Accueil
Sommaire du N°052
NUMEROS PRÉCÉDENTS
THÈMES
- Armement
- Guerres
- Chômage
- Foulard et laïcité
- Faux amis
- Genres
- Exils et expulsions
- Luttes sociales
- Médias
- Patrons
- Science contre capital
- Sécuritaire
- Musique
- Livres
- Chroniques
- A l’arrach’
- Ecologie
- Chronique carcérale
- Santé
- Dessins
- Anthologie
- Courrier des lecteurs
- Fascisme

CQFD N°052



LES BRÈVES DU NUMÉRO 52

Mis à jour le :15 janvier 2008. .


L’esprit d’Éloi
Le 26 décembre, le fichier ELOI (pour « éloignement ») est revenu en catimini, par décret, avec l’aval de la CNIL (voir article INFORMATIQUE EN LIBERTÉ). Ce projet de fichage de tous les étrangers, initié en juillet 2006 par le ministère de l’Intérieur, a été rejeté par le Conseil d’État en mars 2007. Dans les médias, la discrétion est générale sur ce come-back en force. Il n’y a sans doute pas de quoi fouetter un chat, mais rappelons un précédent : sous Vichy, l’inspecteur de police André Tulard se mit en tête de ficher les Juifs, étrangers d’abord, puis français. Il livra ensuite ses fichiers à la Gestapo. « Comparaison outrancière ! La République n’est pas Vichy ! », s’indigneront les démocrates. Sauf que la manie des listes était venue au zélé Tulard sous la IIIe République, alors qu’il fichait… les communistes. Bis repetita…

Terre de feu
Au Chili, le jeune Mapuche Mathias Catrileo a été abattu à la mitraillette par des policiers. Ses copains refusant de livrer le corps aux assassins, le gouverneur a hurlé au terrorisme. Terrible accusation : grâce à la loi antiterroriste de Pinochet, des Mapuches ont pris quinze ans pour avoir occupé des terres. Certains sont en grève de la faim depuis deux mois. Pendant ce temps « les politiciens baratineurs se gavent de mets raffinés dans les banquets du Parlement, bouddhas rendus obèses par leur propre logorrhée », s’indigne l’écrivain Pedro Lemebel dans La Nación. « Puisse une diarrhée putride les emporter des WC jusqu’à l’océan ! » Barricades et incendies ont répondu au meurtre de Mathias. Le ministre de l’Intérieur a démissionné, sans dire pourquoi.

Flashy ?
Jean a écopé de 85 euros d’amende et d’un point retiré sur le permis pour avoir roulé à 94 km/h sur une ligne droite de la nationale 7. Un ministre de l’Intérieur, à l’époque où il lançait cette intransigeante politique routière, s’est fait flasher à 160 km/h. Épinglé par Le Canard Enchaîné, il répondit : « Ce n’était pas moi, mais mon chauffeur. » Un routier de vingt-sept ans, contrôlé à 143 km/h sur une autoroute près de Paris, a été condamné à quinze mois de prison (20 Minutes, 08/01/08), dont six ferme, pour excès de vitesse et conduite sous l’emprise du cannabis. « Tant pis pour les aigris », dit un proverbe guinéen.

Le roi déconne
« Por qué no te callas ? » [« Pourquoi tu ne la fermes pas ? »], a lancé Juan Carlos, roi d’Espagne, à Hugo Chávez, président du Venezuela, qui traitait de fasciste le chien de salon Aznar, lors du sommet ibéro-américain à Santiago, le 10 novembre. La Vanguardia félicite son roi pour sa réplique « couillue », qui fait depuis fureur en sonnerie de portable téléchargeable. Mais le monde ibérique est contrasté. Pour preuve, les Quemas del Rey. À Barcelone, Jaime Roura et David Stern ont été interpellés pour avoir brûlé la photo du Bourbon. Leur geste a inspiré des dizaines d’anti-monarchistes dans tout le pays. À Madrid, le 12 octobre, une cinquantaine d’iconoclastes ont immolé les rois catholiques en effigie, ainsi que le logo de… Burger King. Une Reconquista à rebrousse-poil.

T’as qu’à calculer la cata
Dans le manuel de 6e Transmath (2006), édité par Nathan, on trouve ces trois problèmes :

1. À cause de l’effet de serre, on estime que le niveau de la mer monte de 0,002 m par an. Si rien ne change, dans combien de temps un village situé à 20 m d’altitude sera-t-il envahi par la mer ?

2. Les Français consomment le contenu d’environ 4 milliards de bouteilles en plastique par an. Chacune pèse en moyenne 0,050 kg. Quelle masse de plastique les Français jettent-ils sous forme de bouteilles en une année ?

3. Un arbre donne en moyenne 60 kg de papier. On jette en France environ 12 000 tonnes de papier par jour. Combien d’arbres disparaissent sous forme de papier en une journée ?

Pour adoucir ce blitz catastrophiste sur les jeunes consciences, l’auteur prévient : « Ces trois situations sont indépendantes l’une de l’autre. Pour chacune d’elles, poser et effectuer l’opération à la main. » Zen.

Marcasseur
Le quotidien Aujourd’hui rapporte dans son édition du 23 décembre qu’un jeune sanglier, sans gène et sans le sou, a déboulé dans une Halle aux Vêtements des abords de Poitiers. Là où auparavant ses ancêtres vaquaient librement sans croiser ces phares de la civilisation que sont les centres commerciaux. Repartant sans payer et sans trouver d’autres glands qu’une clientèle égayée, il a été abattu par des policiers, après les avoir chargés. Les forces de l’ordre, peu familières de ce type d’opération, lui ont quand même mis trente balles dans la peau. À quand une formation spéciale pour mieux gérer ce genre d’incident qui risque de se multiplier dans ces banlieues où, d’après Fadela Amara, règne la glandouille ?

It’s a free world
« Est-ce que vous voulez revenir aux 40 heures ou bien rester aux 35 heures et perdre votre boulot ? » C’est, en substance, la question posée aux salariés de l’usine Continental, de Sarreguemines, lors d’un référendum convoqué le 21 décembre dernier par leur direction. Et c’est évidemment en toute liberté que 74% des employés ont répondu « oui » à un retour aux 40 heures. Si c’est pas de la démocratie, ça ? Et je dirais même plus : de la démocratie ouvrière, camarade ! On en vient à regretter le temps où, au détour d’un grand chemin, des détrousseurs proposait le fameux dilemme au voyageur malchanceux : « La bourse ou la vie ! » Dans le pire des cas, il restait encore la possibilité de fuir ou de vendre chèrement sa peau.

Explosion sociale ?
Qui a dit ça ? « Si les gens ne sont pas contents, qu’i ls le disent et qu’ils ne viennent plus tant que le spectacle et les résultats ne sont pas à la hauteur de leurs espérances. » Le président Sarkozy lors de sa conférence de presse du 8 janvier ? « Ce qui se passe actuellement, c’est la porte ouverte à tous les dérapages. Il ne faudra pas s’étonner si ça se termine par un coup de couteau ou un coup de revolver. » François Chérèque après avoir pris connaissance des propositions du Medef sur la réforme du marché du travail ? Ni l’un, ni l’autre. C’est Carlo Forlani, président du FC-Metz après que son club, lanterne rouge en Ligue1, s’est encore pris une claque, cette fois-ci contre Sochaux. C’était le 15 décembre, juste avant le mercato.

Putains de camions
Deux salariées de Renault-Trucks, à Bourg, se prostituaient dans l’enceinte de l’usine. Le Progrès de Lyon du 8 janvier s’étonne : « Jamais le site de Bourg n’avait aussi bien fonctionné au niveau économique. Des carnets de commande remplis pour deux ans, une montée en puissance de la production jusqu’au chiffre record de deux cent cinquante véhicules par jour, imposent à l’entreprise un recours à l’embauche. […] Mais sur le lot de nouveaux embauchés, il y a du bon et du moins bon. » Ce que vient confirmer la récente suppression d’une ligne de car de ramassage : « Des ouvriers en venaient régulièrement aux mains. » Trop grassement payés, ces prolos se sont de toute évidence laissé entrainer dans la surenchère d’une « spirale de win ».






>Réagir<

 

Les articles et les archives de CQFD sont libres d'accès sur ce site. Néanmoins le journal n'existe que grâce aux ventes en kiosque et aux abonnements.
SANS PAPIER, PAS D'OCTETS !
Âmes généreuses, vous pouvez aussi, effectuer un don en ligne pour le journal,
merci à vous !


| Site réalisé sous SPIP avec des logiciels libres (GNU) par : Juan Rodriguez et Gilles Klein |