Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°043
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°043


TERRITOIRE OCCUPÉ

22, RUE SARKO

Mis à jour le :15 mars 2007. Auteur : Karelle Ménine.

Où le premier flic de France passe, la liberté trépasse. Dans leur quartier occupé jour et nuit par les gendarmes, les habitants, exaspérés, maudissent le jour où Sarkozy y a installé son QG de campagne. Et chacun de croiser les doigts en espérant que demain toute la Gaule ne se réveille pas dans cet état-là…

ACCROCHÉS À QUELQUES BALCONS, pendus à quelques fenêtres, une écharpe, un ballon, un pantin, un vieux bout de tissu, flottent au vent parisien. Tous de couleur orange. Peu à peu, dans les rues avoisinant la rue d’Enghien du Xe arrondissement, le mot circule : « Contre Sarkozy, mettez de l’orange à vos fenêtres.  » Il faut dire qu’une étrange couleur bleue domine le quartier depuis que le ministre de l’Intérieur y a installé son QG de campagne, au 18, rue d’Enghien, dans un immeuble de verre et d’acier grandiloquent, l’ancien bureau de Paco Rabanne. Jacques Chirac, lors de sa précédente campagne, avait aussi choisi le Xe arrondissement. Sa situation centrale est intéressante, ni trop populaire, ni trop chic. Mais si à son QG du Tapis-Rouge ne traînait pas plus d’une voiture de police, avec le candidat UMP, deux cars de gendarmes équipés façon CRS stationnent en permanence, et le chiffre monte jusqu’à six ou huit lorsqu’il débarque.

Déployés, ils barrent la rue d’Enghien et les entrées parallèles. Ils quadrillent, vérifient, arrêtent. Pour rentrer chez eux, les habitants doivent montrer leur pièce d’identité. Une vieille femme présente une facture d’électricité en expliquant « sur mon passeport, c’est encore mon ancienne adresse, je ne l’ai jamais changée, mais cela fait vingt ans que je vis là  ». Cela ne suffit pas et un policier en civil, talkie-walkie et oreillettes, l’accompagne jusqu’à sa porte. Un père de famille, enfant au bras, montre sa carte d’identité et lance un « c’est révoltant  » significatif. Un homme, portant un autocollant marqué « Sarkozy nous promet un monde de droite  », est tout simplement prié de l’enlever, sous peine de rester derrière le cordon de police et de ne jamais rentrer chez lui. Un groupe de jeunes venus retrouver un ami pour déjeuner s’énerve. En vain. Ils ne passeront pas, c’est leur ami qui descendra. Dans ce quartier cosmopolite où toutes les communautés cohabitent, le ras-le-bol est évident. « Je ne peux plus les voir, dit Sabrina Caraco, une habitante. Ils sont sous nos fenêtres 24 heures sur 24, il pleut des PV, mon fils est contrôlé tous les matins à 7h30. Il est cuisinier. De temps à autre, il doit emporter avec lui ses couteaux de travail, je crains qu’ils ne l’arrêtent en pensant qu’il est armé. De quel droit un candidat se permet-il cela ?! »

« Sarkozy, c’est plus fort que lui,
partout où il va,
il y va avec les flics. »

Du côté des commerçants, on parle peu. La présence policière a fait fuir les habitants pas toujours en règle avec leurs papiers, le chiffre d’affaires s’en ressent, et puis traînent sur les têtes des menaces de contrôles fiscaux alors on fait contre mauvaise fortune silence, hormis ceux qui soutiennent Nicolas, comme Francis, le serveur du bar « Chez Jeannette ». Le café s’avale difficilement sur fond de « Ces gens plutôt que de manifester, ils feraient mieux d’aller bosser. Chez toi, quand tu reçois des amis pour dormir, tu peux pas en prendre à l’infini, après c’est trop serré, et bien la France c’est pareil, c’est si serré qu’on n’en dort plus. Alors ce que j’en pense de Sarko, c’est qu’il a raison. » Les clients sont muets ou sourient. Certains glissent qu’il n’est pas méchant le serveur, juste un peu bourru. Jean-Michel Conte préside le blog anti-Sarkozy « Rentre chez toi  » et ne décolère pas. « Nicolas Sarkozy aurait pu se promener dans la rue et serrer des mains, mais c’est plus fort que lui, partout où il va, il y va avec les flics.  »

Dès l’arrivée du candidat, les habitants des trois immeubles qui font face au QG ont reçu une enveloppe saumon, non cachetée par La Poste. À l’intérieur, une lettre leur demandait de répondre à un recensement de sécurité et d’appeler un numéro. Au bout du fil, un policier questionnait : nom, prénom, date de naissance et conseillait de ne pas recevoir de journalistes chez soi et de rester sur ses gardes pour cause de menaces terroristes. Officiellement, la préfecture de police de Paris a renforcé ses effectifs « au cas où il y aurait une manifestation de sans-papiers devant le siège de la campagne  ». La loi est pourtant claire et précise : les agents et officiers de police ne peuvent effectuer des contrôles d’identité dans les lieux publics qu’à l’égard des personnes dont un indice laisse penser qu’elles ont commis ou tenté de commettre une infraction, qu’elles se préparent à commettre un crime ou un délit, qu’elles sont susceptibles de fournir des renseignements sur un crime ou un délit ou font l’objet de recherches ordonnées par une autorité judiciaire. En s’installant rue d’Enghien le candidat s’est clairement assis sur les droits fondamentaux de liberté d’expression, de liberté de circulation et de respect de la personne. Paco Rabanne avait prédit la fin du monde. Celui que nous prépare Nicolas Sarkozy ne donne pas envie de rire.

Article publié dans CQFD n° 43, mars 2006.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |