Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°046
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°046



ÉLÉPHANTASTIQUE !

Mis à jour le :15 juin 2007. Auteur : Sébastien Dubost.


OCTON, charmante petite bourgade héraultaise posée sur une terre rouge profond. Au fin fond des garrigues, le « Printemps de bouses » s’y tient depuis dix ans. En ces temps douloureux de « rupture » individualiste, on venait s’y réchauffer l’âme au brasero rural et collectif. Le paysan-journaliste Patrick Herman causait de ses projets en apportant ses lumières météorologiques à l’urbain inquiet, craignant que le ciel ne lui pleure sur la tête. Malgré les premières larmes, Co-errances maintenait un table fournie : les réparateurs télé de Zaléa (Désentubages cathodiques) y côtoyaient le Gog de Papini (illustré par Rémi, chez Attila). Joyau de la petite couronne : The sweet little mother fuckin’ show, l’album de Fantazio, à mettre entre toutes les oreilles, comme l’animal n’allait pas tarder à le prouver live. Auparavant, la Cie Olof Zitoune avec son spectacle « Le cirque Topolini » (« De l’acrobatie et de la jonglerie avec un grand « I »  ») régalait petits espiègles et grand chien rouge égaré avec ses facéties précises. Alléché par l’affiche et malgré l’évitable staff « sécurité », on se dirigeait vers la scène, dégustant vin blanc bio et crêpe au sucre. Avant les talentueux collègues de Dupain et après le funk free jazz excité des Chevals (fanfare arrangée alliant cuivres, pédale wah-wah, percus et… conques marines ! ), barrissait Fantazio. Le trop rare pachyderme montait sur scène au plus fort de la tempête : de l’eau, plus de son. Seule la régie lumière envoyait feux et fumée. Chargeant la foule dans une harangue a capella, moustache en bataille et contrebasse au vent, il retenait le public avant un set furieux et émouvant, quelque part entre Tom Waits et Elvis Presley. Sax baryton, soubassophone, guitare, batterie et « jouets pour adultes » soutenaient la voix poignante et polyglotte du dandy maigre et magnifique. Rigolard, l’éléphant tatoué rappelait en sortant de scène qu’« ensemble, tout est possible !  »

Article publié dans CQFD n° 46, juin 2007.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |