Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°044
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°044


TOUT DOIT DISPARAÎTRE

CHAUD DEVANT !

Mis à jour le :15 avril 2007. Auteur : Arthur.


LES EXPERTS DE L’ONU réunis à Bruxelles ont poussé un énième cri d’alarme à propos du réchauffement climatique qui nous menace. Examinons ses répercussions en France car nous devrons nous adapter après les élections :

Santé : de nouvelles maladies tropicales introduites par le redoutable virus de la sarkozyte vont affecter les élevages de poulets touchés par la dengue. Ces volatiles rendus nerveux vont se répandre dans les banlieues et fienter sur nos trottoirs en rendant incertaine la marche de nos immigrés. Ces derniers, revenant de leur casse du Darty les bras chargés de portables risquent donc de se casser une jambe malgré le secours compatissant de la police qui les escorte.

Biodiversité : le nombre d’espèces d’oiseaux sauvages sera en nette diminution au bénéfice des volatiles en cage se rendant sagement au bureau. On peut craindre la disparition des migrateurs comme les gens du voyage, les branleurs de l’ANPE, les intermittents du spectacle, les anarcho-syndicalistes et les étourneaux ravageant les champs d’OGM.

Pêche : déjà traquées dans leurs zones de frai, les morues du bois de Boulogne etles cagoles marseillaises sont menacées. L’impunité accordée aux grands requins pendant cinq ans va leur permettre de pêcher en eaux troubles à la recherche des poissons de haut fond intellectuel et moral. Seuls seront développés les poissons d’élevage en aquaculture à la valeur nutritive quasi nulle, nourris à la farine de boulot et aussi digestes qu’un discours royal.

Agriculture : les canicules vont imposer la culture exclusive du blé, de l’oseille ou de l’avoine récoltés par les paysans libéraux et placé dans les paradis fiscaux climatisés. L’eau va manquer et le pot-de-vin prospérer. Un sang impur abreuvera nos sillons puisque la nationalité française depuis dix générations sera la seule tolérée, à l’exception des Hongrois récemment implantés. Dans les champs arasés de la monoculture nationale, les petites fermes autonomes n’existeront plus.

Tourisme : de grands bouleversements sont à prévoir. Faute de neige, les classes favorisées seront contraintes de migrer en Suisse. Les Baléares, îles Vierges, îles Caïman et autres paradis exotiques, où la température dépassera la hausse du CAC 40, seront remplacés par des pays moins chauds comme la Russie ou le Luxembourg où l’on peut mettre au frais ses picaillons. Les classes laborieuses seront parquées dans les campings suédois et finlandais.

Énergie : effet de serre oblige, les centrales seront toutes nucléaires puisque l’État peut avoir le monopole de la distribution en contrôlant ainsi les masses indisciplinées. Les forces vives de la nation UMP auront seules le droit de poser une éolienne dans le parc de leur résidence solognote. Dûment fichés, les contestataires seront astreints à résidence dans leurs HLM et se verront privés de courant électrique s’ils s’obstinent à ne pas voter UMP.

Transports : les transports sexuels à but non démographique seront évidemment proscrits par le ministère de la Vertu et des Vices. S’ils sont désireux de se déplacer quand même, les déviants seront transbahutés dans des wagons plombés non-fumeurs (même pour les adeptes de la pipe). En réalité, la température dissuadera les gens de sortir de leur baignoire pour se parler et échanger des idées, ce qui simplifiera la vie démocratique.

Urbanisme : des villes sous cloche climatisées et gardées par des vigiles accueilleront les privilégiés du libéralisme. À l’intérieur, les résidences seront entourées de jardins biologiques car il faut veiller à la santé de nos élites. Les autres, la plèbe, le vulgum pecus, seront disséminés dans les banlieues surchauffées avec un espoir de promotion : devenir gardiens des nababs. Vu la mortalité exponentielle des vieillards grabataires isolés sous le zinc des toits des villes, les emplois de fossoyeurs seront en expansion.

Comme on le voit, il est temps d’agir si l’on veut éviter Le meilleur des mondes à la Huxley, mâtiné du 1984 d’Orwell !

Article publié dans CQFD n° 44, avril 2007.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |