Accueil
Sommaire du N°043
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°043



LES BREVES DU N°43

Mis à jour le :16 mars 2007. .

Cohérence

Avant d’être apprenti leader maximum, M. Sarkozy était avocat. Lorsqu’il démissionna du barreau pour entrer en politique professionnelle, il conserva ses parts dans le cabinet d’Arnaud Claude, dont il est le cofondateur. Et il aurait eu tort de s’en priver, puisque l’affaire est florissante. Le gros du chiffre d’affaires du cabinet est réalisé en qualité de conseil des municipalités de Levallois-Perret (Balkany, un copain) et Puteaux (Ceccaldi, suppléante de… Sarkozy). Spécialité de la boutique ? Expulser les locataires en cas de loyers impayés. Si on ajoute à ça le refus du maire de Neuilly d’honorer les quotas de logements sociaux imposés par la loi SRU, et les facilités obtenues par le même auprès d’un promoteur pour acheter un p’tit appart’ dans sa circonscription, on est obligé d’admettre que l’éventuel futur locataire de l’Élysée fait preuve de cohérence en matière de logement.

Bâton syndical

La CFDT, syndicat jaune allié au Medef dans la refonte de l’Unedic et co-responsable de la liquidation de l’assurance-chômage, attaque en justice des chômeurs et précaires d’Agir contre le chômage (AC !). Motif ? Injures, diffamation, dégradations, provocations à commettre des infractions dangereuses pour les personnes. Tout cela suite à une série d’occupations de locaux qui visaient à interpeller les bureaucrates de la co-gestion ainsi que les quelques militants honnêtes encore égarés dans les couloirs. Les gestionnaires de la précarité, inventeurs du PARE, favorable au RMA et responsables de la mise au RMI de milliers d’intermittents du spectacle, n’ont pas l’air de supporter la contradiction. Démocratique ? Oui, mais seulement avec les puissants.


Cohérence

Avant d’être apprenti leader maximum, M. Sarkozy était avocat. Lorsqu’il démissionna du barreau pour entrer en politique professionnelle, il conserva ses parts dans le cabinet d’Arnaud Claude, dont il est le cofondateur. Et il aurait eu tort de s’en priver, puisque l’affaire est florissante. Le gros du chiffre d’affaires du cabinet est réalisé en qualité de conseil des municipalités de Levallois-Perret (Balkany, un copain) et Puteaux (Ceccaldi, suppléante de… Sarkozy). Spécialité de la boutique ? Expulser les locataires en cas de loyers impayés. Si on ajoute à ça le refus du maire de Neuilly d’honorer les quotas de logements sociaux imposés par la loi SRU, et les facilités obtenues par le même auprès d’un promoteur pour acheter un p’tit appart’ dans sa circonscription, on est obligé d’admettre que l’éventuel futur locataire de l’Élysée fait preuve de cohérence en matière de logement.

Bâton syndical

La CFDT, syndicat jaune allié au Medef dans la refonte de l’Unedic et co-responsable de la liquidation de l’assurance-chômage, attaque en justice des chômeurs et précaires d’Agir contre le chômage (AC !). Motif ? Injures, diffamation, dégradations, provocations à commettre des infractions dangereuses pour les personnes. Tout cela suite à une série d’occupations de locaux qui visaient à interpeller les bureaucrates de la co-gestion ainsi que les quelques militants honnêtes encore égarés dans les couloirs. Les gestionnaires de la précarité, inventeurs du PARE, favorable au RMA et responsables de la mise au RMI de milliers d’intermittents du spectacle, n’ont pas l’air de supporter la contradiction. Démocratique ? Oui, mais seulement avec les puissants.

On n’est plus chez nous

Marseille, salle Vallier, le 3 mars. Dedans, Le Pen harangue ses deux mille moutons à cocardes, pin’s clignotants et drapeaux patriotes. La rengaine est sans surprise : « Les immigrés, bla, bla, bla, qu’ils rentrent chez eux ! Les immigrés… » Applaudissements. Dehors, les riverains sont bloqués depuis une demi-heure derrière la barrière qui boucle le périmètre, gardée par des CRS. Une dame en djellaba, quatre ados comoriens, une famille noire. « On veut rentrer chez nous ! » « Il faut attendre encore », répond le chef des CRS. La vie est pleine de surprises.

Bavures@sarko.fr

Un article de la Loi Sarkozy sur la délinquance interdit, sous peine de condamnation à cinq ans de prison, la diffusion de vidéos violentes sur la toile par tout internaute, à l’exception des journalistes. Cet article, prétendument destiné à lutter contre le phénomène malsain du happy slapping, interdit au passage la mise en ligne d’images de brutalités policières. Primo, ça sous-entend que seuls les journaleux patentés sont habilités à informer. Secundo, que montrer les violences des cognes risque par émulation d’exciter le cruel voyeurisme des happy-slappers. Ou plutôt, y aurait-il urgence à cacher les pratiques abusives des condés qui, si on se fie au nombre de plaintes déposées, ont augmenté de 30 % en 2006 ?

Crédit est mort

Comores, 17 février 2007. La société EDA (Électricité d’Anjouan), équivalent local de notre EDF, vient d’imposer aux Anjouanais des compteurs électriques à cartes prépayées, pour lutter contre les mauvais payeurs et le piratage, dit-elle. La population s’y plie bon gré mal gré, à l’exception des habitants de Domoni - ville la plus déshéritée de l’île, voir CQFD n°42 - , qui manifestent. Le gouvernement envoie alors l’armée et celle-ci, sans doute en défense du service public, tire sur la foule. Bilan : un mort, plusieurs blessés et l’imposition d’un couvre-feu de 20h30 à 6 h du matin pendant trois jours.

Immuable

Le Pen ne dit pas que des conneries, il a changé, il est la voix des banlieusards, si Marx était vivant il voterait pour lui, il n’est pas hostile aux immigrés en tant que personnes… Que n’entend-on pas sur le verrat de Saint-Cloud ? En meeting à Marseille le 3 mars dernier, Le Pen fait étalage de son obsession préférée, l’immigration. « Depuis un siècle, la population mondiale a littéralement explosé, passant de 1 à 7 milliards d’individus », tonne l’imprécateur. Comme disait l’humoriste : « Il y a de plus en plus d’étrangers dans le monde. » Puis, sous couvert d’humanisme : « On me dit, si vous renvoyez chez eux les clandestins, est-ce que vous avez pensé à leurs enfants ? Bien sûr que j’y pense : les enfants ne doivent pas être séparés de leurs parents, ils partiront avec eux ! » Comparaison n’est pas raison, paraît-il, mais Pierre Laval disait pareil.

Publié dans CQFD n°43, mars 2007.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |