Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°047
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°047



LA BANALITÉ DU MAL MÈNE À TOUT

Mis à jour le :15 juillet 2007. Auteur : Georges Broussaille.


L’ancien président autrichien Kurt Waldheim, mort le 14 juin, a bien mérité de la patrie. Après avoir loyalement servi le IIIe Reich dans les Balkans, il troqua son uniforme d’officier pour un costard de démocrate. En 1945, il se lança dans une brillante carrière diplomatique qui culmina dans le fauteuil du secrétaire général de l’ONU de 1972 à 1982. Candidat aux présidentielles de 1986, des révélations tardives sur son passé allaient-elles lui être fatales ? Que nenni, il prononça la phrase magique « Je n’ai fait que mon devoir  » et abracadabra, il fut élu les doigts dans le nez. Il méritait bien les funérailles nationales qu’on vient de lui offrir. Les réfractaires au nazisme n’en demandaient pas tant, qu’on arrête de leur cracher à la gueule leur suffisait. Ce n’est qu’en 2002 que l’Allemagne a daigné réhabiliter les 35 000 déserteurs condamnés à mort par les nazis, permettant aux survivants de toucher la pension qu’on leur refusait alors que les anciens SS y avaient droit. Mais tout État qui se respecte répugne à absoudre les « crimes de trahison en temps de guerre », tels que fraternisation avec l’ennemi ou complaisance avec les juifs et autres bolchevistes… À 86 ans, Ludwig Baumann, un des rares déserteurs encore en vie, ne regrette rien : « S’il y avait eu plus de “traîtres”, la Seconde Guerre mondiale se serait terminée plus vite, et des milliers de vie auraient été sauvées.  » Mais que vaut la vie humaine au regard du devoir sacré d’obéissance ? Le jour où les États échangeront leur baril de Waldheim pour deux barils de Baumann n’est pas encore arrivé.

Article publié dans CQFD n° 47, juillet 2007.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |