Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°047
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°047



DÉVELOPPEMENT DURAILLE

Mis à jour le :15 juillet 2007. Auteur : Gilles Lucas.


« Opération Tchernobyl » : pour le coup, les magistrats de Campanie n’ont pas fait dans l’ellipse. Sur ordre du parquet de Santa-Maria- Capua-Vetere, le 4 juillet, plusieurs dizaines de carabiniers ont opéré la plus grande opération jamais réalisée en direction de ce qu’au-delà des Alpes on appelle l’éco-mafia. Deux ans d’enquête, des dizaines de milliers d’heures d’écoutes téléphoniques, cent vingt-heures de films pris depuis des hélicoptères et des milliers de pages de rapports ont abouti à la mise sous séquestre de cinq entreprises accusées d’être au centre d’un vaste trafic de déchets impliquant cent vingt entreprises. Elles disposaient toutes de l’accréditation du ministère de l’Environnement. Trente-huit dirigeants, fonctionnaires et propriétaires fonciers ont été arrêtés. Des paysans auraient reçu de l’argent pour, selon les cas, enfouir, disperser ou déverser dans des rivières des boues provenant de stations d’épuration privées et publiques, des scories d’asphalte, des liquides de refroidissement des moteurs de navires civils et militaires du port de Naples, des effluents domestiques ou encore des rejets venus des hôpitaux. En deux ans, 98 0000 tonnes de poisons divers auraient ainsi été dispersées par des agriculteurs grassement soudoyés. Sur les documents délivrés aux camions chargés du transport était écrit un innocent « Compostage ». Les engins étaient pesés avec des chargements fictifs afin de récupérer les avantages fiscaux concernant l’application de mesures écologiques. Toutes ces opérations se négociaient au noir et auraient dégagé des profits de plus de cinquante millions d’euros. Rien à voir avec le pétrolier Total qui, dans sa charte, s’engage la main sur le coeur au « maintien d’échanges économiques transparents et loyaux et au rejet de toute forme de corruption » et déclare mettre au centre de ses préoccupations « la pollution de l’air et de l’eau, la dégradation accélérée de la biodiversité, la prolifération de déchets  ». Sus à la concurrence déloyale des mafias !

Article publié dans CQFD n° 47, juillet 2007.

À lire également, l’article ORDURES : L’OR DE NAPLES paru dans le même numéro.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |