Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°040
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°040



LES « DESIRS D’AVENIR » D’UN EX-OAS

Mis à jour le :15 décembre 2006. Auteur : Olivier Cyran.


Début novembre, un journaliste appelle la fédération PS des Bouches-du-Rhône. Il souhaite parler avec Théo Balalas, le responsable des adhésions à la « fédé », dont CQFD a rappelé le glorieux parcours en juillet dernier (n°37). Ancien de l’OAS, cofondateur d’Ordre Nouveau et du Front national sur Marseille, Balalas a accompagné ou inspiré tous les exploits historiques de l’extrême droite locale - dont une série de plasticages et de « ratonnades » en 1973 - avant de rallier Gaston Defferre et de drainer sur ce saint homme une partie de l’électorat pied-noir. À l’instar de ses amis de la « fédé », les Guérini, Menucci, Bernardini et autres pratiquants de « l’ordre juste », le cacique rose-brun du service encartage (son poste est l’équivalent fédéral de celui qu’occupe Jack Lang rue Solferino) milite aujourd’hui pour Ségolène Royal, dont il apprécie le « discours carré » en matière sécuritaire. À CQFD qui l’interrogeait cet été, le tromblon de 71 ans a assuré n’avoir aujourd’hui comme hier qu’un seul ennemi : « Les gaullistes qui ont trahi », marquant son attachement indélébile à l’Algérie française. Une telle sincérité en socialisme méritait certainement un peu de publicité. Hélas, trop occupées à morigéner Georges Frèche, les instances supérieures du PS ont gardé bouche close sur Théo Balalas. Quand le journaliste a appelé la fédé des Bouches-du-Rhône, dans le cadre d’un documentaire sur les crimes racistes commis à Marseille dans les années soixante-dix, on lui a répondu que le chef n’avait rien à déclarer. Et quand il a insisté pour obtenir au moins une photo, on l’a envoyé sur les roses. Au même moment, on pouvait lire sur « Désirs d’avenir », le site Internet de Ségolène Royal, une intervention de Théo Balalas exhortant ses troupes à « ne rien lâcher jusqu’au 16, [car] toutes les voix compteront ». L’ex-OAS concluait : « Avec Ségolène Royal, OUI à une France tranquille, dans une France apaisée. »

Publié dans le n°40 de CQFD, décembre 2006.






>Réagir<

LES « DESIRS D’AVENIR » D’UN EX-OAS
ABUS BAKAR | 27 janvier 2007 |
et bien au ps rien de nouveau ,mais cela me fait sourire quand on entend danns les rangs du ps les commentaires sur les beurs et cette arrogance comme si nous n’avions pas de cerveau (NE VOTEZ PAS SOCIALO° LES « DESIRS D’AVENIR » D’UN EX-OAS
cjibe | 16 janvier 2007 | ye, en reponse a votre article

bonjour

pui-je reprendre en vous citant, vos informations, car je viens d’apprendre cette affaire, ce jour sur canal plus, et habitant vitrolles, je suis intéressé, car l’histoire begaye, en effet, notre bon maire ps, obino à recasé un ancien élu MNR de catherine megret claude bourge au comité des sages merci si vous pouvez m’aider

un socialiste en perdition

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |