Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°048
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°048


SUICIDE AU TRAVAIL

DÉSINTÈGRE-TOI, PROLÉTAIRE !

Mis à jour le :15 septembre 2007. Auteur : Nicolas Arraitz.

Encore un pendu dans les vestiaires de ce doux pays. Cinq suicides en moins de trois mois à l’usine PSA-Peugeot-Citroën de Mulhouse. Et ceci, juste après d’autres épidémies autodestructives chez Renault ainsi qu’à EDF. Un pur hasard ?

CINQ FLINGUÉS du chagrin, dont quatre en l’espace de quinze jours, en pleine campagne électorale. Rappelez-vous : « la France qui se lève tôt  », « la réhabilitation de la valeur travail  »… Appremment le phénomène est en passe de devenir routinier : pas même un débrayage d’une heure pour marquer le coup. Humanité zéro au pays du « travailler plus pour grogner plus  » ? En mai, un délégué FO a même volé au secours de ses supérieurs : « Ces trois personnes ne se sont pas suicidées dans l’entreprise, on n’a aucun document, aucune preuve qui mette en cause la direction. » Il est vrai que les auto-sacrifiés de mai, contrairement à ceux d’avril et de juillet, ont eu la décence de faire ça à la maison. Mais ils bossaient dans le même atelier, celui du ferrage, où sont assemblés les châssis bruts. La direction des ressources humaines a d’abord refusé de s’exprimer « par respect pour la douleur des familles  ». Puis elle a mis en place une cellule de veille… Après le cinquième décès, survenu le 16 juillet, la CGT monte enfin au créneau avec un communiqué à la presse locale : « La direction botte en touche […] sans jamais aborder les questions d’intensification des charges de travail, des pressions exercées sur les salariés malades donc affaiblis, et du harcèlement pour être toujours plus performants. » Son secrétaire déclare : « Il y a une ambiance pourrie dans la boîte.  » Un plan de quatre cents licenciements a été « dévoilé » par FO à la sortie d’un CE l’an dernier…

Pourtant, « le bonheur est dans l’entreprise  », minaudait encore récemment le Medef. Et comme dit Libération : « Le suicide est un phénomène suffisamment grave et complexe pour être abordé avec prudence. » Qui prouve en effet que ces employés-là ne ployaient pas chez eux sous le joug d’insupportables mégères ? Ou dans leur moi profond sous le poids d’un héritage génétique défavorable ? La sélection naturelle fauchant des perdants congénitaux incapables de s’adapter à la marche forcée vers la sacro-sainte croissance est une hypothèse séduisante, en ces temps d’eugénisme décomplexé. « La compétition suscitée par l’économie de marché peut faire des vainqueurs et des vaincus  », tortillait du cul Renaud Dély dans un éditorial de circonstance (Libération du 18 juillet). « Peut faire » ? Non, cher Tartuffe, la compétition doit faire des vainqueurs et des vaincus. Sinon, ça s’appellerait autrement. « Nirvana », par exemple. Ou « île flottante ». Pourquoi ne pas reformuler ça ainsi, monsieur Dély : « L’association d’individus libres suscitée par l’économie de marché peut faire des vainqueurs et des vaincus  » ? Puisqu’on nous dit que c’est le bonheur.

Article publié dans CQFD n° 48, septembre 2007.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |