Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°043
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°043


FAUX AMIS

BIOCARBURANT

Mis à jour le :15 mars 2007. Auteur : Le bouledogue rouge.


Au hit parade du mensonge pseudo-écolo, le biocarburant ! Qui dit bio, dit proche de la nature. Et il n’en fallait pas plus pour placer le dernier salon automobile de Genève sous la bonne étoile environnementale : le Suédois Saab met toute la famille à l’E85 pour les balades dominicales. Ce super éthanol a même reçu la médaille d’or « vert » des mains d’Alain Prost, qui préside le groupe de travail « Flexfuel 2010 » aux côtés de Thierry Breton, ministre de l’Économie, et Dominique Bussereau, ministre de l’Agriculture. Encouragés par l’industrie automobile et les talibans de l’agriculture intensive, nos trois as de la compétitivité ont trouvé l’argument choc : il faut réduire l’émission de gaz à effet de serre. Qui osera dire le contraire ?

Cultiver des champs de pétrole à perte de vue pour faire le plein en toute bonne conscience. On imagine ses vacances de rêve et ses mises au vert du week-end entre deux bretelles d’autoroute, au milieu de champs de colza infinis, parsemés de centrales nucléaires, le tout sur fond de soleil couchant. L’autonomie énergétique, avec ses 50 millions de tonnes équivalent pétrole (TEP), c’est bucolique à souhait. On pourra choisir entre le biodiesel, dérivé des plantes oléagineuses, ou l’éthanol, après fermentation de la cellulose contenue dans les végétaux. Surfant ainsi sur le sentiment de culpabilité du conducteur et du paysan pollueurs, nos gurus de la croissance durable s’apprêtent à doper l’agro-industrie pour réduire l’importation de carburants d’origine fossile.

La demande de biocarburants offre aux transnationales un nouvel alibi pour se vautrer de plus belle dans la monoculture. Comme le palmier à huile en Indonésie ou la canne à sucre, le soja et le ricin en Amérique latine. Les communautés indigènes s’entêtent à préserver la biodiversité ? Les paysans sans terre veulent manger ? Qu’ils passent leur permis de conduire d’abord ! Le ministre brésilien Luis Carlos Guedes se vantait de pouvoir tripler la production agricole « sans abattre un seul arbre »… mais en épuisant les sols de façon irréversible. Et, l’utilisation de semences transgéniques dans les biocarburants est pour Lula une façon de couper court à la polémique anti-OGM. Élizabeth Bravo dévoilait le 9 mars dernier que l’industrie biotechnologique n’est pas en reste. « Le soja RR sera la principale matière première pour la production de biodiesel », comme en Argentine et au Paraguay. Monsanto, Cargill et Sygenta peuvent dormir tranquilles sur leur matelas de billets… verts.

Côté français, ça s’emballe : le plan Villepin s’est fixé un taux de 7 % de consommation de biocarburants dans les transports en exploitant 12 à 17 % de la surface agricole, jachères comprises. Chaque chose en son temps. Limitons-nous à l’objectif minimal d’incorporation de 10 % de carburants végétaux, impossible à atteindre avec les seules cultures énergétiques européennes. Les spots publicitaires des constructeurs automobiles permettront toujours de s’évader de cette dure réalité.

Article publié dans CQFD n° 43, mars 2006.






>Réagir<

BIOCARBURANT
Ben0007 | 11 septembre 2007 |

C’est pas une panacé l’E85, certe tout le monde en est conscient mais c’est peut etre mieu que rien du tout ! en tout cas je pense que c’est certainement mieux que la pullulation de diesel et leur micro poussiere et que le GPL qui est quand meme l’arnaque ecolo de la fin du siecle dernier…

a ce propos un litre de diesel produit 12% d’energie ne plus que l’essence, donc la TIPP devrait etre de 12 % de plus que l’essence ?

il faut plus deux litres de petrole pour faire un litre de diesel moderne plus que l’essence le gpl et l’ethanol pourquoi conserver encore un regime fiscale de faveur a ce carburant que les belges viennet de mettre sur le banc de touche en annulant les certification de toute les voitures diesel neuves sans filtre a particules, mais c’est vrai les belges n’ont pas de contructeurs nationaux et de lobby pertroliers, ils sont plus neutre et plus conscient des risque des carburant fossile, fossile comme la politique energetique de la france, sous la couche de vernis verdatre rien ne change.

BIOCARBURANT
Camille Couteau | 7 mai 2007 |
Pour une fois, cher Bouledogue rouge, ton esprit de critique (à ne pas confondre avec l’esprit critique), est employé fort à propos. Les biocarburants seront une catastrophe écologique !
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |