Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°044
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°044


DÉLIT DE ÇA GUEULE

SALE TEMPS POUR LES BLEUS

Mis à jour le :15 avril 2007. Auteur : Mariam Diaby.


EN CETTE PÉRIODE électorale, on croyait le pékin moyen enclin à courber l’échine, attendant de guerre lasse le verdict des urnes. Que non ! Face à la ligne bleue des keufs, l’esprit de résistance fleurit. C’est même la police qui le dit ! D’après P.Laverne, du syndicat Alliance, « le principe de l’opposition aux interpellations se systématise, il y a un vent de contestation contre tout ce qui porte un uniforme  ». Récemment, pour empêcher l’expulsion d’un jeune Kurde, des membres du Réseau Éducation Sans Frontières bloquent les grilles du centre de rétention du Canet, à Marseille. Après une sortie musclée, la police réussit à traîner le jeune à Marignane. Dans l’avion, des passagers s’indignent de le voir menotté. Certains refusent de s’asseoir, d’autres carrément de monter à bord. Par trois fois, sur trois vols différents, ces gestes de solidarité contraindront les commandants de bord à débarquer le jeune sans-pap’. Expulsion évitée.

À Paris, devant l’école Rampal, des parents d’élèves, enseignants et passants s’opposent énergiquement à l’arrestation d’un grand-père chinois. Il sera finalement libéré. Toujours à Paris, des mobilisations quotidiennes contre les rafles de sans-pap’ font barrage à l’action de la police. Dans le quartier Château-d’eau, des habitants s’interposent entre la bleusaille et une de ses proies. Des commerçants filent des canettes qui servent de projectiles. Les condés fuient sans demander leur reste. À la gare du Nord, passants et voyageurs protestent contre l’interpellation d’un sans-ticket. Avec l’intervention débridée de la police, la situation tourne à l’émeute. Après cette « insurrection populaire », l’ex-chef de la police déclare : « Je ne serai pas du côté des fraudeurs, des tricheurs, des malhonnêtes. Je suis du côté des victimes.  » Il est vrai que la RATP, victime infortunée des fraudeurs, n’a fait en 2006 que 43,1 millions d’euros de bénéfice. Décidément, les temps sont durs des deux côtés du portique.

Article publié dans CQFD n° 44, avril 2007.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |