Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°047
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°047


FAUX-AMIS

LE TRAM VERT

Mis à jour le :16 juillet 2007. Auteur : Le bouledogue rouge.


Le tramway « symbolise le renouveau de Marseille », a déclaré Sarkozy le 3 juillet en inaugurant le suppositoire en verre fumé que la mairie, Véolia et les promoteurs immobiliers ont planté dans le cul des Marseillais. Dreling-dreling ! Pour symboliser ce renouveau, et rythmer la propagation des enseignes de luxe sur le champ de bataille de la reconquête urbaine, le tramway a été équipé d’un carillon « à l’ancienne », censé rappeler la micheline du bon vieux temps de jadis. Dreling-dreling ! Un peu comme ces restos pour touristes qui entubent leurs clients sur des nappes en toile cirée, ou ces portables « nouvelle génération » dont la sonnerie imite le grelot du bigophone à Jean Gabin, la spéculation mange la ville en recrachant les fétiches du passé. Curieusement, les centaines de flics qui verrouillaient les rues au passage du convoi présidentiel ne s’étaient pas attifés en garde-barrières. Et les employés de Véolia qui leur prêtaient main-forte ne portaient pas de casque à pointe (sur ces supplétifs bénévoles et l’intrusion du privé dans la sphère publique, écouter le précieux reportage de Marine Richard sur radio Grenouille, www.grenouille888.org). Le conte de fées n’était donc qu’à moitié réussi. Heureusement, la gauche était là pour optimiser le son et lumières. Le tramway, c’est un peu son dada : convivialité, transports propres, développement durable, espaces verts, dreling-dreling au milieu des pique-niques citoyens. Peu importe qu’à Orléans, le projet de tramway serve au « nettoyage » - le mot est d’Olivier Carré, l’adjoint à l’urbanisme - de la rue des Carmes, frappée d’alignement pour ouvrir la route à Alstom et justifier l’expulsion des kebabs, des bistrots et des tailleurs africains. Rien à glander des marchés truqués du tramway bordelais ni des sans-papiers qui trimaient sur le chantier. Rien à foutre de la dévastation sociale, à Marseille ou ailleurs : le tramway est de gauche, c’est le vecteur du progrès, l’avenir du chirurgien-dentiste qui vote Delanoë.

Le 17 juin, au soir du second tour des législatives, Cécile Duflot démontra la force de cet amour. La porte-parole des Verts - dont on découvrait du même coup l’impérieuse existence - était invitée sur France 3 pour « commenter à chaud » le sauvetage électoral du PS, grâce auquel la France, comme s’est réjoui François Hollande, pouvait à nouveau « marcher sur ses deux pieds » - l’un dans la botte à clous du président, l’autre dans la sandalette mycosée des socialistes. Tout allait bien, sauf que Cécile Duflot avait tout de même un gros reproche à faire à la droite, représentée sur le plateau par un petit crocodile du nom de François Wauquiez. Vous n’en faites pas assez pour le développement durable, accusa-t-elle. La preuve : « Le gouvernement précédent a coupé dans les aides publiques au tramway ! » Titubant sous la violence du coup, la tête à claques de l’UMP en oublia de rappeler que l’État - à la demande pressante du Medef local et de son porte-parole municipal, Renaud Muselier - avait contribué au tramway marseillais à hauteur de soixante millions d’euros, soit le double de la subvention initialement promise. Une aide certes modeste au regard de la note globale du dreling-dreling (800 millions), mais qui profite bel et bien au développement durable des boutiques Vuitton dans un territoire enfin débarrassé de sa plèbe. Mais Cécile Duflot a sans doute raison : cette noble cause mériterait un soutien plus appuyé.

Publié dans CQFD n°47, juillet 2007.






>Réagir<

LE TRAM VERT
| 4 septembre 2007 |
Je ne connais pas le tram marseillais, mais j’apprécie vraiment le tram grenoblois. C’est efficace, rapide, le temps de trajet ne dépend pas de la circulation automobile, et ça ne rejette pas de ga z à effet de serre ou autres polluants directement, ce qui est un grand plus dans une ville aussi polluée. LE TRAM VERT
Le Gabian | 17 juillet 2007 |

Mouais,

c’est vrai que la Canebière enfumée par les bus et les voitures, ça fait plus prolo. Il est vrai qu’on aurait pu construrie des logements sociaux mais moi j’aime bien me faire mettre le tramway dans le cul si c’est pour arpenter la caneu-caneu-caneu-bièèère en respirant un peu mieux !!! (Même si c’est pas ça qui obligera ces c… heu, non, ces gazoil/addicted de Marseillais à rouler en vélo)

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |