Accueil
Sommaire du N°007
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°007



Agression sonore

Mis à jour le :15 décembre 2003. .


C’est curieux, Sarkozy n’a toujours pas annoncé de loi pour interdire le bruit dans les manifs. Jusqu’à quand la police devra-t-elle tolérer le tapage des agitateurs qui, non contents de descendre dans la rue, osent en plus s’y faire remarquer ? La justice, elle, a entendu la détresse auditive des forces de l’ordre : le 4 décembre, le tribunal de Montbéliard condamnait une manifestante de 62 ans à cinquante heures de travail d’intérêt général pour « agression sonore », perpétrée au moyen d’un mégaphone. C’était le 30 juin dernier. A l’occasion d’une visite à Montbéliard de la ministricule à la Recherche, Claudie Haigneré, une manifestation organisée par Attac et la Confédération paysanne déambule pour protester contre les OGM et la détention de Bové. Une retraitée, Marie-Ange Debard, se dévoue pour amplifier les slogans du cortège. Mais tout près d’elle, il y a la police. Or la police a les tympans douillets. Frappés de « troubles acoustiques, d’acouphènes et de maux de tête » (sic), une dizaine d’agents s’empressent de porter plainte. Certes, on pourrait objecter que les flics à l’ouïe délicate n’avaient qu’à dégager de là : personne ne les avait invités. Mais ce serait oublier la grave menace que la Conf’ et Attac font peser sur l’ordre public. De l’arrachage de maïs transgénique au vandalisme de rue, il n’y a qu’un pas que la police, par un quadrillage massif et serré, a pour devoir de réprimer. Quitte, pour cela, à casser vraiment les oreilles à tout le monde, et même le reste. Condamnée pour « violences sur personnes dépositaires de la force publique », Marie-Ange refuse de purger sa peine. « Si on accepte d’être coupable pour ça, tous les manifestants de ce pays sont susceptibles d’être jugés », a-t-elle déclaré. Du coup, elle encourt jusqu’à trois ans de prison. C’est plus de temps qu’il n’en faut pour rendre obligatoire le port du bâillon.

Publié dans CQFD n°6, décembre 2003.






>Réagir<

Agression sonore
Marie12 | 20 février 2013 |
Informatif, avec un contenu rationnel, merci pour votre rédaction. Marinette contributeur pour guide-piscines
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |