Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°046
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°046


TOUT DOIT DISPARAÎTRE

BIENVENUE À SARKO-LE-BLEU

Mis à jour le :15 juin 2007. Auteur : Arthur.


Notre bien aimé grand leader Kim-Il-Sarkozy a pris résolument la tête du combat en faveur du sauvetage de la planète. Fort du succès, que dis-je, du triomphe de la vague bleue au Parlement, notre empereur a indiqué quels sont les sujets prioritaires :
- Recyclage des déchets : Éric Besson et Bernard Kouchner ont trouvé des ministères.
- Réchauffement climatique : le short de joggeur est obligatoire à l’Élysée.
- Fonte de la banquise : Cécilia sourit de nouveau.
- Gaz à effet de serre : péter en conseil des ministres est désormais interdit.
- Pollution de l’air : la racaille de banlieue est assignée à domicile jour et nuit, pour son bien, à cause des lacrymos.
- Énergie renouvelable : une heure au bois de Boulogne tous les matins.
- Développement durable : les électeurs sont priés de réélire déjà notre satrape adoré dans cinq ans afin qu’il ait les moyens d’agir dans la durée.

Ces thèmes évoqués, notre divin Président a montré qu’il passait aux actes en nommant Alain Juppé ministre de l’Écologie car cet expert, victime d’une sévère défoliation capillaire, sait comment lutter contre la disparition du couvert végétal. Dans la foulée, un « Grenelle de l’environnement » a été prévu à Pâques ou à la Trinité, voire à la Saint-Glin-Glin. Aussitôt convoquées, les associations les plus représentatives de la mue du capitalisme se sont empressées de donner quitus de la bonne volonté de son VRP élyséen. « Il est vraiment fort  », ont-elles soupiré en sortant de la réunion avec le solide optimisme du cocu voyant sa femme sortir d’un hôtel de passe au bras d’un fort des Halles pris pour le portier du clandé. Et c’est vrai qu’il est fort, notre précieux vizir ! Ses mollets sont plus gros que ceux du bon Hulot. Et un culot, je te dis pas ! Il a même fait croire à la Ligue de protection des oiseaux que son profil de vautour cachait un coeur de mésange. Aux Amis de la Terre, il a réussi à vendre une paire de joggings crottés, signe imparable de son amour du sillon boueux. Mais ce n’est pas tout de préparer l’avenir. Faut aussi solder le passé. Donc liquider l’héritage de Mai 68.

Chacun se remémore les slogans honteux qui déshonoraient nos murs, comme « Ne travaillez jamais ! » ou « Jouir sans entraves ». Comme s’il n’était pas meilleur d’utiliser le fouet et les menottes ! En juin 68, un cortège de vaillants grabataires gaullistes, renforcé par les potaches boutonneux de Neuilly, a repris le pouvoir aux soixante-huitard et De Gaulle, pour remercier ses sicaires, a rouvert les pompes à essence car les vacances approchaient. Le jeune Sarkozy comprend aussitôt où est sa vocation : bouter hors du royaume de France cet envahisseur crypto-anarcho-juif-allemand Daniel Cohn-Bendit, dit Dany-le-Rouge. Lui sera Sarko-le-Bleu. Une fois au pouvoir, il réhabilitera le knout et la garcette dont le populo est friand car ce qu’il aime par dessus tout, le manant, c’est trimer pour un salaire de merde pendant que ses chefs du CAC40 se mitonnent des parachutes en or. Le « merci » respectueux est facultatif mais cependant recommandé.

Ce n’est pas que le message de Mai 68 était mauvais ! C’est que les gugusses qui l’ont mis en oeuvre en mai 81, à l’arrivée de Mitterrand, l’ont dénaturé en se partageant les honneurs et le pognon et en devenant les patrons dont ils réclamaient la peau rue Soufflot (exemple : July à Libé). D’où la haine des générations Sarko qui ont été contraintes de ronger leur frein jusqu’en 2007 pour aller elles aussi à la soupe. Elles y sont. Écologie oblige, la soupe sera verte. Pas question de toucher au nucléaire, cependant, car sans énergie, pas d’usines et de bureaux, donc pas de salariés heureux de gagner de quoi remplir leur chariot au super avant d’aller voter pour Sarko-le-Bleu. Tout se tient dans la non-vie.

Spécial copinage : si vous voulez savoir ce qu’était l’esprit Mai 68, le vrai, celui de Jarry, de l’humour Hara-Kiri, de la déconnade, lisez Panique à l’Impérial Palace, chronique de l’agitation culturelle dans les Savoies, par un pote, Michel Carvallo (Asile éditions, 59, route des Frassettes-Ferrières, 74370 Pringy). Vous verrez que le jazz mène à tout.

Article publié dans CQFD n° 46, juin 2007.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |