Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°046
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°046


MÉDIAS

UNE BAVURE DE PRESSE

Mis à jour le :15 juin 2007. Auteur : Yannick Seam.


« Au bar Le Français “interdit aux Arabes”, on attend d’abord de Sarko qu’il lutte contre les récidivistes et les mineurs délinquants. » Cette légende d’un article consacré aux législatives en Languedoc-Roussillon et titré « À Saint-Gilles, les électeurs FN votent Sarkozy » ( Midi Libre, 13/05/07) aurait pu avoir le mérite de mettre les pieds dans le plat de la droite décomplexée. Au lieu de ça, elle fait état d’une pratique discriminatoire condamnable juridiquement, sans que son auteur ne caractérise jamais la nature de ce délit pénal.

Pire, dans un entrefilet publié le lendemain, la rédaction présente ses excuses aux gérants du bar sous le titre « Saint-Gilles. Des précisions » : « Nous tenons à préciser que l’expression “bar interdit aux Arabes” reflétait l’état d’esprit général de certains des clients […] et n’émanait pas de la direction de l’établissement. Celle-ci avait au contraire pris ses distances. » Ah bon ? Qui a dit, toujours dans Le Midi Libre du 13 mai : « Le FN serait mort. Vous rigolez ou quoi. Si on arrive à présenter quelqu’un qui tienne la route aux municipales, vous allez voir le score qu’on va faire  » ? Le patron du bar. Et qui écrit dans ce même article : « Les clients de ce bar “lepéniste”, l’un des trois ou quatre que compte la commune, ont changé de stratégie à la présidentielle  » ? Le journaliste de Midi Libre, Richard Benguigui, qui, contacté le jour même par la Cimade locale, a reconnu avoir « fait une erreur ». « Une série de dysfonctionnements nous [a] conduits à accoler dans la légende de la photo le nom du bar et l’expression litigieuse sortie de son contexte  », regrette le lendemain Le Midi Libre. Pour Christophe Perrin de la Cimade, qui a saisi la Haute autorité de lutte contre les discriminations, « c’est étalé dans la presse, c’est un délit qui concerne les institutions, nous attendons de voir ce qu’elles vont faire, puisqu’elles sont censées faire respecter la loi.  » Interpellés par la Cimade, le préfet du Gard et le procureur du TGI de Nîmes sont restés jusqu’à ce jour silencieux. La justice est plus véloce lorsqu’elle condamne des outrages à agents de la force publique. Même inventés de toutes pièces.

Article publié dans CQFD n° 46, juin 2007.






>Réagir<

UNE BAVURE DE PRESSE
valou | 18 novembre 2007 |
merci pour votre article.
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |