Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°049
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°049


FORUM LIBÉ À GRENOBLE

VIVE L’ARNAQUE !

Mis à jour le :15 octobre 2007. Auteur : François Maliet.

Citoyenneté, politique et reconstruction de la gauche étaient au programme du forum de Libé. En guise de débat, Fabius nous a servi de la « politique sécuritaire » sauce PS et Joffrin a fait donner la troupe sur ses lecteurs. Les erroristes présents en rigolent encore !

LE GRAND RAOUT ORGANISÉ à Grenoble du 13 au 15 septembre par le quotidien Libération, intitulé « Vive la politique ! », promettait de nous aider à « mieux saisir la mutation du politique [et] cerner les nouvelles dynamiques entre le rêve et l’action », comme l’écrivait son coordinateur Max Armanet. Pour répondre, entre autres, à la question « Quelle gauche pour demain ?  », une palanquée de révolutionnaires, tels que Rachida Dati, Éric Raoult, Julien Dray, Martin Hirsch, Bernard Accoyer, Pascal Bruckner…, avait fait le déplacement jusqu’à la capitale des Alpes.

Le samedi matin, feu le journal de Jean-Paul Sartre proposait à son menu citoyen de « Reconstruire la gauche » pendant quatre-vingt-dix minutes. CQFD avait réservé son fauteuil rembourré pour assister à l’avènement d’un monde nouveau. Suspense ! Qu’allait-il advenir lors de cette assemblée générale populaire convoquée dans le grand auditorium de la MC2, le rafiot grenoblois de la culture ? Bizarrement, la salle ne sent pas la galère sous les bras, mais plutôt le déodorant de chercheurs du CEA, de journalistes dépêchés par leur rédac’ chef et d’étudiants experts en prise de notes. Elle est donc en phase avec la scène, où se pavanent Laurent Fabius et Alain Finkielkraut. Un Premier ministre socialiste et un philosophe auto-énervé - et énervant : voilà le tandem dégoté par Libé pour ravaler la façade de la gauche. En lieu et place du « débat », le philosophe éructe ses rengaines, annonçant d’obscures « réformes cosmiques », tel le vieux lunatique de L’Étoile mystérieuse. L’imprécateur est catégorique : « Au lieu de changer le monde, il faut le sauver. » Et par quoi commence-t-on ? Les travailleurs pauvres ? Les chômeurs ? Les précaires ? « La publicité dans les entrées des villes, voilà un souci pour la gauche. » Merci pour tes lumières, Finky.

Coincé entre cette tête à claques et son morne homologue, Laurent Joffrin, le guichetier de l’info du banquier Rothschild, opine du chef tel un chien de plage arrière. Il semble ne rien comprendre à ce qu’il se dit, à moins qu’il n’ait que trop compris qu’il ne se dit absolument rien : « Alain Finkielkraut, vous avez annoncé qu’il faut “changer de paradigme”. Voilà une proposition claire  », bafouille-t-il avant de passer la parole à Laurent Fabius. Ce libéral qui déclarait que « le FMI et la banque mondiale jouent un rôle très utile dans la lutte contre la pauvreté. […] La mondialisation est un fait. On ne peut pas être contre,  » (Libération,17/04/00) a depuis été contaminé par le nonisme et tente aujourd’hui de « hisser le drapeau des valeurs de la gauche  ». Et pas question de « s’interdire beaucoup d’innovations dans nos propositions  ». Vas-y Lolo, propose… « Nous avons perdu en 2007 car nous avons été devancés sur le terrain des idées.  » Ne t’interdis pas une idée innovante alors, mon Lolo… « La laïcité ». Original. Une autre ? « La sécurité ». Bien… Revenant sur la défaite des présidentielles de 2002, cet espoir vivant de la classe ouvrière laisse un silence à la fin de chaque phrase, la réverb’ lui donnant des faux airs de curé : « Les questions de sécurité existent, et il faut les traiter. Le PS n’est pas anti-sécuritaire.  »

C’est beau comme du Manuel Valls, mais cela a l’inconvénient de réveiller Alain Finkielkraut en sursaut. Associant la sécurité aux banlieues, il fulmine : « On ne peut pas comparer Mai 68 et les émeutes de novembre 2005. En Mai 68, il y avait des filles dans les manif’. Mais Novembre 2005 était bruyant, aphasique et masculin. » Quant à la laïcité, il en connaît un rayon puisque les gamines qui se pointent au bahut un foulard sur le cigare l’énervent plus encore que les panneaux Decaux. Mais te bile pas de trop, Finky, c’est bientôt l’heure des toasts et du champagne.

En bon amphitryon, Libé avait même prévu des travaux pratiques en lien avec les thèmes abordés : la politique « sécuritaire » encensée dans les débats était exposée à l’entrée du forum. Les hôtesses d’accueil, recrutées chez la brigade anticriminalité, étaient accompagnées de physionomistes des Renseignements généraux scrutant d’un oeil clinique les trognes du public. Pendant trois jours, les erroristes s’opposant à ce barnum se sont vu refuser l’entrée, tout comme ceux qui les fréquentaient de trop près. Ainsi, le co-secrétaire de la Société des lecteurs de Libé et un journaliste syndiqué du quotidien se sont fait éconduire manu militari. Plus féru de bla-bla que d’information, Laurent Joffrin attendra le lundi 17 septembre, son forum terminé, pour que ces faits peu glorieux soient relatés - en tout petit et de manière incomplète - dans les pages de son journal. Vive la politique… par omission ! Alors que ces tristes pantins tentaient de monopoliser la politique dans leur bunker sous haute surveillance, CQFD, Le Plan B, Pièce et maind’oeuvre et Indymedia Grenoble animaient loin de là une soirée sur la presse alternative. Soirée conclue dans un square, autour de quelques bières, à papoter joyeusement de luttes, squat, tontines, écriture, contre-information, solidarités… « Entre le rêve et l’action  », comme on dit à Libé.

Article publié dans CQFD n° 49, octobre 2007.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |