Accueil
Sommaire du N°009
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°009



Les brèves du n°9

Mis à jour le :15 février 2004. .


Amputation

Dans la série : Raffarin responsabilise les pauvres, le gouvernement a pris le 18 décembre dernier un décret supprimant la prise en charge à 100 % par la Sécu des soins pré et post-opératoires. Ceux qui peuvent se payer une mutuelle s’en sortiront, les autres devront gagner le tiercé dans l’ordre avant de se faire opérer : consultations pré-anesthésie, pansements, rééducation, ces soins coûteux car répétés ne seront plus remboursés intégralement. En guise d’anesthésique, ils n’auront qu’à se chercher une bonne bouteille de Villageoise.


Continuité

Un samedi à Marseille. Environ deux cents chômeurs se sont retrouvés pour manifester. Après quelques jets de peinture contre la façade de l’Union patronale des Bouches-du-Rhône, le cortège rejoint la préfecture puis se disperse dans le calme. Un pique-nique organisé par AC attend les chômedus au cours Julien. Le soleil brille, les mômes jouent à la baballe, tout baigne. C’est alors que deux paires de biceps en civil déboulent comme la foudre, s’emparent d’un gars qui était assis là et le traînent dans leur voiture. Interloqués, chômeurs et militants s’avancent et protestent. En moins de temps qu’il n’en faut à l’Unedic pour te recalculer la peau, les gros bras chargent dans le tas à coups de tonfas et de bottes. Un vieux militant qui tentait d’apaiser la situation est projeté au sol et attendri à la matraque. Des flics surgissent de tous les coins. Sans surprise, les deux brutes s’avèrent être des cow-boys de la lugubre Brigade anti-criminalité (BAC), sans brassards ni signes distinctifs. Un gars de AC Nice est capturé puis emmené, un journaliste arrivé sur les lieux se voit confisquer sa pellicule. La routine du dialogue social. Sauf que cet épisode-là date du… 20 mai 2000. L’époque de la gauche plurielle et du retour au plein emploi… Il paraît que c’était le bon temps !


Come-back

Dans une interview accordée à son attaché de presse permanent (Libération,28/01/04), le député PS de Paris Jean-Christophe Cambadélis, réputé « l’inventeur » de la gauche plurielle (il s’en flatte, cet imbécile !), appelle les ruines de la-dite gauche à « se réorganiser » en pratiquant « l’unité dans la diversité ». Une fois encore, rappelons que Jean-Christophe Cambadélis a été condamné en janvier 2000 à cinq mois de prison avec sursis et 100 000 francs d’amende pour « emploi fictif » par le tribunal correctionnel de Paris. Celui qui était alors le n°2 du PS avait touché une enveloppe de 440 000 francs de la part d’un ami, Yves Laisné, gestionnaire escroc de foyers d’immigrés et ancien cadre du Front national. A l’époque, déjà, Cambadélis donnait l’exemple de « l’unité dans la diversité ».


Boomerang

Horreur et stupéfaction : les pays de l’axe du bien ont été choqués d’apprendre que le Pakistan avait, pendant de longues années, généreusement partagé son savoir-faire nucléaire militaire avec les pays phares de l’axe du mal : l’Iran, la Corée du Nord et la Libye. Cette « révélation », concédée le 2 février par le gouvernement pakistanais lui-même, est d’autant plus embarrassante que c’est l’occident qui a permis et voulu qu’Islamabad se dote de l’arme atomique. La France, en particulier, n’a cessé de ravitailler le Pakistan (mais aussi, à un degré moindre, son frère ennemi, l’Inde) en armes conventionnelles et en technologie nucléaire, lui fournissant même les clés d’une usine d’extraction de plutonium. Et les vendeurs de mort de se lamenter sur l’éthique défaillante du dictateur Musharraf ! Le jour où un atome farceur leur redégringolera sur la gueule, faudra pas qu’ils la ramènent.


Guerre préventive

Les médias américains ont trouvé un sujet nettement plus sérieux que le bourbier irakien ou les affabulations de George Bush sur les armes de destruction massive : le sein de Janet Jackson. Depuis que la chanteuse a dévoilé un têton (le droit ? le gauche ? on ne nous dit rien) dans une émission de variétés, le pays est frappé d’une commotion comparable à celle qui avait suivi le 11 Septembre. L’affaire mobilise les plus hauts dignitaires de l’Etat. Michael Powell, rejeton du secrétaire d’Etat Colin Powell et président de la Commission fédérale de la communication, s’est déclaré « outré qu’un tel spectacle ait pu être présenté à 85 millions d’Américains et leurs familles » (Libération, 07/02). Les médias ont aussitôt pris les mesures qui s’imposaient. Depuis la chaîne ABC, annonçant qu’elle diffuserait en différé la cérémonie des Oscars, des fois qu’une star exhiberait un organe prohibé, jusqu’à sa concurrente NBC, censurant une scène de la série « Urgences » dans laquelle on entrevoyait le sein d’une patiente octogénaire, le principe de guerre préventive a trouvé un nouveau champ d’application. Un attend l’édito de Jean-Marie Colombani : « nous sommes tous des Américains coincés du cul ».

Publié dans le n°9 de CQFD, février 2004.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |