Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°041
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°041



L’ARMÉE N’EST PAS UNE MARCHANDISE

Mis à jour le :15 janvier 2007. Auteur : Georges Broussaille.


La France va mal, mais certains de ses produits ne connaissent pas la crise. Elle exporte très bien ses soldats. 2007 a été un bon cru, grâce au marché libanais, qui en accueille maintenant 3 700. On voit mal ce que ça rapporte, mais on sait à peu près ce que ça coûte : dans les 620 millions d’euros. Le retrait d’Afghanistan de 200 tueurs d’élite du Commandement des opérations spéciales ne compense pas la présence de 3 500 militaires en Côte d’Ivoire, qui pèse dans les 190 millions. Mais le gouvernement a trouvé un moyen pour rabattre le caquet aux grincheux : l’armée va sous-traiter une partie croissante de ces opérations. Ainsi l’argent ne sera pas perdu pour tout le monde. Depuis 2005, l’armée affrète deux bateaux privés à plein temps. Depuis 2006, elle loue des avions-cargos de fabrication russe. En novembre, l’Économat des armées a attribué plusieurs marchés concernant transports, transit, logistique et manutention, en précisant « Lieu principal de prestation : monde entier  ». Ces contrats sont tombés dans l’escarcelle de grands groupes français, comme Geodis, Mory, Bolloré [1], CGA-CGM…, ou allemand, comme DHL. Et pour 2007, on parle de privatiser partiellement la gestion des camps de l’armée de l’air au Tchad et de l’armée de terre au Kosovo. Il vaut mieux s’appeler Bolloré que Don Quichotte si on veut toucher de l’argent public autre chose que les miettes.

Article publié dans CQFD n° 41, Janvier 2006.


[1] Pour Bolloré, c’est le jackpot : l’État le paie donc pour participer à la défense de ses propres intérêts, qui pèsent lourd à Abidjan, premier port d’Afrique de l’Ouest. Ses concurrents locaux viennent de porter plainte contre le groupe pour « abus de position dominante ».





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |