Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°047
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°047


SECONDE, PREMIÈRE, BARRICADE

LA PÉDAGOGIE « MAI 68 »

Mis à jour le :15 juillet 2007. Auteur : François Maliet.


LE GRAND PRÉDICATEUR Nicolas Sarkozy nous le rabâche sans cesse : il est grand temps de « liquider l’héritage de mai 68  », responsable de tous nos maux. Les jeunes ne trouvent pas de boulot après leurs études ? La faute à ces profs à collier de barbe qui leur ont seriné le vieux slogan « Ne travaillez jamais ! » tout au long de leur cursus.

Dans l’Éducation nationale, les disciples du descendant de Marcellin ont entrepris de trier le bon grain de la chienlit pervertissant nos ados sur les bancs du lycée. Philippe [1] est prof agrégé de physique-chimie depuis quinze ans, et exerce actuellement dans un lycée toulousain. En décembre dernier, peu enclin aux contrôles et autres flicages, il refusa de recevoir M.Caligula [2], l’inspecteur pédagogique. « Je ne veux pas être inspecté car j’aspire à une société horizontale, où les décisions sont discutées et prises en commun. Au quotidien, je tends à fonctionner sans hiérarchie  », explique-t-il à CQFD. Un argumentaire qui ravira sa direction déjà un tantinet agacée par son engagement syndical et sa participation active aux grèves contre la loi Fillon et le CPE.

Outré, M.Caligula revint sans prévenir embarquer quelques cahiers d’élèves afin de constater qu’un prof critiquant la hiérarchie bâcle nécessairement son travail. Surprise : dans le rapport d’inspection que reçut Philippe en avril, M.Caligula fut bien obligé de noter que tout était « correct » et « satisfaisant ». Le vieil inspecteur ajouta toutefois que « le contenu des exposés correspond aux programmes mais sont parfois traités de façon “mai 68”  ». Estomaqué, Philippe s’interroge : « Qu’aurait-on pensé si j’avais traité cette inspection de “pétainiste” ?  »

Par ailleurs, que peut bien signifier l’expression « de façon mai 68  » ? Que ces exposés sont préparés par les enragés de Nanterre ? Que les garçons ont le droit de traîner dans le dortoir des filles pendant les cours ? Que les élèves apprennent à concocter des cocks en travaux pratiques ? Que ce prof, réaliste, exige l’impossible de ses élèves ? CQFD a tenté de joindre M. Caligula à l’inspection académique de Toulouse pour éclaircir ce propos, mais sans succès. « Je ne connais pas son emploi du temps, il le gère comme il veut  », nous précisa la secrétaire. Et voilà ! Encore un qui jouit sans entrave…

Article publié dans CQFD n° 47, juillet 2007.


[1] Le prénom du prof a été changé.

[2] Le nom de l’inspecteur a été changé.





>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |