Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°038
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°038


DE NOTRE CORRESPONDANTE À MOSCOU

MENTIR AURAIT ÉTÉ MOINS RISQUÉ

Mis à jour le :15 octobre 2006. Auteur : Béa Isam.


Depuis quelques jours, Moscou est grise. Le ciel, à l’unisson de nos humeurs, s’est assombri un peu plus depuis samedi, jour de l’anniversaire de Poutine. Et jour de la mort d’Anna Politkovskaya. Elle était une journaliste courageuse, surprenante, qui refusait de se taire dans un pays injuste et rude, dirigé par une structure autocratique. Elle écrivait pour l’hebdomadaire Novaya Gazeta depuis 7 ans. Elle disait une vérité qui ne doit pas être dite. Cette vérité sur une barbarie faite système. Dès 2000, elle s’est rendue en Tchétchénie, loin des sentiers battus, loin des convois de presse organisés par l’armée. Elle a montré qu’il était possible de témoigner, de raconter cette violence. Et elle a été une des rares à faire sortir l’information jusqu’à l’Europe qui ne veut pas voir.

Hier après-midi, 10 octobre, loin du Kremlin, dans un cimetière à l’est de Moscou, l’heure était au recueillement et à la colère. Une colère contenue, muette et triste. Plusieurs milliers de personnes étaient là, et l’espoir renaissait en voyant tous ces visages, affectés mais déterminés, ces femmes et ces hommes stoïques sous la pluie. Dommage, bien sûr, de devoir en arriver là, dommage aussi de sentir que même un crime aussi lâche ne provoque pas plus de révolte. Comment la contenir, cette rage, en entendant Poutine reprocher presque à la victime d’avoir été assassinée, arguant que sa mort allait « à l’encontre de l’unité nationale russe  » ? Et en France, où Poutine a récemment été médaillé par Chirac, combien de journalistes n’ayant jamais rien dérangé dans le décor du consensus républicain verseront aujourd’hui de chaudes larmes sur cette consoeur qui leur était si radicalement étrangère ?

De notre correspondante à Moscou.

Article publié dans CQFD n° 38, octobre 2006.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |