Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°044
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°044


FANTASTIQUES FANTASTIQUES

Y’A PAS QUE LE SOCIAL, COCO !

Mis à jour le :15 avril 2007. Auteur : Sébastien Dubost.


JPEG - 10 ko
Vincent Perriot

QU’Y A-T-IL DE COMMUN entre la virée rock’n’roll de deux copines excitées et la vie quotidienne d’un homme à tête de fenouil ? Entre un road movie déjanté et sans parole et une biographie diserte à l’apparente banalité ? Une cerise. Celle des éditions du même nom, jeune maison sise à Bordeaux, qui confirme l’exigence totale des (bons) éditeurs indépendants. Belle maquette, soin apporté à la fabrication (Ah ! le joli pelliculage de couverture du Cas Lilian Fenouilh ! ) mais surtout liberté du style et du motif. Entre deux , de Vincent Perriot, nous embarque le temps d’une poignée d’heures dans l’urgence électrique de deux filles allumées. D’une grande virtuosité graphique, alliant souci du détail et plans larges très travaillés, Perriot varie aussi le rythme (la frénésie de la vitesse automobile et le calme après l’amour) et le registre (qui oscille entre réalisme de la station service et onirisme d’une forêt fantastique). On sort de l’histoire pantelant, en se demandant si on l’a lue ou si on l’a rêvée très fort…

JPEG - 17.3 ko
Guillaume Trouillard

Lilian Fenouilh est moins extraverti. C’est son biographe, Guillaume Trouillard (par ailleurs vaillant éditeur de cette enseigne fruitée), qui nous fait pénétrer dans son univers intime. On savait qu’être « moitié légume, moitié mec » n’est pas facile. Sa conformation bizarre permet toutes les excentricités, comme chasser le moustique à l’arc ou attraper la fièvre jaune aux Sables d’Olonnes. Mais Lilian Fenouilh est aussi ancré dans une réalité prosaïque. Entre timidité et soif de reconnaissance, il déchiffre avec retard le logo de Carrouf’ et nous laisse voir ses vacances en famille. Le traitement graphique à la plume et au lavis, courtes saynettes dialoguées et illustrations uniques, décale le texte absurde et précis. Là encore, fantastique et naturalisme se télescopent. Topor n’est pas mort, il engendre encore…

JPEG - 18.2 ko
Lucie Durbiano

Autre collision entre songe et réalité, Orage et Désespoir (Gallimard) nous emmène aussi en vacances. Deux soeurs rêvent d’aventures au bord de la mer. Mais entre un papa débordé par sa nouvelle chérie et les émois des rendez-vous sur la plage, les frangines vont découvrir l’île aux morts et ses vampires Belle époque, avant de se faire rattraper par la fin de l’été et de la magie. Lucie Durbiano, révélée par les excellents Requins Marteaux, mitonne là des personnages fouillés avec des dialogues aux petits oignons. Son trait façon bouquin « jeunesse » trace une frontière poreuse entre fantasme et quotidien. De quoi émoustiller jusqu’aux vieilles barbes les plus percluses de doute.

Article publié dans CQFD n° 44, avril 2007.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |