Accueil
Sommaire du N°044
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°044



MOMO PRESIDENT !

Mis à jour le :17 avril 2007. .


Momo, le seul vrai candidat des « sans » ! Sans papelards, sans boulot, sans toit, sans peur et sans reproche, Momo est notre homme. Un copain du quartier, un Ouïgour venu en clando pour voir s’il s’en sortait mieux ici que dans sa Chine natale, quitte à connaître les pires galères. Sa copine, qui est kabyle, lui a conseillé de changer de nom pour moins se faire remarquer. Il a choisi Momo. Nous, on le côtoie au jour le jour et c’est pourquoi on a mille fois plus confiance en lui qu’en ces baratineurs sans vergogne qui prétendent nous représenter et nous gouverner. Voilà pourquoi il faut voter pour Momo.

On se doute qu’à lui tout seul il ne pourra pas résorber le réchauffement climatique, éponger la dette, apaiser la crise des banlieues, suturer la fracture sociale, cautériser la fracture Nord-Sud, convoquer la révolution écologique, colmater la crise du logement, compenser le manque de fric et balayer l’ennui des cages d’escalier. Pas moins que les autres candidats, en tout cas. Momo, lui, est un mec loyal qui ne vous en promet pas, quelqu’un sur qui on peut compter et qui compte aussi sur nous. Momo n’est pas tout seul, d’ailleurs. Contrairement à 2002, ce printemps n’est pas complètement étouffé sous le couvercle électoral. Comme s’ils savaient que rien de bon ne sort jamais des urnes, des milliers de gens n’attendent pas le troisième tour des mauvais perdants pour ruer dans les brancards. En témoignent la résistance aux rafles policières devant les écoles et les échauffourées de la gare du Nord. Et les grèves de Citroën-Aulnay, de Renault-Le Mans, du groupe Lear à Lagny-le-Sec et Lannion, de France Télécom, d’Airbus, de l’ANPE, des infirmières, des professeurs, d’Arkema à Pierre-Bénite de Smurfit-Kappa à Dijon, Bigny et Vernon, des colleurs d’affiches électorales de Clear Channel, des emballeurs de dattes de Saman à Marseille, des agents du port autonome à Marseille-Lavéra, etc.

À croire que de plus en plus de monde a conscience que nous n’aurons que ce que nous arracherons à ceux qui séquestrent l’abondance. Notre force n’est pas dans l’isoloir, elle est collective et elle fleurit au grand air. Elle prend racine dans le plaisir que nous trouvons à nous serrer les coudes et à déranger le monde tel qu’il va mal. Lucha libre, carajo (Nique le système, en ouïgour) !

Publié dans CQFD n°44, avril 2007.






>Réagir<

MOMO PRESIDENT !
sanbayno | 26 avril 2007 |

Ouaip. C’est vrai que la grève à Fos pour quelques heures de boulot que les gars ne feront même pas, ça c’est du combat militant ! Continuez les gars !

Alors votons Momo (qui franchement doit halluciner de se retrouver ici à Marseille après les plateaux du XinXian…)

MOMO PRESIDENT !
gatonegro | 19 avril 2007 |
Salut ! Momo, il a l’air bon comme la romaine. Du pouvoir, il en voudra pas ! Mais je veux bien voter pour lui quand même : comme les potaches qui envoient leur meilleur pote comme délégué de classe : pour lui dire qu’ils l’aiment ! Au passage, vous la trouvez pas zarbi cette échauffourée en gare du nord ? Vous en voyez souvent des quasi-émeutes à cause d’un contrôle de ticket de RER ? A un mois des élections, ça sent le coup fourré ç’t’affaire. Enfin, bon, c’est toujours ça de pris sur les bleus, comme dirait mon pote Sergio (qui parle pas beaucoup mais qu’en pense pas moins).
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |