Accueil
Du même auteur :
Sommaire du N°050
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°050


FAUX-AMIS

QU’EST-CE QU’ONFRAY SANS LUI ?

Mis à jour le :16 novembre 2007. Auteur : Le bouledogue rouge.


On avait subi l’asperge raffarineuse de Luc Ferry ; André Glucksmann, le penseur de « la France du cœur » et sarkozyste sur le tard ; Pascal Bruckner, cul serré et croisé de la guerre en Irak ; Max Gallo bandant devant le nouveau président comme devant Napoléon ; ou BHL, « royaliste » pro-américain et penseur couché. Besogneux progressistes ou apprentis grands timoniers d’autrefois, les voilà tous rendus - résultat de l’avancement de leur carrière oblige - à chanter des gammes qui vont de la réaction façon XIXe à la simple activité cosmétique. Encore un effort, et leurs œuvrettes seront publiées dans Les Veillées des Chaumières. Au tour maintenant de Michel Onfray, le philosophe épris de subversion. Anarchiste, il vit « loin des bombes », ne supporte plus le « clergé anarchiste », affirme ses préférences pour « un capitalisme libertaire », sans se prononcer clairement sur le management anarchiste ou la hiérarchie horizontale. Le philosophe, qui vient de s’illustrer dans le très libertairement capitaliste journal Libération, a dorénavant habitué son lectorat à des revirements qui permettent un rentable élargissement de son audience (125 000 exemplaires du Traité d’athéologie vendus). Malin ! En janvier 2007, il s’engage, toutes passions dehors, derrière l’anti-OGM mondialisé José Bové, tout en s’enthousiasmant pour les possibilités qu’offrent clonages et manipulations génétiques. Mais, en avril, il oblique et porte ses suffrages sur le postier, pour finalement dire qu’« un vote de conviction est désormais impossible » et qu’« on peut voter blanc ou Ségolène Royal ». C’est sûrement ce qu’il appelle, dans Lire d’octobre 2007, « des preuves concrètes d’anarchisme ».

Mais, malgré ce super cool nomadisme sur des questions aussi essentielles que la participation à une kermesse électorale, le philosophe, erratique sur les plateaux de « la veulerie télévisuelle » - comme il dit - et dans les magazines, fait quand même preuve de fermeté. On savait BHL installé, vivant sous les ors d’un luxueux logement, en compagnie de sa poupée Barbie et entouré de domestiques. Onfray, lui, nous raconte sa très culturelle intimité, comme dans Le Figaro du 28 octobre 2006. Il y donne l’adresse des restaurants où il a ses habitudes, ceux pour lesquels il a « une fidélité gourmande », ou encore « ses dernières révélations ». On apprend, émerveillé, ses préférences en matière de parfums, son attachement à une marque, puis son addiction à une autre depuis qu’« il est tombé en arrêt devant la publicité ». On connaît les hôtels où il « trouve refuge » à Paris ou à Bordeaux. On apprend qu’il a longtemps écrit en écoutant de la musique et que maintenant il ne « travaille plus que dans le silence ». « Tous les étés, je porte la djellaba, bois de l’eau plate et mange des salades. Je perds cinq à dix kilos. » Et de préciser : « Je n’ai pas d’humeur, j’ignore la dépression, les exaltations. » Aveux qui constituent une véritable concurrence déloyale pour les biographes des éditions Michel Lafon. Voilà donc un grand penseur qui entre debout dans l’Histoire. Mais rien à propos de ses fringues… Aucune photo dans le vulgaire Voici. En un mot, un rebelle, un vrai. Un véritable produit de combat, un exemple loin du doute philosophique, fermement installé dans le spectacle de lui-même, dans les linéaires des surgelés prêts à consommer, au rayon Onfray.

Publié dans CQFD n°50, novembre 2007.






>Réagir<

QU’EST-CE QU’ONFRAY SANS LUI ?
DOUGLAS | 29 mai 2009 |
TRES BONNE CRITIQUE, ONFRAY CE N’EST PAS UN PHILOSOPHE C’EST UN ROMANCIER A SUCCES…EN PHILO IL NE DIT RIEN DE NOUVEAU, RIEN A LUI,C’EST LE ROI DU COPIE COLLE. TU PARLES D’UN REBELLE, C’EST UN BOURGEOIS COMME LES AUTRES, IL EST BIEN PLUS PROCHE DE PLATON QUE DE DIOGENE ET C’EST BIEN LE COMBLE DU COMBLE LE CONCERNANT. UN GUGUS, UN GUIGNOL, UN MAUVAIS DISCIPLE DE NIETZSCHE VOILA ONFRAY. UN CONSEIL POUR RECONNAITRE LES ESCROCS : ILS PASSENT A LA TELE ET VENDENT BEAUCOUP..DE LA PHILO-ROMAN DE GARE POUR LA MASSE QU’EST-CE QU’ONFRAY SANS LUI ?
SR | 25 novembre 2007 |
Une critique à ras-de-terre… alors qu’on peut bien trouver des choses à redire chez Onfray… mais dans sa pensée ! Dommage, ça n’élève pas le niveau tout ça… QU’EST-CE QU’ONFRAY SANS LUI ?
Papet | 22 novembre 2007 | Qu’est-ce qu’Onfray sans lui
Un post aussi nul, aussi creux, qui suinte autant la facilité que la mauvaise foi, me troue le cul. Je ne pensais vraiment pas trouver de telles perles de connerie dans CQFD. J’ai beau relire les expressions citées entre guillemets, je ne parviens pas à percevoir ce qui a permis de les épingler. Ah ! J’oubliais : il a vendu son traité d’athéologie à 125 000 exemplaires. Pas de doute. C’est rédhibitoire aux yeux de notre bloggeur de course… Mais peut-être que, dans le fond, il pourrait y avoir une explication : la valeur de l’ouvrage, la puissance et l’originalité de la pensée produite. Et, après tout, si les nombreux lecteurs d’Onfray n’étaient pas aussi imperméables à l’intelligence que l’auteur du blog à qui j’exprime mon mépris le plus profond. QU’EST-CE QU’ONFRAY SANS LUI ?
les arts au soleil | 22 novembre 2007 |
Alternative Libertaire avait déjà écrit un article « onfray mieux de s’taire ». QUESTION:en quoi le fait de vendre 125 ooo exemplaires d’un livre est une tare ? Je rêve d’un CQFD à 125 000 exemplaires et d’un Figaro à 15 000 exemplaires, mais bon visiblement certains aiment le groupusculisme QU’EST-CE QU’ONFRAY SANS LUI ?
tonton chinaski | 22 novembre 2007 |
Vous connaissez cette réflexion : la personne intelligente est celle qui regarde la lune lorsqu’on la lui montre du doigt. Celle qui l’est moins regarde le doigt. Les médias s’intéressent à ceux qui vendent et qui font vendre. Onfray fait partie de ces personnes. Peu importe la qualité de son oeuvre (que j’apprécie par ailleurs). La lecture de votre article me laisse croire que vous regardez le doigt du journaliste, vous limitant à critiquer les réponses de Michel Onfray et non les questions qui les soutendent. Quel dommage de ne pas s’affliger de l’indigence de ce questionnement. Le jour ou un journaliste le poussera dans ses derniers retranchements intellectuels, alors on pourra critiquer Michel Onfray. Quant aux attaques sur les personnes… QU’EST-CE QU’ONFRAY SANS LUI ?
Normal-Man | 21 novembre 2007 | http://blog.myspace.com/copiercoller

Merci d’expliciter les errements de nos penseurs, comme ça, après, quand on dit « onfray n’importe quoi ! », on a de la ressource.

 :)

Felicitations ! Kudos ! +2 ! Digg Up !

QU’EST-CE QU’ONFRAY SANS LUI ?
| 21 novembre 2007 |
le plus affligeant c’est l’inutilité de ces propos, du Voici, justement, pseudo intello partie prenante. Onfray ou un autre. C’est même pas drôle. QU’EST-CE QU’ONFRAY SANS LUI ?
TAOMUGAIA | 21 novembre 2007 |

De source sûre, M.Onfray prépare un livre sur F.Chérèque, ce courageux leader conspué de la CFDT, afin de réhabiliter cet homme, vilipendé à tort, traité de collabo et de jaune pour avoir maintenu les principes du syndicalisme responsable (c’est à dire demander l’autorisation, en préalable, au patron de pouvoir présenter des revendications). La préface sera écrite par Alain Minc.

http://taomugaia.blog.lemonde.fr/2007/11/13/contre-lobscenite-de-la-rupture-tous-ensemble/]

QU’EST-CE QU’ONFRAY SANS LUI ?
Fabrice Facciponte | 18 novembre 2007 |
Mais que cet article est bête, gentiment provoc et complètement inutile ! Pfffffffff ! rien d’autre à critiquer, en ce moment ? C’est sûr que l’actualité sociale est creuse ; cette contribution restera certainement dans les annales de la critique sociale. Un-pas-spécialement-Onfray-ophile. QU’EST-CE QU’ONFRAY SANS LUI ?
Rosay. | 17 novembre 2007 | Philozoofie

Bonjour à tous, Loin de moi , faire de la filozoofie ,je prend la liberté de vous adresser ces quelques mots pour vous faire connaitre , l’importance qui se passe dans mes neurones. Le fond de l’air on frai.Plus important c’est le mini-traité des traitres de Lisbonne, je ne suis qu’un petit bonhomme dans la multitude des bons hommes. L’important à ce jour c’est ce traité de vilains que les traites de droite vont vous faire avaler pour des générations.

Vous allez leur batir un donjon de pouvoir pour des siècles.

S.F.A.S.Rosay.

QU’EST-CE QU’ONFRAY SANS LUI ?
| 17 novembre 2007 |

pour réagir sur ta dernière phrase : on raille Onfray ?

http://pochpower.org

QU’EST-CE QU’ONFRAY SANS LUI ?
jicé | 17 novembre 2007 |

Mince, je viens de parcourir quelques billets et j’en reviens pas, j’en bave d’admiration : t’es un vrai flic comportemental bouledogue rouge, un vrai flic-curé à qui rien n’échappe des petits travers et des errements des uns et des autres, plus durs encore avec les pseudo-amis qu’avec les ennemis avérés, pureté oblige ô grand cathare de la pensée. Heureusement que t’es là pour nous déciller nos gros yeux chassieux. Allez continue de t’assoir sur le gros cul de tes immaculées certitudes, je suis sûr que tu pourrais les partager avec deux trois sectaires « vétus de probité candide et de lin blanc » de ton acabit.

A jamais, jicé

QU’EST-CE QU’ONFRAY SANS LUI ?
Romane | 17 novembre 2007 |
vous devriez écrire dans une police encore plus petite histoire de pouvoir encore moins vous lire… chais pas moi le corps 10 vous connaissez ?
 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |