Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°044
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°044


EN CAMPAGNE ET POUR DU VENT

JEUNES MILITANTS-PLAN-PLAN

Mis à jour le :15 avril 2007. Auteur : François Maliet.

Les élections sont l’occasion pour les jeunes militants de fourbir leur colle à tapisserie. Mais de quel monde meilleur rêvent-ils en placardant les affiches à Ségo, Sarko ou Bayrou ? À moins qu’ils ne pensent qu’à emballer leur petite voisine bien roulée qui vient de s’encarter…

« J’ATTENDS UN VRAI CHANGEMENT !  » martèle Christelle, trente ans. Une exigence que partage Marie, vingt ans : « On ne peut pas que protester, il faut s’engager pour que ça change !  » Bénédicte, vingt-trois ans, abonde en leur sens car « c’est facile de seulement critiquer  ». Il lui tenait donc à coeur de « s’engager », comme Nicolas, vingt ans, qui a « envie de faire bouger les choses  ». Des propos revigorants dans cette campagne électorale marécageuse où les débats d’idées sombrent dans la fange de l’identité nationale, des drapeaux français et de la valeur travail. Voilà des jeunes qui veulent mettre ce monde cul par-dessus tête pour qu’enfin « ça » change ! Mais leur désir exacerbé de transformation sociale s’assouvira-t-il avec François Bayrou, Ségolène Royal ou Nicolas Sarkozy ? Qu’espèrent-ils changer de leur quotidien, à part la caisse du chat, en intégrant des vieilles formations politiques qui usent les ministères au gré des alternances ? Car ces hérauts d’une société meilleure, contactés par CQFD, sont respectivement encartés à l’UDF, membre de la Ségosphère (PS) et militants aux Jeunes Populaires (UMP).

Marie, étudiante en espagnol entrée au PS « pour participer aux primaires  », mène propagande tambour battant. Son soutien à Ségolène est sans faille, en espérant qu’elle « remettra au coeur du processus démocratique les masses silencieuses  »… Être « au coeur du processus  » socialiste n’a pourtant pas porté chance aux sans-papiers expulsés par les flics de Jean-Pierre Chevènement et Daniel Vaillant, pas plus qu’aux salariés d’Airbus refilés au privé et en passe d’être Power-huitisés vers l’ANPE. Cependant, Marie a toute confiance en celle qui brigue la fonction suprême : « Je ne vois pas, honnêtement, je ne vois absolument pas », répond-elle sans malice lorsqu’on lui demande quelle promesse Ségolène Royal ne pourra pas tenir en cas de victoire. Honnêtement, les ouvriers de Renault-Vilvorde licenciés sur un air de « l’État ne peut pas tout  » fredonné par un Lionel Jospin Premier ministre doivent avoir quelques éléments de réponse.

Nicolas, tout juste vingt ans, est déjà agriculteur et militant UMP. Ses soixante-dix heures de boulot hebdomadaire lui laissent à peine le loisir de participer aux meetings de son mentor. « Si j’avais plus de temps, je serais plus actif, car la politique me passionne », confie-t-il à CQFD. Ha ? Le dur labeur noierait-il les passions dans la sueur ? « J’ai choisi mon métier, je l’aime et je ne me plains pas  », rétorque ce jeune hyperactif. Un choix que son petit homonyme de candidat interdira aux chômeurs, qui auront l’obligation d’accepter le deuxième taf proposé par l’ANPE sous peine de se faire sucrer les allocs. Étudiante, Bénédicte n’est pas encore confrontée à la recherche de boulot, et peut « s’engager à 200 %  » au sein des Jeunes Populaires des Deux-Sèvres pour assouvir sa passion du « changement ». Mais quelle modification de son quotidien attend-elle du petit Sarko ? « Bonne question… [silence] Je n’avais pas pensé à ça  », réfléchit-elle. Peut-être que « 200 % », ça lui fait un peu trop… Mais être la cheville ouvrière anonyme d’un nabot assoiffé de pouvoir « est une expérience géniale  », surtout parce qu’on « rencontre plein de monde  ». Tiens…

Dans la même veine, Christelle dit avoir intégré l’UDF suite à un meeting où elle a trouvé une véritable « chaleur humaine  ». Peut-être touchons-nous là du doigt la raison profonde de l’engagement de tous ces jeunes : le contact. Chez Bayrou, on en a même fait un argument de campagne : Christelle revendique la maternité du « sexycentrisme », un concept concrétisé récemment par un site de rencontre des fans du candidat tractophile. Il fait un carton avec 6 000 inscrits ni de droite ni de gauche mais culotte à la main. Finalement, tous ces jeunes militants ne pensent qu’à la bagatelle. « Ça » ne change pas grand-chose, mais c’est plutôt rassurant…

Article publié dans CQFD n° 44, avril 2007.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |