Accueil
Sommaire du N°042
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°042



LES BREVES DU N°42

Mis à jour le :15 février 2007. .

Radiateur

Oyez, oyez, héraults de la liberté d’expression ! Le 6 mars sera jugé au Tribunal de Saint-Nazaire le responsable d’actuchomage.org Yves Barraud. Il risque 45 000 euros d’amende et cinq ans de prison pour avoir laissé sur le forum du site un message de Christophe T., alias « Radiateur », qui, il y a un an, lâchait sur le net, alors que plusieurs ANPE partaient mystérieusement en fumée : « J’informe les énervés qui crament les ANPE qu’il en reste encore, donc suivez le guide, ANPE de Saint- Nazaire : 18, bd Paul-Perrin. […] » C’était signé : « un conseiller dégoûté, énervé, agité, syndiqué mais souvent impuissant face à la gangrène néolibérale qui ronge notre monde. » Dénoncé anonymement, Christophe T. avait été inculpé pour « incitation à la commission de délits pouvant mettre la vie d’autrui en danger » (cf. CQFD n°31). Il aurait mieux fait d’insulter l’Islam, il se serait fait tresser des lauriers.


Oaxaca libre !

La commune d’Oaxaca n’est pas morte. Samedi 3 février, malgré la terreur policière et le retour du gouverneur Ruiz imposé par l’armée fédérale, 150 000 manifestants ont à nouveau défié le satrape dans la rue. Six mois d’insurrection civile ont laissé des traces dans les esprits. La région triqui et celle de l’isthme de Tehuantepec connaissent un processus d’autodétermination et de coordination des communautés indiennes qui bat en brèche l’autoritarisme de Ruiz. Dimanche 11, les habitants de Santa Cruz Amilpas, faubourg de la capitale, ont créé un conseil municipal populaire après avoir chassé le maire, coupable d’avoir détourné la bagatelle de vingt millions de pesos. Quoi de plus beau qu’un coin de pays ingouvernable ?


Radiateur

Oyez, oyez, héraults de la liberté d’expression ! Le 6 mars sera jugé au Tribunal de Saint-Nazaire le responsable d’actuchomage.org Yves Barraud. Il risque 45 000 euros d’amende et cinq ans de prison pour avoir laissé sur le forum du site un message de Christophe T., alias « Radiateur », qui, il y a un an, lâchait sur le net, alors que plusieurs ANPE partaient mystérieusement en fumée : « J’informe les énervés qui crament les ANPE qu’il en reste encore, donc suivez le guide, ANPE de Saint- Nazaire : 18, bd Paul-Perrin. […] » C’était signé : « un conseiller dégoûté, énervé, agité, syndiqué mais souvent impuissant face à la gangrène néolibérale qui ronge notre monde. » Dénoncé anonymement, Christophe T. avait été inculpé pour « incitation à la commission de délits pouvant mettre la vie d’autrui en danger » (cf. CQFD n°31). Il aurait mieux fait d’insulter l’Islam, il se serait fait tresser des lauriers.


Oaxaca libre !

La commune d’Oaxaca n’est pas morte. Samedi 3 février, malgré la terreur policière et le retour du gouverneur Ruiz imposé par l’armée fédérale, 150 000 manifestants ont à nouveau défié le satrape dans la rue. Six mois d’insurrection civile ont laissé des traces dans les esprits. La région triqui et celle de l’isthme de Tehuantepec connaissent un processus d’autodétermination et de coordination des communautés indiennes qui bat en brèche l’autoritarisme de Ruiz. Dimanche 11, les habitants de Santa Cruz Amilpas, faubourg de la capitale, ont créé un conseil municipal populaire après avoir chassé le maire, coupable d’avoir détourné la bagatelle de vingt millions de pesos. Quoi de plus beau qu’un coin de pays ingouvernable ?


Camarade Taser

Pour remplir leur caisse de solidarité destinée aux erroristes ayant maille à partir avec la justice, l’association Témoins de Lyon a organisé le Taser festival, en référence au sobriquet du flingue à décharge électrique. Ce qui a provoqué une vive tension chez SMP Technologies, qui a l’exclusivité de la distribution du Taser en France. La firme a traîné l’asso en référé pour interdire in extremis l’utilisation de la marque tant appréciée par la BAC de la capitale des Gaules. Électrochoc chez les marchands d’armes : le juge les a condamnés à verser 600 euros aux festivaliers. Merci, camarade Taser !


La race des élus

Alain Agostini, conseiller municipal divers droite à Orange (84), vient d’être mis en examen pour proxénétisme en bande organisée : magnétiseur à domicile, il avait recruté par petites annonces des masseuses coquines pour améliorer le service au client. La police évalue ses bénéfices à 500 000 euros en deux ans. Bien que la somme soit introuvable, le juge a remis l’élu en liberté sous caution. Mansuétude expliquée ainsi par l’avocat d’Agostini : « Tout le monde se connaît, tout le monde a avoué. » Ce n’est pas Thierry Mariani, député sarkozyste et père-la-pudeur proclamé, qui désavoura cet esprit de famille ; lui qui, en 2001, poussa Agostini à affronter dans les urnes Jacques Bompard, maire ex-FN d’Orange.


Petits calculs

Selon un rapport que s’est procuré Le Figaro (24/01/07), le montant total des aides publiques aux entreprises consenties par l’État en 2005 est de soixante-cinq milliards d’euros, soit 4 % du PIB. Ou deux fois le budget de la Guerre, ou l’équivalent du total des dépenses hospitalières, ou six cent cinquante fois le pactole de l’Euromillion. Si nous nous partagions la manne, cela représenterait plus de 24 000 euros par tête de chômeur. Au lieu de faire une grille de loto dans la queue de votre ANPE, vous feriez mieux de monter votre multinationale, feignasses !


Révolutionnaire professionnel

Pour 145 euros par jour, un site Internet allemand vous loue des équipes de manifestants, avec en sus camions et quincaillerie festive si nécessaire. Cette nouvelle marchandise, sympa et correctly correct, a presque un goût de commerce équitable. Elle annonce : « Celui qui a une opinion doit la dire. Je suis disponible pour venir à vos manifestations, mais je voudrais me dissocier de celles concernant l’extrémisme de droite, les discriminations et l’homophobie. » Un énervé, plagiant Manu Chao, précise : « Je suis pour la paix, la solidarité et la justice sociale. » Le prix de la banderole « Plutôt mourir debout que vivre à genoux » n’a pas encore été fixé. Avec ou sans porteurs ?

Publié dans CQFD n°42, février 2007.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |