Accueil
Sommaire du N°038
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°038



LES BRÈVES DU N°38

Mis à jour le :17 octobre 2006. .

Dialogue social

Au matin du 14 septembre, les chômeurs marseillais convoqués à l’ANPE de la Joliette ont dû rebrousser chemin : en raison d’une visite du ministre du Travail Gérard Larcher, un cordon policier long comme un jour sans alloc’ interdisait à quiconque d’entrer. Il fallait à tout prix éviter que la grosse légume à tête de Louis XVI se salisse le goître au contact d’un chômeur. Une poignée de syndicalistes venus depuis Arles ont eux aussi été parqués loin du ministre. « On a voulu diffuser nos tracts, mais les collègues de l’agence étaient si terrifiés que personne n’a osé les prendre », témoigne Sylvie Combes, une conseillère CGT. Empêchés d’accomplir le rituel réglementaire des « actes positifs et répétés en vue de trouver un emploi », les chômeurs de la Joliette attendent leur avis de radiation.


Dialogue social

Au matin du 14 septembre, les chômeurs marseillais convoqués à l’ANPE de la Joliette ont dû rebrousser chemin : en raison d’une visite du ministre du Travail Gérard Larcher, un cordon policier long comme un jour sans alloc’ interdisait à quiconque d’entrer. Il fallait à tout prix éviter que la grosse légume à tête de Louis XVI se salisse le goître au contact d’un chômeur. Une poignée de syndicalistes venus depuis Arles ont eux aussi été parqués loin du ministre. « On a voulu diffuser nos tracts, mais les collègues de l’agence étaient si terrifiés que personne n’a osé les prendre », témoigne Sylvie Combes, une conseillère CGT. Empêchés d’accomplir le rituel réglementaire des « actes positifs et répétés en vue de trouver un emploi », les chômeurs de la Joliette attendent leur avis de radiation.


Scandale

Le préfet du Val-de-Marne à propos des expulsés de Cachan : « En réalité, les squatteurs veulent reconstituer un village africain en plein Paris. Ils veulent rester unis. » (recueilli par Entrevue du mois d’octobre) Vivre ensemble et s’entraider, c’est vraiment de la sauvagerie pure.


Vie de château

C’est Le Point qui nous l’apprend (29/09/06) : les bénéficiaires de l’Allocation spécifique de solidarité (ASS, 600 euros (sic) par mois) sont des « parasites » qui « dévoient la générosité du modèle social français ». Pour preuve, le témoignage (non vérifié) d’un prétendu chômeur (anonyme) qui roule en Alfa-Roméo, possède une maison, porte des Levi’s et revendique « vingt-quatre ans de farniente rémunéré » grâce à la « planque » des minima sociaux. Pour rendre service aux gratte-papier du Point (propriété de François Pinault, le multimilliardaire chiraquien qui a fraudé le fisc en 1999), rasons leur gagne-pain au bulldozer : une fois nichés dans le fromage princier du Rmi, de la Caf et des Assedic, ils nous remercieront.


Mammouth scientiste

Claude Allègre, le bonze assoupi de la science française, a été pris en flagrant délit de bidonnage en dénaturant les conclusions d’un article de la revue Nature. Le gros pépère, qui n’a de cesse dans ses chroniques de L’Express de fustiger « l’obscurantisme » des anti-OGM, insinuait le 21 septembre que les changements climatiques actuels n’étaient nullement le signe d’un réchauffement global de la planète. Et de pester contre « l’écologie de l’impuissance protestataire » qui voudrait empêcher les pollueurs de faire le bonheur de l’humanité. Droit dans ses pantoufles, il persiste : « La science avance parce que certains refusent de penser comme la majorité. » Ou qu’ils refusent de penser tout court ?


Crédit pas mort !

Le supermarché Champion du quartier de La Source, en banlieue d’Orléans, a licencié une de ses caissières pour « détournement de fonds ». En fait, Babeth aidait les clients les plus démunis en leur faisant crédit sur des produits de première nécessité. Une fois le RMI ou la CAF encaissés, ils venaient en douce s’acquitter de leur dette. Le DRH de Champion accuse Babeth de « frapper du sceau de la charité un acte frauduleux. » Ce crétin confond justice et pitié. Un comité de soutien fait circuler une pétition pour exiger la réintégration de la caissière-courage, que les gens viennent signer en masse. CQFD dit : « Vive Babeth ! Vive la Sociale ! »


C’est pas du jeu

Le footeux Vikash Dhorasoo est tombé en disgrâce. Relégué en équipe B du PSG et menacé de renvoi « disciplinaire », il ne sera pas non plus appelé en sélection nationale. Pourquoi ? Pour avoir filmé sans autorisation du chef et des sponsors les à-côtés de la Coupe du monde. Déjà, en 1999, il s’était retrouvé tricard pendant cinq ans pour avoir humilié son capitaine, Didier Deschamps. Lors d’un entraînement, il lui avait fait un petit pont (feinte consistant à glisser la balle entre les jambes de l’adversaire). Crime de lèse-hiérarchie condamné par tous, Marcel Desailly le premier : « La qualité des entraînements et son implication ne lui autorisaient pas ce genre de geste. » Plutôt que « jouer au foot », on devrait dire « claquer des talons ».

Publier dans CQFD n°38, octobre 2006.






>Réagir<

LES BRÈVES DU N°38
Rousseliere jean-pierre | 18 octobre 2006 | LES BREVES DU N° 38

Je voulais surtout revenir sur un discours du 14:10:2006 qui fait allusion a une partie de la population qui se veut active par deontologie humaine et dignite et l’autre qui ne peut que se contenter de regarder et continuer a esperer exemple les 55000 demandeurs d’emploi de la region centre qui etaient convoques par la region centre en mai 2006 et donc departement par departement . grande reunion on rassemble et au final combien ont obtenus satisfaction l’histoire ne le dit pas il est clair que la france ne peut pas donner un travail a tout le monde avec un salaire viable alors de grace arretons de taper systematiquement sur ces personnes qui ont perdus leur emploi par manque d’anticipation politique par la disparation pure et simple de plusieurs milliers de metiers exemple dans l’indre depuis environ les annees 1960 50000 emplois perdus dans la confection avec des fermetures d’usines depuis plusieurs decennies d’une facon inexorable exit le journal local . quand on sait qu’en France il y a 1100 milliards d’euros d’epargne en assurance vie et que le pont de millau dans l’aveyron n’a coute qu’un 1/2 milliards d’euros on situe mieux l’ampleur de cette somme .

Enfin n’est - il pas plus simple en mettant le pied par terre le matin en se levant et d’entendre tomber dans la tirelire 5000 euros plutot que de commencer a se tracaser de savoir ce que l’on va pouvoir manger a midi si toutefois cela arrivait .

quand on parle de crise morale il serait souhaitable de commencer par balailler devant sa porte et si l’on faisait preuve d’une certaine integrite de ne pas cibler systematiquement une partie de la population comme exutoire national

En resume si vous faites le bilan sur le modele de perception de la situation on comprends tout de suite que cela ne constitue pas une source de reparation de la situation mais plutot d’un esprit critique tres CIBLE avec la facilite de ne pas prendre beaucoup de risque .

Je voulais juste rajouter de source sur qu’il y avait en FRANCE 4,7 millions de personnes a beneficier de la CMU en 2005 avec une augmentation de 25% depuis 2000

Bonne continuation

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |