Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°042
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°042



LA BONNE SOCIÉTÉ DES NÉCROPHAGES

Mis à jour le :15 février 2007. Auteur : Olivier Cyran.


On comprend pourquoi l’abbé Pierre a hésité si longtemps à casser sa pipe : le bougre n’était pas pressé de léguer sa dépouille à la goinfrerie des chiffonniers. Le pillage de ses restes fait penser au Parfum de Patrick Süskind, dont le héros sent si délicieusement bon qu’il finit taillé en pièces par la foule de ses adorateurs. « La France ne sera plus la même sans l’abbé Pierre », chuinta Giscard, à peine incommodé par le bout de soutane coincé entre ses dents. Et en effet rien ne serait plus jamais pareil dans la France aux 3,2 millions de mal-logés, celle des agences immobilières, des tramways nettoyeurs de centres-ville et des réhabilitations par voie d’huissier, où le privilège d’habiter un placard s’implore à genoux et s’arrache à prix d’or.

C’est un nouveau pays que l’on a vu sortir de terre le 21 janvier : un pays où tout le monde il a du coeur, où tout le monde il aime les pauvers à en corquer. PPDA prête sa voix à un DVD sur l’abbé Pierre, « Portrait d’un homme extraordinaire  » embaumé par TF1-vidéo. Nicolas Sarkozy déclare que « l’abbé Pierre a invité les Français à ne jamais baisser le regard ni les bras devant la misère humaine », lui qui prohibe la misère humaine à Neuilly et l’entasse dans les fourgons de police. André Rossinot, le concombre mou de Nancy, donne à sa ville une place Abbé-Pierre en hommage à celui « qui fut tout pour tous ceux qui n’ont rien.  » Le ministre opposable Jean-Louis Borloo réquisitionne la canne du disparu pour étayer son taudis législatif. Bernard Kouchner, Christine Boutin et Philippe Val communient sur un plateau de télé pour rallier le saint homme à leur bannière respective : le cholestérol humanitaire, le petit Jésus, et Oui- Oui l’Européen (France 2, 21/01/07). Vingt ans après Coluche, la charité bien ordonnée est plus vorace que jamais.

Article publié dans CQFD n° 42, février 2006.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |