Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°038
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°038


OUVRIERS SOLIDAIRES PAS MORTS !

BLANCHISSERIE AU BLACK

Mis à jour le :15 octobre 2006. Auteur : Nicolas Arraitz.


LA QUASI-TOTALITÉ des 160 employés de la blanchisserie industrielle Modeluxe, à Chilly-Mazarin, a débrayé le 2 octobre et occupé l’usine pendant une semaine en soutien à vingt-deux sans-papiers que la direction prétend licencier. Au fait de la situation depuis deux ans, la préfecture de l’Essonne sifflotait en regardant ailleurs. « À aucun moment, le préfet n’a promis de régulariser ces travailleurs étrangers, justifie son secrétaire général, Michel Auboin (Le Parisien, 03-10-06). Il a juste accordé un délai pour examiner tous les dossiers. Par ailleurs, il hésitait à prendre une position ferme car il se demandait quelles étaient les responsabilités dans cette affaire. Aujourd’hui, on ne sait toujours pas si la fraude vient d’une filière malienne d’immigration clandestine ou si l’entreprise a profité de cette main-d’oeuvre clandestine.  » C’est vrai ça, qui sait ? Mais on a toujours besoin d’un peu de main-d’oeuvre flexible chez soi. Le préfet affirme maintenant qu’il n’y a rien à négocier, que ces Maliens sont passibles des tribunaux pour avoir obtenu leur contrat grâce à de faux papiers. Coupables d’avoir abusé de la naïveté du patron, en somme. Contacté par CQFD, Raymond Chauveau, de l’UL-CGT Massy, s’emporte : « La préfecture a fermé les yeux. C’est clair, c’est prouvé. Et vendredi 6, c’est sous escorte policière que la direction est venue récupérer son linge sale. On voit bien de quel côté penche le préfet.  » Une descente de police avait eu lieu en décembre 2004, sans doute sur dénonciation patronale, recensant une quarantaine de Maliens dépourvus de carte de séjour. Depuis, l’examen des dossiers traîne en longueur. En fait, Sunlight, propriétaire anglais, veut faire le ménage avant de vendre la boîte. C’était sans compter sur les impondérables : pour la première fois dans ce pays, une usine est occupée en solidarité avec des sans-papiers. Modeluxe aurait perdu 70 % de ses clients depuis le début du conflit. Le repreneur va revoir son offre à la baisse.

Article publié dans CQFD n° 38, octobre 2006.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |