveine, et qu’on aille la faire pousser en prime (dernier grand combat : max havelaar=mcdo). Le réseau Voltaire, qui fait dans le recyclages des ordures. Acrimed : des intellos en goguette qui voudraient bien devenir la référence du dégommage mais qui , visiblement n’en ont pas les moyens ni politiques, ni éthiques, ni intellectuels. Et Plpl, qui se croit drôle en accolant une insulte aux noms des journalistes visés, Joffrin-Mouchard, ah !ah !ah ! excellent ! Et dans tout ça, l’éternel scoop de la censure, comme si personne ne savait que les médias nous bourrent le chou en permanence. Mais merde, pourquoi donc tomber sur le râble d’une journaliste qui fait son boulot ? A la fin, dites-vous bien que vos règlements de compte, ON S’EN BRANLE ! Avec vos conneries, c’est l’ensembles des journaux alternatifs qui finit par ressembler à Voici

 ! Salut.

pas calme du tout
briac | 24 octobre 2006 |
Pardon, mais quand je lis chez ceux que je crois être mes alliés politiques des bavardages sans fondement et une telle pauvreté argumentative, sous couvert de rebellion, je m’énerve. Si je repère chez mes alliés politiques des pratiques et des discours qui reposent sur du prêt à penser et des stéréotypes, ingrédients qui constituent pour moi un fondement récurrent des discours de droite (tu sais, le bon sens…) je combats ! Si tu veux critiquer les dessins, critique les dessins. Ne te contente pas de dire qu’ils puent, ceux qui disent souvent que leurs ennemis puent, c’est l’extrême droite ! Critique ce que tu trouves critiquable dans ces dessins, je te rejoindrai certainement par endroits… Si tu veux critiquer la contre-enquête : enquête par toi même. Sinon, tu n’as aucun moyen de la critiquer : aucun. Sinon, garde tes remarques pour le salon de thé. Je ne suis pas calme et je n’ai pas l’intention de l’être sur ce sujet : c’est un sujet grave. Briac LA CONTRE-ENQUÊTE
| 24 octobre 2006 |

T’inquiète, Briac, c’est jamais qu’un articulet persifleur qui n’a rien à dire, sinon : Total est une multinationale, donc Total est coupable. Ca ne pissera pas très loin.

Ca fait quand même mal au coeur de voir l’extrème gauche s’abîmer dans de telles caricatures d’elle même, c’est certain ! Ce n’est pas non plus un fait super nouveau.

Eh, les lecteurs : comment pouvez vous croire à ce point là que l’équipe de votre cher mensuel soit complètement dénuée d’arrière pensées, à part celle de tout foutre en l’air (ben oui, mais ça c’est marqué sur le couv’, ducon) ?

Les journaleux de CQfd, ils sortent de nulle part ? (ah, non, c’est des chômeurs, donc super, autogestion, cool, Val, patron, méchant, grrrr).Ils ont pas de famille à nourrir, pas de réputation à tenir ? Ils sont pas censés penser comme vous pour vous vendre leur canard ? Et ils y tiennent à ce canard, et c’est pour ça que, parfois (mais pas là) je les aime bien.

LA CONTRE-ENQUÊTE
briac | 23 octobre 2006 |
Tiens, d’ailleurs, les voilà, vos lecteurs : voyez comme ils mordent à l’hameçon ! Bravo CQFD ! Mille bravos ! Moi, je pense à la tête que vous ferez quand vous découvrirez que vous étiez sagement dans le camp des étouffeurs. Quand vous apprendrez la violence de cette affaire. J’espère que vous aurez honte. J’espère qu’à l’avenir vous chercherez la vérité ailleurs que dans une boule de cristal au vernis pseudo-gauchiste. Vous vous comportez comme des gens de droite : nulle place au doute, nulle place à l’enquête, nulle place à la saine interrogation, nulle place au respect des faits, nulle place au respect des lecteurs. C’est pas avec vous qu’on fera la révolution. Avec tes grossiers talents de manipulateur à sabots, rejoins l’équipe Sarkozy, bouledogue rouge, tu emploies assurément les mêmes méthodes. Je vous attends tranquillement au tournant… Migraine assurée pour vous tous quand vous aurez le fin mot de cette affaire… Seule la vérité est révolutionnaire Briac LA CONTRE-ENQUÊTE
| 23 octobre 2006 | Et les astéroides, alors ?
Oh du calme les gars ! L’article de CQFD ne prétend pas faire la lumière sur AZF mais pointer la dérive d’un journal qui voit des barbus dès que ça chie quelque part. J’ai lu la contre-enquête de « Charlie » et je trouve sa démonstration faiblarde. Quant aux dessins qui l’accompagnent, certains puent carrément. Au fait, il paraît que ce serait la chute d’un astéroïde qui a dézingué AZF. C’est en tout cas ce que disent des journalistes très très sérieux qu’il ne faut surtout pas critiquer… Bravo CQFD, continuez ! LA CONTRE-ENQUÊTE
Piotr 91 | 21 octobre 2006 |

CQFD, mon ami. Je soutient le journal depuis mai 2003, alors en pleine lute pour nos retraites. depuis cette « branlée historique » que nous avons essuyée je m’applique, en bon camarade à faire connaître CQFD.

Cet article est notre premier gros desaccord.

Moi aussi, je suis inquiet du climat arabophobe qui rampe et s’installe dans l’opinion grâce aux efforts de quelques media qui mentent et autres intellectuels à euros, tous porte-paroles de la vision nouvelle guerre de civilisations à l’unisson avec les faucons de Washington et d’ailleurs. Je soupçonne même Charlie Hebdo s’y avoir versé.

Cependant, l’enquête sur AZF présentée par Charlie n’est pas de Charlie. Cette enquête présente une synthèse des travaux de madame Anne-Marie Casteret, disparue trop tôt, le printemps dernier. Sylvie Comas a pu disposer de l’ensemble de l’enquête de madame Casteret. Elle a pu constater elle même et de façon directe la rigueur du travail de sa collègue. Cet article sur AZF rend hommage à une journaliste dont la rigueur et le sérieux sont incontestés. C’était déjà grâce à Anne Marie Casteret, à son courage et à sa tenacité que l’affaire du sang contaminé n’avait pu être enterrée. Vous vous étonnez à l’idée que 3 gouvernements, l’ensemble des pouvoirs et des grads media aient pu se rendre complice d’un mensonge aussi gros. Quelle innocence ! Il y a eu tellement de précédents.

Vous devriez vous pencher sur le dossier sérieusement. Cela vous est possible.

On en reparle après ?

LA CONTRE-ENQUÊTE
Briac | 21 octobre 2006 |
Un des intérêts collatéraux du traitement médiatique de l’affaire AZF est que cette histoire m’a fait cruellement découvrir les limites de la critique des médias. Je m’explique : je suis clairement un anarchiste ultra égalitariste. Les inégalités me révoltent et je suis l’ennemi systématique de chaque pouvoir injuste. C’est donc très naturellement que je me suis intéressé à l’acrimed, à PLPL et autres cqfd. Je travaille en banlieue et j’ai toujours été choqué du prêt à penser que nous servent les auto-proclamés grands médias sur ces quartiers. Confidence : je suis le fils d’anne marie casteret, décédée en mai dernier, qui a enquêté les cinq dernières années de sa vie sur cette explosion. J’ai pu constater avec effroi le « travail » des critiques des médias sur cette affaire : de la merde diffamante. Qu’est ce que je veux dire ? L’acrimed, et cqfd aujourd’hui qui revient à la charge à propos de l’article de sylvie coma, ne connaissent de toute évidence rien à cette affaire et encore moins à l’envers du décor. Les faits ne vous intéressent pas et vous êtes tellement persuadés (êtes vous télépathes ?) de connaître les arrières pensées de ces journalistes que vous vous égarez et vos lecteurs avec. Ma mère était clairement de gauche et sylvie coma également : merde, ça doit bugger quelque part au niveau de vos préjugés, non ? En vous contentant de tourner en dérision leurs articles, vous couvrez le travail d’attaché de presse vendu aux pouvoirs de tous les autres médias (libé, le monde, l’humanité, j’en passe…) qui répètent sagement ce que la police et le procureur bréard imposent depuis le début avec une violence et un mépris du peuple incroyables ! C’est un acte criminel qui est à l’origine de cette explosion. J’ai suffisamment d’éléments entre les mains pour écarter tout doute. Tous ne sont pas publiables car de nombreux témoins ont été « priés » de se taire. Mais j’ai confiance, la vérité a été tellement maladroitement et violemment cachée qu’elle éclatera un jour. Ce jour là, vous pourrez rééxaminer vos conceptions sur cette affaire, j’espère… Quel problème avez vous avec cette affaire ? Pour ma part, le fait que cet acte criminel ait été commis par un groupuscule de tarés intégristes ne me rendra ni islamophobe, ni raciste ni « insécurisé ». Vous, si ? Pensez vous que la diffusion de cette information rendrait le peuple islamophobe, raciste ou insécurisé ? Alors vous méprisez le peuple. Moi, non. N’êtes vous pas gênés par le fait qu’on ait fait endosser la responsabilité du pseudo-accident à un jeune ouvrier, qui aurait mélangé du chlore avec de l’ammonitrate pendant cinq ans pour conclure en juiller dernier qu’il n’y avait pas de ce chlore là, ni dans le tas du hangar du 221, ni dans le hangar où ce jeune homme avait balayé ? N’êtes vous pas troublés par la présence d’un beau sac de chlore tout neuf, découvert plus de dix jours après l’explosion par un « expert » pas encore nommé expert ? N’êtes vous pas déroutés par les expériences de chimie amusante de ces experts qui accumulent de grossières erreurs ? La piste de l’accident chimique est construite depuis le début, elle vient de s’effrondrer, et plus personne ne se pose de questions… Vous non plus ? Pour ma part, je regarde d’un autre oeil vos critiques des médias : assurément, il faut aussi s’en méfier. Beaucoup de celles ci ont facilement rangé ma mère dans la catégorie « réactionnaire pleine d’arrières pensées » (un coup elle fait sagement le jeu de total, un coup elle cède à l’islamophobie, un coup elle délire, etc…). Malheureusement pour les auteurs de ces articles, c’est faux. Elle pensait que « seule la vérité est révolutionnaire »… pas vous ??? Moi, si. La vérité éclatera car les manipulations du dossier sont visibles. A ce moment là, l’acrimed et cqfd prendront conscience qu’ils ont été durant cette affaire les alliés objectifs du procureur bréard, de combines policières gravissimes, de dérives médiatiques qu’ils ne cessent par ailleurs de dénoncer, et ça, merde, ça me fait mal ! Si vous êtes honnêtes intellectuellement, contactez moi, qu’on en discute. LA CONTRE-ENQUÊTE
| 20 octobre 2006 |
ca faisait longtemps que vous aviez pas tapé sur Charlie, on commençait à se faire chier ! LA CONTRE-ENQUÊTE
| 20 octobre 2006 |

Ceci n’est pas une réaction à l’article, que l’ai déjà écrite il y a 3 jours mais qui, visiblement, n’a pas plu aux modérateurs-censeurs.

Prendre des postures rebelles, prôner la libre expression et l’information décallée, offrir un bouton « réagir » aux internautes en signe d’ouverture d’esprit, et finalement censurer les opinions qui ne conviennent pas, c’est faire montre de beaucoup de conservatisme. Savez-vous que même « le Monde » et Libé publient les réactions des lecteurs, sans filtre, sur leurs sites. Je parierai même que le Figaro le fait aussi (pas été voir).

LA CONTRE-ENQUÊTE
Jeannot | 19 octobre 2006 |
Des arguments solides et un style mordant pour une excellente contre-contre-enquete. Merci Bouledogue rouge ! Charlie Hebdo
Pierre BLEUE | 18 octobre 2006 |

Charlie Hebdo est devenu au file du temps un torchon réactionnaire raciste, ses membres fondateurs ont vieillis, leurs discours se sont rabougris, ils nous servent désormais entre deux glaires une sorte de petit bouillon haineux, qui flatte le puissant ( « Israel n’est pas un pays raciste » selon eux) et tappe un maximum sur les victimes, musulmanes de préference. L’humiliation des minorités françaises comme nouvel effet de manche pour vendre leur papier. Un journal satirique « de gauche » qui se fait le vecteur des mêmes mensonges populistes que les franzines nazis : le « péril musulman » est devenu le Leitmotiv sans cesse reformulé, réactualisé, par Philippe Val, neomascote des néocons sarkosistes pro-israéliens du PAF.

A Charlie Hebdo c’est comme à Libé ça pue et pas qu’un peu.

LA CONTRE-ENQUÊTE : manipulation ?
Jean-Paul Rosfelder | 18 octobre 2006 |
A prendre également en considération : n’est-il pas dans l’intérêt de Total, peu empressé de dédommager les victimes, de soutenir, colporter et propager de telles rumeurs ? Bien amicalement LA CONTRE-ENQUÊTE
efji | 18 octobre 2006 |

Un article qui ne grandit pas son auteur. La bonne vieille ficelle consistant à traiter immédiatement de « complotiste » toute théorie qui contredit la thèse officielle, sans oublier de faire de subtils amalgammes avec d’autres « complots » tous aussi farfelus les uns que les autres (ovnis, fachos, antisémites etc..).

Dans l’affaire AZF, les faits sont têtus :

1/ Aucun expert sérieux ne peut croire en la véracité de la thèse officielle (explosion spontanée à cause de traces de déchets chimiques sur le tas de nitrate d’ammonium).

2/ Des milliers de témoins ont entendu 2 explosions distinctes séparées par plusieurs secondes. Ils ont été enregistrés à partir de plusieurs endroits de l’agglomération. L’analyse des enregistrements prouve que la première explosion (plus petite) provenait de la SNPE voisine d’AZF.

Ensuite, mais on rentre dans le domaine de l’interprétation, que la cause soit un accident à la SNPE ou un attentat, cela devrait être le travail d’une commission d’enquête sérieuse et indépendante de le déterminer. La seule chose certaine c’est que la version officielle ne tient pas la route une seconde d’un point de vue scientifique.

Maintenant, il est troublant de constater le manque de combativité de Total sur ce dossier. Elle semble résignée à porter le chapeau et plaider l’incompétence. Un deal pour masquer un secret d’Etat ? (en échange d’autres compensations bien sûr).

LA CONTRE-ENQUÊTE
Daniel Vivas | 18 octobre 2006 |

Une remarque extraite de l’essai de Jaime Semprun, L’abîme se repeuple pour une mise au point historique sur ce à quoi aspire le gauchisme :

« La contribution du gauchisme à l’aliénation la plus moderne a généralement été aperçue à travers les annecdotes effectivement pittoresques de quelques carrières professionnelles, mais comme l’effet d’un reniement plutôt que d’une fidélité, alors que ce reniement de certains aspects superficiels de l’idéologie gauchiste n’a été aussi aisé, et fructueux qu’en raison de sa fidélité à un contenu plus profond. Car si l’on néglige justement les déguisements révolutionnaires que le gauchisme allait décrocher au musée historique, ce contenu était bien l’adaptation au rythme accéléré du changement de tout, l’ajustement de la fausse conscience à ces nouvelles conditions où il allait falloir apprendre à vivre sous les chocs de la production industrielle de masse. »

Faut-il s’étonner alors des thèses rances de Charlie Hebdo ?

LA CONTRE-ENQUÊTE
Guillotine | 18 octobre 2006 |

decidement,« charlie » part completement en sucette,et devient de plus en plus un journal de « centre gauche »,voire l’organe de presse des « grandes valeurs democratiques françaises ».

apres les attaques contre les « rouges-bruns »,apres l’amalgame « lonsdale=nazis » (rappelons que cette marque,portée par tous les skins,y compris les skins anti-racistes ou anarchistes,est une marque de boxe,qui a equipé de nombreux boxeurs noirs),apres les delires de Val et de J-B Thoret sur le rap (pas de rap engagé selon eux…on transmettra à La Rumeur,Casey,Dead Prez,The Coup et aux autres…),maintenant les attaques delirantes contre l’islam et les theses parano dignes de sarko.

et dire qu’au moment de l’explosion de l’usine AZF,ils avaient publié un article,justement,reprenant les « arguments » en faveur de la « piste terroriste » et les eliminaient l’un apres l’autre !!

decidement,sous le regne de Val,ce journal devient du n’importe quoi grotesque !!

LA CONTRE-ENQUÊTE
Luc | 17 octobre 2006 |

On voit très bien en revanche pourquoi les patrons d’AZF aimeraient beaucoup que la thèse terroriste soit avalisée : de coupables ils deviendraient alors victimes.

Et, AZF n’étant coupable de rien, leurs assureurs n’auraient plus à supporter les indemnisations des victimes.

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |