Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°040
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°040


FAUX-AMIS

LA GÂCHE DE LA GÔCHE

Mis à jour le :15 décembre 2006. Auteur : Le bouledogue rouge.


Pas un suicide, juste un auto-entartage. En acceptant les règles du jeu de la fête à Neu-Neu médiatique, les ténors de la « gauche antilibérale » - se définir par un pléonasme n’augure jamais rien de bon - se barbouillent de ridicule. De leur propre choix et en pleine maîtrise de leur « com’ ». Ce qui leur dégouline sur le nez, ce n’est pas leur zizanie interne, partout raillée ou déplorée : celle-là coule de source. Après tout, Besancenot n’a pas tort de poser comme préalable que la « gauche de la gauche » ne serve pas de béquille à une version « cheese » de la droite. Buffet n’a pas tort de se trouver au moins aussi légitime que ses rivaux. Et Bové n’a pas tort de faire valoir que le vent du « non » dépasse les clôtures d’un parti politique. Si l’enjeu est de faire plus de 1,5 % ou moins de 7 % des voix à une élection perdue d’avance, c’est normal qu’ils s’emplâtrent. Le problème, c’est leur participation à la mise en scène de leurs bisbilles. Sur ce point, leur unanimité est totale : tous ensemble dans le pot de crème ! L’un sur RTL, l’autre sur LCI, la troisième sur TF1… Puis les mêmes en sens inverse… Là, l’union y est. Avec des mots qui peinent à faire sens ou alors déjà débités en grosses bûches de langue de poids, comme cette invocation obsessionnelle d’une « dynamique collective » que dément leur seule présence sur le plateau. Car si vraiment ils la chérissent, cette dynamique, pourquoi la faire clapoter dans des « débats » produits et régis par ses pires adversaires ? Face à Ockrent, José Bové n’a pas rappelé une seule fois quel tonnage de propagande l’animatrice avait abattu en faveur de la Constitution européenne. « Dynamique collective », a-t-il répété six ou sept fois sans trop avoir l’air d’y croire. C’était comme un dimanche de pluie. On ne lui demandait pas d’être Coluche, mais on espérait que son « invitation » servirait à bousculer un peu tous ces fétiches vermoulus. Au lieu de ça il a « joué le jeu », s’est ajusté à leur grisaille, a déféré à leurs interrogatoires avec une application dévitalisée. Comme en écho au « Je vous raconte ma vie » de Clémentine Autain sur TF1.

Cette triste adaptation à « la réalité » a pris un tour carrément maso quand les six candidats à la candidature ont accepté de « débattre » avec Michel Onfray dans Libération. Après un « Rebond » du philosophe les invitant à s’unir autour d’une table de restau, les six concurrents ont noirci les pages « événement » du quotidien avec des réponses filandreuses expliquant pourquoi c’était une bonne mais aussi une mauvaise idée. Dans une sorte de soumission réflexe à l’autorité médiatique, Autain, Besancenot, Bové, Braouezec, Buffet et Salesse confiaient au journal d’un banquier le soin d’arbitrer leurs querelles. Ça ne manquait pas de sel de voir les antilibéraux servir la pige à un quotidien qui venait de fustiger leur « pitrerie » deux semaines plus tôt (édito de Gérard Dupuy, 18/11/06) et dont le nouveau dirlo, Laurent Joffrin, a pour devise « Le capitalisme est l’avenir de la gauche ». Sans compter qu’au moment où les « pitres » dialoguaient dans Libé, son rédacteur en chef Renaud Dély sortait un livre expliquant que la campagne du « non » au référendum a été « l’un des événements les plus terrifiants survenus dans l’histoire de la gauche française ». Il paraît qu’à l’étranger on se gausse de cette inflation de candidatures « à la gâche de la gôche ». Vu de plus près, il n’y a pas de quoi rire.

Publié dans le n°40 de CQFD, décembre 2006.






>Réagir<

LA GÂCHE DE LA GÔCHE
gatonegro | 16 janvier 2007 |
Libé, « violemment réac », ah bon ? N’avais pas remarqué, moi. Peut-être juste « plus du tout révolutionnaire et réformiste flou »…ou encore « quotidien sociétal du bourge cool »… Espérance de vie du canard à compter d’aujourd’hui ? Me souviens d’un « Poulpe » où Gabriel se sentait plus de connivence avec « Le parisien » qu’avec « Libé », ce qu’il notait comme un étrange retournement de situation. Moi, j’y trouve encore quelques bonne feuilles, du style surtout. Une bonne couverture de certains sujets : quartiers par exemple. C’est clair qu’ils servent l’actualité à la louche, comme tous les autres. Quant aux « gratuits », c’est vraiment de la merde en barre. C’est eux qu’il faut boycotter. Voir une rame de métro à 9h de mat’, avec chacun plongé dans son « métro », son « vingt minutes », putain, c’est à frémir, ça ! LA GÂCHE DE LA GÔCHE
timeo | 12 janvier 2007 |

Ouais… tout ceci est bien navrant. Le PCF n’entend manifestement pas lâcher la proie pour l’ombre en sacrifiant aux « gauchisss » ses petits accords électoraux avec les socialos. Ceux qui nourrissaient un vague espoir à ce sujet - dont moi - l’ont dans le cul… juste une question d’habitude. Maintenant on peut toujours les regarder se balancer des pains dans l’indifférence générale par médias de merde interposés. Ockrent, ses clones et ses maîtres peuvent bien rigoler. Enfin… vive le chien rouge, keep on rockin’ !

timeo

LA GÂCHE DE LA GÔCHE… mais alors on fait quoi, nous ?
zozo | 5 janvier 2007 |

Mouais… moi j’attends pas qu’on me dise « tiens, vote pour lui, c’est bon pour ç’que t’as » mais j’avoue qu’en tant qu’électeur, je suis vraiment désemparé, là.

Si ça vous dit, j’aimerais assez avoir d’autre points de vue (que le mien) desfois que ça me donne des (bonnes ?) idées.

A suivre ?…

Merci.

LA GÂCHE DE LA GÔCHE
| 2 janvier 2007 |

Quand je vois unepersonnalite de mon « camp » avoir libre acces aux pages « rebond »d un journal i violemment reac, je me dis,oulala y a quiconquitruque…

Boycottons Libe achetons CQFD camarades

IlRosso

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |