Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°038
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°038


PETIT CYNISME ORDINAIRE

KILLOLOGIE JOLIE

Mis à jour le :15 octobre 2006. Auteur : Georges Broussaille.


Tuer ses semblables n’est pas chose facile. À part quelques psychopathes les êtres humains répugnent à ce travail. Aussi, depuis la nuit des temps, les va-t-en-guerre ont cherché des solutions pour exciter leurs contemporains au meurtre. Dans ce domaine, si la religion a toujours donné de bons résultats, la science a également apporté sa contribution. Une interprétation raciste du darwinisme a donné des concepts laïques pour déshumaniser l’ennemi, l’assimiler à un animal nuisible. L’impie à convertir, le sauvage à civiliser, voilà qui est plus facile à tuer. Mais ces techniques empiriques ne peuvent satisfaire un vrai scientifique, il fallait rationaliser tout ça, bâtir une vraie science du meurtre. C’est fait, voici venue l’ère de la killologie.

JPEG - 12.1 ko
« La guerre est finie » L.L. de Mars

Aux USA, des psychologues travaillent à reformater les cerveaux récalcitrants, pour programmer un quidam à tuer automatiquement dans certaines situations. Ils proposent déjà à l’armée et à la police des méthodes pour améliorer le taux de « tuerie ». Mais leur science rencontre encore des résistances, des adeptes sont persécutés et la killologie a déjà ses martyrs. Comme Steven Green, un GI de vingt et un ans. Décrivant ce qu’il a ressenti en tuant un Irakien à un check point, il a déclaré : « En fait c’était rien. Ici, tuer les gens c’est comme écraser une fourmi. Je veux dire, vous tuez quelqu’un, et c’est comme : bon, allons chercher une pizza. » Au lieu de le féliciter, l’armée l’envoie en cour martiale pour une bavure bénigne : le massacre d’une famille irakienne, dont une fillette de quatorze ans violée avant d’être zigouillée. Ayant triomphé des archaïsmes, les killologues en feront peut-être le Galilée de leur science : « Et pourtant il tue.  »

Article publié dans CQFD n° 38, octobre 2006.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |