Accueil
Sommaire du N°050
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°050



LES BREVES DU N°50

Mis à jour le :16 novembre 2007. .

Sans-culot

Le boute-feu Jacques Marseille harangue le peuple dans Le Point du 5 novembre : « Le mardi 13 novembre et les jours qui suivront seront décisifs. Soit ce mardi marquera le premier jour de l’an I d’une République nouvelle plus équitable et plus solidaire. Soit il sera le jour de grisaille d’une société d’ancien régime où la “rue”, comme ils disent, aura imposé sa loi, non pas seulement à un gouvernement légitime, mais aussi, et surtout, à une majorité écrasante de Français littéralement abasourdis, sinon indignés, par une telle coalition d’égoïsmes. » Et une fois les mots foutus cul par-dessus tête, il ne reste plus qu’à renverser le monde pour que rien ne change.

Un Poilu à poil dur

Tout entier à son œuvre de revivification des grandes heures du passé national, le bon président Chirac avait institué, en 2005, le Haut Conseil de la mémoire combattante. Celui-ci prévoyait des obsèques nationales et un trou de première classe au Panthéon pour le der des der Poilu, à côté du soldat inconnu. Louis de Cazenave, 110 ans, potentiellement concerné avec un autre de ses camarades par la sollicitude tardive de la République, ne l’entend pas de cette oreille. Une petite médaille pour la route ? « C’est de la fumisterie ! » Une chouette légion d’honneur, au moins ? « Ils peuvent se l’accrocher quelque part ! » Pour lui, le caveau familial du petit cimetière de Saint-Georges d’Aurac, ce sera très bien. Non mais alors hein bon !


Des pourris et des hommes

À l’instar de ces parlementaires britanniques du début du xxe siècle qui envisageaient de déporter les Irlandais sur une île de l’Atlantique nord pour ensuite envoyer le tout par le fond, le ministre roumain des Affaires étrangères, en voyage au Caire, se demande s’il n’y a pas moyen d’acheter « un bout du désert égyptien pour y mettre tous ceux qui nuisent à notre image ». En fait, il cause des Roms, accusés en bloc d’être des violeurs suite à un fait-divers en Italie. Cette rêverie xénophobe éclaire d’un jour nouveau les manœuvres de notre ministre du Contrôle d’identité nationale. Pourquoi ne pas investir les crédits de l’aide au développement dans l’achat d’un bout de terrain moisi sur le site de l’ex-bagne de Biribi ? Et, hop !… y expédier tous les non-choisis.

Libérez Kébé !

De passage en Gironde pour rendre visite à des proches, Kébé s’est fait alpaguer par une patrouille zélée qui avait repéré son faciès africain sur un quai de la gare. Kébé est Ivoirien. Ils l’ont enfermé au centre de rétention de Bordeaux. À l’endroit même où, récemment, deux sans-papiers ont trouvé la mort à une semaine d’intervalle. Là où des poulets sont accusés de sévices sur des prostituées nigérianes. Kébé, c’est l’une des voix du collectif de sans-pap’ de Montreuil (93). C’est sa chance : il n’est pas seul, lui qui se bat « pour tous ». Sur place, les soutiens affluent pour lui et les autres, pour la liberté d’installation et de circulation. Il en a besoin, le bonhomme. soutienkebe@gmail.com Et un forum : non-aux expulsions.xooit.fr

Souffrance d’État

En plus des 225 années de prison pour 25 manifestants accusés de « saccages et dévastations » lors des manifs anti-G8 de Gènes (juillet 2001), le procureur a réclamé, fin octobre, une amende globale de trois millions d’euros. Ceci afin de dédommager l’État italien et le président du Conseil « pour le préjudice que ces événements ont porté à leur image internationale ». Avoir contraint les carabiniers à les tabasser et à les torturer - certains en entonnant des chants fascistes ou en arborant des portraits du Duce - c’est pas sympa de la part des manifestants. Gageons qu’avec une telle somme, l’État aura de quoi se refaire une façade télégénique qui devrait effacer le traumatisme de ses dirigeants et de ses sbires, bientôt tous lavés des accusations qui pesaient sur eux.

Subversion internationale

Un groupe extrémiste appelé ONU vient de diffuser un brûlot baptisé « Géo 4 ». Évaluant l’état de la planète, il considère quatre types d’organisation sociale en regard de leurs effets sur l’environnement. La priorité aux marchés avec privatisation des ressources et des services aggraverait de façon exponentielle la situation. Une politique interventionniste de l’État générerait une bureaucratie étouffante. Un système dictatorial ne privilégierait que la sécurité et la guerre. C’est la quatrième alternative qui agrée le plus l’ONU : celle d’une société fondée sur la durabilité, l’équité et la participation des citoyens. Problème : cela exigerait de consacrer beaucoup de temps à la coopération entre les personnes. En savoir plus : www.unep.org/geo/geo4/

Publié dans CQFD n°50, novembre 2007.






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |