Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°044
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°044


MA CABANE PAS AU CANADA

LA PETITE MAISON SUR LA COLLINE

Mis à jour le :15 avril 2007. Auteur : Marie Nennès.

Pas les époux Ingalls mais des gens pour de vrai dévoilant leur rupture par paliers avec le stress urbain. Histoire d’une cabane construite doucement.

Les pains sortent du four et j’en salive d’avance. C’est la quatrième fournée cuite à la maison depuis que Claire a obtenu son CAP. Avant, elle cuisait chez des copains, en attendant que Fred, son compagnon, finisse de construire le four. Un four qu’il a conçu avec sa tête, ses mains et une bonne dose de plaisir, tout comme la maison. Changer de vie, nous sommes nombreux à en rêver et bien peu à oser sauter le pas. Pour Claire et Fred [1], le déclic fut l’arrivée de leur fille : pas envie de l’élever dans le stress de Marseille. Mais pas question non plus de se lâcher tout de suite des deux mains. Il y a sept ans, ils se sont installés en Ardèche méridionale et ont mis un an à trouver ce terrain, sur trois restanques surplombant la vallée. Au début, ils continuaient à bosser en alternance. Elle comme anthropologue sur des fouilles archéologiques et lui comme formateur en informatique. Claire étudiait les os et les rites funéraires sur des chantiers de sauvegarde. Quand l’AFAN (Association pour les fouilles archéologiques nationales) s’est transformée en établissement public, pas mal de gens en CDD ont été virés et la direction a proposé une titularisation de fonctionnaire aux autres. Claire a refusé pour deux raisons : elle aurait été sans arrêt loin de ses gosses et puis on exigeait d’elle d’enchaîner les chantiers sans jamais avoir le temps d’écrire, de mettre en perspective. Fred, lui, n’acceptait plus que des contrats courts, pour faire bouillir la marmite et avoir le temps de construire la maison.

Et elle est joliment réussie, leur baraque ! En pin douglas et ouate de cellulose [2], autonome en électricité grâce à l’énergie solaire, chauffée au bois et avec un système de lagunage pour les eaux usées. Rajoutée après coup, la « boulangerie » est en brique monomur. Fred a tout fait lui-même. Il y a trois semaines, il a refusé un dernier contrat, tournant définitivement la page de son ancienne vie, avec satisfaction : « Ça change tout, de savoir ce qu’on produit, comment, pourquoi et pour qui. Qu’il s’agisse de la construction de la maison ou du maraîchage, et maintenant avec le pain. Pourtant, mon ancien boulot ne me déplaisait pas.  » Claire et Fred fournissent en pain une AMAP, la cantine de l’école de leurs gamins, deux magasins bio et vendent sur les marchés. Financièrement, c’est parfois un peu juste mais adeptes de la décroissance, ils se sont débarrassés de pas mal de besoins superflus. Les rapports avec les gens pallient ces lacunes. À leur arrivée, ils se sont appuyés sur le SEL [3] du coin, ont tissé peu à peu tout un réseau d’amis. Il faut dire que plusieurs vagues de néoruraux sont arrivées dans le coin, prêtes à partager leur expérience. Et puis il y a la cabane de Damien. Bâtie sur un bout de terrain donné par Claire et Fred, ses 20 m2 accueillent les copains pour quelques jours ou quelques semaines. On y découvre les chiottes sèches, paradigme de la révolution écologique, et on retourne en enfance blottis dans la mezzanine ou dans le hamac sous le chêne. J’y ai dormi en rêvant aux plans de ma future cabane.

Article publié dans CQFD n° 44, avril 2007.


[1] Tous les prénoms ont été changés.

[2] La ouate de cellulose est un isolant fabriqué à partir de papier recyclé.

[3] Système d’Échanges Locaux : association de personnes pratiquant l’échange multilatéral de biens, de services et de savoirs.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |