Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°045
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°045



SUD-AVIATION… MAI 68

Mis à jour le :15 mai 2007. Auteur : Marco Pilori.


LE 9 AVRIL 1968, à l’usine Sud-Aviation de Bouguenais (qui s’appelle aujourd’hui Airbus-EADS), à deux pas de Nantes, les ouvriers arrêtent les chaînes de fabrication des avions et autres hélicos. On se bat d’abord pour que le plan de réduction d’horaires soit compensé par des hausses de salaires pour les 800 employés mensualisés et surtout les 1 800 ouvriers payés à l’heure. Duvochel, le directeur de la boîte, s’obstine à ne rien lâcher. Quelques grévistes proposent d’occuper l’usine. À Paris, les affrontements entre jeunes ouvriers, étudiants, et forces de police, culminent dans la nuit du 10 au 11 mai et commencent à soulever un important mouvement de sympathie. Le 13 mai, la journée nationale et officielle de manifestation appelée par les syndicats et les organisations étudiantes surprend par son ampleur. Le 14 mai, à Sud-Aviation, les ouvriers bloquent le directeur dans son bureau et ferment les portes de l’usine. Les nouvelles de l’occupation de l’usine Sud-Aviation, de la séquestration du patron et du soutien des étudiants venus camper la nuit devant les portes, font le tour de la France, Le 15 mai, à l’usine Renault-Cléon, le patron s’enferme dans son bureau. Les ouvriers décident qu’il y restera tant qu’ils ne seront pas satisfaits et occupent eux aussi l’usine. Les grèves s’étendent et le 20 mai, on recense plus de 6 millions de grévistes. À Nantes, une « commune » rassemblant étudiants, travailleurs et paysans organise la vie quotidienne. Les ouvriers de Sud-Aviation libèrent finalement leur directeur le 29 mai. Sûrement crurent-ils à l’époque qu’ils pourraient s’en passer pour toujours…

Article publié dans CQFD n° 45, mai 2007.






>Réagir<

> SUD-AVIATION… MAI 68
sabine Jauffret | 2 mars 2008 | art postal et mai 68

40 ans après, que nous reste-t-il de mai 68 ?

Nicolas Sarkozy, dans un discours prononcé le 29 avril à Bercy, veut tourner la page de mai 68. Quelques extraits :

« La morale, après mai 68, on ne pouvait plus en parler […]. Pour la première fois depuis des décennies, la morale a été au coeur d’une campagne présidentielle. » « Mai 68 nous avait imposé le relativisme intellectuel et moral. Les héritiers de mai 68 avaient imposé l’idée que tout se valait, qu’il n’y avait aucune différence entre le bien et le mal, entre le vrai et le faux, entre le beau et le laid […]. Ils avaient cherché à faire croire que l’élève valait le maître […], proclamé que tout était permis, que l’autorité c’était fini, qu’il n’y avait plus rien de grand, plus rien de sacré, plus rien d’admirable, plus de règle, plus de norme, plus d’interdit. » Plus loin, à propos des dérives du capitalisme financier, il ose : « Voyez comment l’héritage de mai 68 a introduit le cynisme dans la société et dans la politique. Voyez comment le culte de l’argent roi, du profit à court terme, de la spéculation, comment les dérives du capitalisme financier ont été portées par les valeurs de mai 68 ».

A l’opposé Gérard Filoche, qui fut un acteur de mai 68 (quand Sarkozy, lui, n’avait que 13 ans), lui rétorque par un livre dont le titre annonce la couleur :

« Mai 68, Histoire sans fin. Liquider mai 68 ? Même pas en rêve ! »

« Que de haine contre le plus grand mouvement de grève de l’Histoire de France ! Il y eut deux mai 68. L’un : superficiel, mondain, marginal ; l’autre : social, révolutionnaire, solidaire… Sarkozy a fait « l’ouverture » avec le mai 68 mondain (Kouchner) dans son gouvernement de contre-révolution conservatrice. Son but ? Battre les héritiers du vrai mai 68, celui des employés et ouvriers qui continuent à lutter pour une autre répartition des richesses, pour le droit au travail, les salaires et les retraites. »

Et vous ? Que défendrez-vous de cette époque pas si lointaine qui n’est toujours pas enseignée dans les cours d’Histoire de France ?

Nous vous proposons de participer à la constitution d’une exposition d’art postal, qui présentera vos positions, vos réflexions, vos témoignages, votre vision de cet évènement qui ne fut pas seulement Français et pas essentiellement étudiant. Vos textes seront lus, enregistrés et passés en boucle sur l’expo. Parce que Mai 68 fut aussi un tourbillon créatif, envoyez-nous votre enveloppe décorée, colorée, lumineuse, éclatante de vie, qui illustre où complète votre propos. A vos pinceaux, collages, photos, gravures, crayons … Pas de format interdit ni imposé (objets postaux acceptés). Pas de jury, pas de sélection. Toutes les enveloppes seront exposées. Pas d’hésitations, TOUT PASSE A LA POSTE. Un petit mot sur l’art postal : Il sort momentanément l’art des galeries et des musées. Dans ces expositions se côtoient des oeuvres d’artistes connus mais qui restent ici anonymes et des oeuvres de débutants, parfois de sérieuses surprises. Il est basé sur l’échange et le don, il coûte la même chose à tous : de la créativité, un peu (ou beaucoup) de temps, 2 connections de neurones, et le tarif du timbre en vigueur. Il respecte certaines des conditions d’une réelle communication : liberté d’expression, plaisir de donner et de recevoir ; prendre le temps de concevoir, et celui de répondre, parler « de sa place » en s’exprimant à partir d’une préoccupation ou d’un thème abordés collectivement …Il permet à certains de reprendre le chemin de l’écriture et restaure le plaisir d’ouvrir sa boîte à lettres. Et pour finir, la plupart de ces enveloppes ne passent pas dans les machines à oblitérer (pas conformes !). Plus il y en aura, plus il faudra de monde au tri !!! Pas de petites résistances ni d’utopies inutiles.

Date limite d’envoi de vos travaux : 15 avril 2008. Adresse d’envoi : Mouvement Politique d’Education Populaire – La Vigarié – 81340 Saint-Cirgue.

Pour une analyse un peu originale du sujet vous pouvez consulter le lien suivant : http://www.gfen.asso.fr/documentligne/mai68.htm#15txt et/ou lire l’ouvrage de l’historienne états-unienne Kristin Ross « Mai 68 et ses vies ultérieures ». Complexe -Monde diplomatique, 2005. Pour une découverte rapide de ce qu’est l’art postal vous pouvez également consulter ce lien : http://www.avenirdattac.net/spip.php ?article228

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |