Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°045
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°045


FAUX-AMIS

LA LEÇON DE CIVISME

Mis à jour le :15 mai 2007. Auteur : Le bouledogue rouge.


Elles invitaient à se faire baffer encore plus fort que d’habitude les têtes à claques de l’autre soir, les curetons du presbytère télévisé en train de célébrer le « formidable sursaut citoyen », la « spectaculaire réconciliation des Français avec la politique », leur « leçon de civisme au monde entier ». Mais de quoi ils causaient ? Dix-neuf millions d’abrutis venaient de déposer une couronne sur la tête d’un petit despote balladurien qui rit aux vannes de Jean-Marie Bigard et fait sous lui quand Mireille Mathieu bêle la Marseillaise. Et presque dix-sept millions de pauvres gens venaient d’alimenter la machine à faire des sourires d’une mythomane qui se prend pour la maman de tout le monde, tour à tour matrone fouettarde ou madone exaltée. Trente-six millions de paumés, et les grands prêtres aux yeux de poisson mort qui nous racontent que c’est formidable, historique, inespéré. On avait allumé la télé juste pour choper le résultat du match OM/Monaco, mais tu parles, avant il fallait se fader trois heures d’Enrico Macias et de sursaut citoyen. Ça faisait froid dans le dos. Et les abstentionnistes, alors ? Ils ne sont pas un modèle de civisme pour le monde entier, c’est ça ? Pourtant, si on en croit le ministère de l’Intérieur - et mieux vaut croire ces machins-là, sinon la brigade de l’identité nationale vient défoncer ta porte à l’heure où la France se lève tôt -, ils ont quand même été 7 millions l’autre dimanche (7 128 894 exactement) à changer de trottoir devant les bureaux du vote à neu-neu. Sans oublier, soyons bons princes, les 1,5 million de votes blancs ou nuls. Huit millions et demi à sauver l’honneur, c’est pas si mal quand on songe que la Bastille a été prise par beaucoup moins que ça.

D’accord, dans le lot il y avait sûrement quelques frontistes qui renâclaient encore au « rassemblement » et des bayrouistes qui avaient perdu leur mode d’emploi - mais sait-on seulement par quel bout ça se démonte, un bayrouiste ? De toute façon, leur voisinage était noyé sous la masse de ceux qui n’ont pas le droit de vote, ne l’ont jamais sollicité ou en ont été privés. Même avec Sarkozy aux commandes, ça fait beaucoup de monde à tenir à l’œil. Dans Le Monde daté du second tour, on pouvait lire que « certains quartiers de banlieue parisienne » feraient le soir même l’objet « d’une surveillance particulière, effectuée par un hélicoptère doté d’un puissant projecteur, d’une caméra thermique et d’équipements permettant de détecter les mouvements. » Un seul hélicoptère ? Ou le journaliste s’est-il trompé en voulant dire : un hélicoptère par habitant ? Quoi qu’il en soit, même si Sarkozy bourre les carnets de commande de l’usine Eurocopter de son ami Lagardère, il y a encore un peu de marge avant que les forces héliportées d’Apocalypse Now fassent fuir le goujon que l’on taquine le dimanche ou rasent au défoliant nos prochaines sorties en ville. Non, l’épidémie de votes à cette élection-là n’est certainement pas le symptôme d’une bonne santé démocratique. Elle aurait meilleure mine, la démocratie, si elle ne se confondait plus avec la joie blafarde de Laurence Parisot déclarant au nom du Medef : « Nous nous engageons à contribuer avec responsabilité et enthousiasme à l’écriture de la nouvelle page qui s’ouvre pour la France. » Elle serait opérationnelle, surtout, si elle donnait conscience à tous les gens qui s’en prennent déjà plein la gueule qu’il n’est pas judicieux de porter au pouvoir ceux qui se vantent de vouloir vous en coller une autre.

Publié dans CQFD n°45, mai 2007.






>Réagir<

LA LEÇON DE CIVISME
PENNA Antoine | 31 mai 2007 | Nous sommes ??? fiu !!! TAHITI renehoffer@mail.pf

TRES bel article et VRAI !!! Philippe.

Ce LAGARDERE, propriétaire de PRESSE dont la PROVENCE, m’irrite de mon « savoir » d« autant plus pour les parachutes aux »seins« de l’ ETAT !!! un »véritable« dessous d’ affaires où CHIROIAC, doit »TUPAÏ« et BRAVO à Madame Eva JOLY, ancienne »juge« IMPARTIALE et qui »l’ est« malgré son retrait en NORVEGE, pour la SUITE contre CHIROIAC, un »ennemi" commun qui a PRONAIT et contraint (par MOI !!!) de se re
- « tirer » en RETRAITE que je veux de-finir !!!, auprès de ma CRAM 1 43 06 99 127 260

Nota : je prends un « malin » PLAISIR / neuf.fr, du SITE de la BIBLIOTHEQUE « MARSEILLAISE » que j’ apprécie de « plus en plus », me faisant « entendre » de la CHANCELLERIE, hug !!! les « indiens » : MOI savoir, le POUVOIR (quel FOUTOIR !!!)

LAGARDERE, SUITE
gatonegro | 29 mai 2007 |
Lagardère doit être entendu par la justice pour l’histoire de délit d’initié à EADS, histoire connue de tout le monde depuis un bon moment, mais enfin qualifiée de « délit ». Une affaire à suivre, ne serait-ce que pour voir de quelle façon un patron sort blanchi d’une magouille dans laquelle son implication est pourtant flagrante. LA LEÇON DE CIVISME
| 19 mai 2007 |
ouais, l’abstention, pas con, puisque les politiques qui nous gouvernent ne sont plus que les marionnettes du medef, par manque de punch pour les socialos, par vocation pour les connards de droite. Le vrai ennemi de la république, ce n’est ni Royal, ni Sarkosy (qui n’aurait pas été élu sans le soutien de ces copains patrons de presse), c’est les grand patrons qui gagnent 300 fois le Smic. Et toute manif digne de ce nom devrait réclamer la tête de Lagardère.
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |