Accueil
Sommaire du N°011
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°011



Tranquillité publique

Mis à jour le :15 avril 2004. .


Nanterre était l’une des dernières villes des Hauts-de-Seine à ne pas avoir de police municipale. Cette négligence d’un autre temps est enfin réparée : la mairie (PC) a décidé en mars de créer son propre bataillon de sécurité. Ce nouveau service s’appellera « direction de la tranquillité publique », un label qui fleure bon son couvre-feu à l’heure des siestes notariales. Il sera doté dès cette année de trente-trois vigiles, pardon, « relais publics », dont la mission reste encore à définir : distribuer des boules Quiès ou quadriller les rues en faisant « chuuut » ? En attendant, la ville a eu le privilège de voir l’une de ses cités - le quartier du Parc - élevée par le ministère de l’Intérieur au rang de site sensible dit de « haute sécurité », où l’application des lois Sarkozy et Perben 2 sera prioritaire. Deux mois après l’affaire des vols de documents dans le bureau des juges de Nanterre, il était temps… Curieusement, les habitants ne sont pas tous tranquilles devant ces innovations. Regroupés en collectif, les réfractaires s’inquiètent de la « non-prise en compte des besoins humains dans des secteurs de proximité ou de prévention », toute priorité étant désormais donnée au recrutement des agents « relais ». Au cours d’une réunion avec des élus, le 24 mars, ils ont demandé à la mairie de surseoir à sa décision. Demande rejetée. « 48,5% de mes élèves vivent en dessous du seuil de pauvreté, a témoigné une prof du collège Paul-Éluard. On parle beaucoup de laïcité, mais je voudrais surtout que l’on parle de gratuité à l’école. C’est le sixième livre que je demande à mes élèves d’acheter. Les familles ne peuvent pas suivre. Alors c’est vrai que l’insécurité existe. J’ai un petit doudou qui vient au collège alors que chez lui, depuis des mois, il n’y a plus d’électricité, plus d’eau, de téléphone. Et dont la maman est partie tellement elle en avait marre. » Peut-être qu’un tranquillisant ferait l’affaire ?

Publié dans CQFD n°11, avril 2004.






>Réagir<

Tranquillité publique
sbNjkkDYDrSb | 15 mai 2012 | http://www.facebook.com/profile.php ?id=100003405953998
Nice blog here ! Additionally your website loads up fast ! What web host are you the usage of ? Can I am getnitg your affiliate hyperlink for your host ? I desire my web site loaded up as quickly as yours lol
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |