Accueil
Sommaire du N°010
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°010



Anthologie du bâton dans les roues

Mis à jour le :15 mars 2004. .
…du bâton dans les roues

« Je demande [aux forces de l’ordre] de faire nettoyer, de dégager ces gens-là et si le terme est à mettre entre guillemets, je le mets entre guillemets, mais je ne veux pas de ça dans cette ville. »
Jean-Claude Gaudin
Maire de Marseille, à propos des Roms, 03/11/03

« La volonté ne suffit pas. J’avais la volonté de mettre un terme aux camps de Roms du Val-de-Marne, mais je n’ai pas eu la décision judiciaire que j’attendais. En dépit de ma volonté et de la présence des CRS, on n’a pas pu faire partir ces gens. Cela prouve que la volonté seule n’est pas suffisante. »
Nicolas Sarkozy
22/01/03

« L’ensemble de la question des camps de Roms dans le Val-de-Marne sera traitée d’ici la fin novembre. »
Nicolas Sarkozy
03/10/03

« Ras le bol des gitans qui volent nos voitures, qui cambriolent nos maisons. […] Prenons les armes et exterminons cette vermine jusqu’au dernier, pas de pitié. »
Tract du « Front de libération de la Provence » (FLP)
ramassé à Berre début 2004

« Il est certain que le mode de vie particulier des gens du voyage, respectable en soi, requiert certaines dispositions particulières. […] Chez certaines franges de cette population semble s’être instituée une véritable industrie de la mendicité, du vol et de la prostitution, doublée parfois d’un trafic humain de handicapés. »
Christine Boutin
députée UDF,15/07/02

« Nous avons d’abord affaire à un groupe humain en pleine décrépitude sociale qui, contrairement à ce qui est dit parfois, n’est pas en expansion, mais en régression. La sédentarisation - ou la semi-sédentarisation - est donc nécessaire. »
Serge Blisko
député PS, 23/01/03

« Il y a un vrai problème de contrôle de ces populations. »
Robert Pandraud
député UMP, 24/02/00

« Ce n’est pas seulement un problème de sécurité, c’est un problème d’intégration. Les nombreuses mesures que vous nous proposez sont bienvenues. Mais il en faudra beaucoup plus encore pour changer les habitudes, modifier les comportements, améliorer l’efficacité des forces de police et de gendarmerie. […] Quant aux gens du voyage, c’est un problème qui demandera, sous votre impulsion, du temps et bien d’autres efforts qui dépassent votre seul ministère. »
Jean-Jacques Descamps
député UMP, s’adressant au ministre de l’Intérieur, 15/01/03

« Par lettre datée du 14 avril, parvenue dans mon service le 4 juillet, vous avez bien voulu m’informer du passsage de votre groupe de cinquante caravanes dans le département des Bouches-du-Rhône pendant le mois de juillet 2003. Malgré nos démarches engagées, j’ai le regret de vous faire connaître que le département ne dispose actuellement d’aucune aire de grand passage à même d’accueillir des groupes importants. »
Le préfet des Bouches-du-Rhône
dans un courrier à Christian Vieira, porte-parole d’un groupe de gens du voyage, 15/07/03

« Ne cédons pas aux fantasmes ou à la passion et appliquons la loi. Je propose de réduire à 80 places au lieu de 100 la capacité d’accueil, ce qui va permettre une expérimentation en douceur »
Gilles de Robien
Ministre UDF du logement à propos de la création d’une aire d’accueil près d’Amiens, 24/05/03

« En l’état de la réception, le 1er juillet 2003, de votre lettre du 14 avril dernier, nous sommes dans l’incapacité de mettre à votre disposition un terrain susceptible de vous accueillir. »
Daniel Simonpieri
maire ex-FN de Marignane, dans un courrier adressé à Christian Vieira, 03/07/03

« Le stationnement des gens du voyage : une honte et un scandale pour la République ! […] Ce mardi 20 janvier, la gendarmerie, à ma grande satisfaction, a procédé aux expulsions. Je tiens à la remercier vivement. […] Je poursuivrai cette action avec ténacité pour assurer la tranquillité de vous toutes et de vous tous. »
Serge Andréoni
maire PS de Berre (13), après l’expulsion d’un camp de gens du voyage, 20/01/04

« Madame, Monsieur, vous avez pu observer et, pour certains d’entre vous subir, la présence de gens du voyage installés sur un terrain privé proche de la résidence des Vergers de Venelles. […] J’ai été immédiatement informé et j’ai demandé à la Police municipale d’engager, dans le dialogue, des mesures fermes pour leur départ dans les meilleurs délais. […] Il est anormal que dans une démocratie, des minorités imposent leur style de vie à la majorité pacifique qui peuple notre Pays. […] Je vous prie de bien vouloir noter le numéro de téléphone portable de la Police municipale de Venelles qui intervient 24 h sur 24 : 06 09 95 12 79. »
Jean-Pierre Saez
maire UMP de Venelles (13), vice-président de la Communauté d’agglomérations du Pays d’Aix, 15/05/02

« Hier au soir, il était 23 h 30, j’ai vu une voiture de couleur blanche s’arrêter à hauteur de ma propriété. J’ai soudain entendu une détonation, je suis sorti de ma caravane. Ce coup de feu a été tiré en l’air. Il n’y a pas eu de blessé parmi les membres de ma famille ou moi-même. […] Ce matin, ma maman qui était sortie faire des courses est revenue rapidement au domicile et m’informe que des graffitis ont été écrits sur le mur du pont de chemin de fer. Je vous remets ces trois photographies, portant les inscriptions suivantes : “dehors caravanes” et l’on distingue très nettement une croix gammée et le sigle SS. Ce matin, lorsque je me suis rendu en mairie des Milles, Mr le maire était au courant de ces faits et qu’il y a eu chez des commerçants des tracts dont je vous remets un exemplaire. »
François Ritz
Auteur d’une plainte contre X, 21/03/02

« C’est en effet l’inaction qui a permis la montée de la xénophobie et c’est l’action qui permettra de contrôler la xénophobie. »
Nicolas Sarkozy
à propos des gens du voyage, 17/07/02

« Je suis pour les grands principes de la République. Mais je me sens solidaire des habitants de ma commune et je voterai donc contre le projet de création d’un terrain d’accueil des gens du voyage. »
Daniel Dupuis
maire de Boves, 24/05/03

« Je souhaite que toutes les populations de cette Terre puissent vivre en conformité avec leurs traditions et ce que leurs pères leur ont transmis. (…) Mais, en âme et conscience, par respect et solidarité pour les Bovois et Bovoises et pour leur détresse, je voterai contre cette implantation. »
Maryse Vandepitte
conseillère de Boves, 24/05/03






>Réagir<

Anthologie du bâton dans les roues
socanayo | 14 mai 2007 | Anthologie du bâton dans les roues

Bonsoir,

Deux politiques aux deux extrémités :
- on envoie les CRS et on vire toute cette racaille
- tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil

Bien entendu les deux sont d’une égale stupidité, mais nier le problème de la vie en société de gens qui refusent fondamentalement de vivre selon les lois de cette société est un problème de principe

Soit on admet que cette absence de respect des lois est normal, et on en tire les conséquences : la vie en société revient à l’âge des cavernes Soit on fait comprendre à ces gens qu’ils DOIVENT respecter les lois en vigueur et aboutit de facto à la répression des contrevenants

La question est la même que l’attitude avec les gens peu ou prou hors norme : vous aurez beau faire, les aveugles ne verront pas plus avec ou sans dispositions spécifiques. Jusqu’où doit-on leur faciliter la vie ? Un délinquant l’est devenu pour des raisons possibles à élucider, ce n’est en aucun cas un argument pour être indulgent : à tout moment un homme est LIBRE de choisir de vivre en société ou de se mettre en rébellion. Le délinquant se rebelle, la société se défend, c’est la règle du jeu et Ménigon en sait quelque chose Une explication n’a jamais été une excuse

Croyez-vous que la question soit tellement différente de celle qui se pose dans les banlieues difficiles ?

Merci

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |