Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°048
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°048



DANS LA SOMME, ON FAIT DU CHIFFRE

Mis à jour le :15 septembre 2007. Auteur : François Ruffin.


COMME D’HABITUDE : impossible de joindre le préfet de la Somme, ou même son secrétaire de cabinet - lui qui, pourtant, signe tous les courriers rejetant les demandes de régularisation. Le standard nous a passé le service « Communication », dont le rôle consiste justement à ne pas communiquer :

« On peut penser, bien sûr, au cas du jeune Ivan Demsky qui a sauté du quatrième étage pour échapper à la police tandis que son père se jetait du troisième…
- C’est vous qui le dites, qu’il a sauté.
 » Sans doute prenait-il une leçon de parachutisme sans parachute. « Une enquête est en cours et nous ne pouvons donc pas nous exprimer pour l’instant sur ce dossier.
- Mais avant ce drame, en mars, c’est un jeune garçon venu du Darfour qui a été expulsé. À peine atteignait- il ses dix-huit ans qu’on l’invitait à se présenter en préfecture, avec une convocation piège, et qu’on le renvoyait alors qu’il était scolarisé dans un lycée ici, qu’il était suivi par un éducateur, et surtout que dans le même temps les médias, et le candidat-ministre Sarkozy, et son futur ministre des Affaires étrangères Kouchner s’insurgeaient contre la guerre au Darfour…
- Nous ne pouvons pas vous répondre au cas par cas.
- Et sur le sans-papiers qui a tenté de se suicider le week-end dernier, qui s’est vidé de tout son sang et qui a été donné pour mort aux Urgences ?
- On ne m’a jamais parlé de ça…
- En mai, c’est un Kurde qui s’est tranché les veines dans une gendarmerie. Ils l’ont emmené à l’hôpital et là, les policiers sont venus le chercher, mais comme ses plaies se sont rouvertes dans l’aéroport et que le sang aurait coulé dans l’avion, ils ont renoncé à l’expulser…
- Vous me soumettez des cas que j’ignore.
- Pourtant, des courriers ont été adressés à Monsieur le préfet…
- Si vous voulez que je vous parle de la fièvre catarrhale, on a fait un point presse là-dessus. Je ne travaille pas au service des “émigrés”…
- Alors passez-les moi.
- Non, non. Si vous voulez des réponses, tournez-vous vers le ministère de l’Immigration…
 »

Docile, on suit ce conseil, en préparant d’autres « cas » : cette famille d’Azéris chez qui les gendarmes de Roye, farceurs, frappent gaiement à la porte en criant « Gestapo !  » Cette femme traînée par une voiture de police, et blessée au visage, dans la cour du commissariat d’Amiens, parce qu’elle voulait dire au revoir à son frère algérien embarqué en quatrième vitesse… Mais à l’« Identité Nationale », au « service Communication » toujours, on se heurte au même silence : « Le seul autorisé à communiquer sur l’immigration, c’est Brice Hortefeux lui-même. Et il est en Malaisie cette semaine, pour un voyage autour du co-développement. Comme après il prépare son grand projet de loi, il ne parlera pas avant le 18 septembre.  »

D’un ministère spécialement dédié aux charters jusqu’aux obéissants policiers de base, en passant par les magistrats, les greffiers, etc., des milliers d’hommes et de femmes, les hauts, les moyens et les petits fonctionnaires, font « du chiffre ». Et pourtant, dès qu’il faudrait s’expliquer sur les conséquences humaines de ces choix politiques, il n’y a plus personne, juste un appareil d’État, lisse, implacable, impersonnel sinon inhumain, sans voix pour se justifier. Pas même pour se vanter, fièrement après tout, que la Somme soit un département phare, avec des méthodes novatrices dans la lutte contre les déboutés du droit d’asile. Et qui obtient des résultats !

Article publié dans CQFD n° 48, septembre 2007.

À lire également, les autres articles du même dossier paru dans le CQFD n°48 :
- PARIS-BAMAKO : PAROLES D’EXPULSÉS
- LA PASSOIRE DU MARONI
- ANTHOLOGIE DE L’EXPULSION SUBIE






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |